Graves dérapages de Laurent Fabius : « Assad ne mérite pas d’être sur terre »

Le chef de la diplomatie (sic)  française (sic) Laurent Fabius, qui a visité jeudi un camp de réfugiés syriens à la frontière turque, a déclaré que « le régime syrien devait être abattu et rapidement », dénonçant « les exactions » de Damas contre les « populations civiles ».

Le ministre des affaires étrangères, va-t-en-guerre sioniste fanatique, s’est permis de tenir des propos particulièrement outranciers au cours d’une opération de communication-manipulation, à propos du président syrien :

« Arès avoir entendu les témoignages bouleversants des personnes ici (…) quand on entend ça et je suis conscient de la force de ce que je suis en train de dire : Bachar al-Assad ne mériterait pas d’être sur terre », a-t-il dit aux journalistes.

Hystérie anti-antisémite du gouvernement

Ils ne savent plus quoi faire pour montrer au lobby juif leur totale dévotion.

D’abord, François Hollande crache sur la France à propos de « la rafle du Vel d’Hiv » encore davantage que Chirac et ment éhontément (cela se passait en zone occupée et pas sous l’autorité de l’Etat français). Il explique aussi que « l’antisémitisme n’est pas une opinion, c’est une abjection ».
Puis c’est le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui fait part dimanche à Strasbourg de son « inquiétude » face à « la résurgence de l’antisémitisme en France », et promet la « totale mobilisation des pouvoirs publics » pour y faire face. Des projets de rafles contre les mal-pensants ?

« Je connais l’inquiétude de nos concitoyens juifs. Elle est aussi et d’abord mon inquiétude », a ajouté le ministre, qui avait déjà participé le matin même à Paris à la commémoration du 70e anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv, aux côtés du président François Hollande.
En revanche, pas un mot pour le sort des Gaulois qui pour beaucoup d’entre eux, ont de véritables raisons d’être inquiets, et doivent subir les méfaits d’une occupation étrangère de plus en plus dure.
Continuer la lecture de « Hystérie anti-antisémite du gouvernement »

Florilège de citations gauchistes de Marine Le Pen

Ci-dessous quelques citations significatives, que nous avions collectés dans le cadre du duel entre Bruno Gollnisch et Marine Le Pen pour la présidence du FN en 2011, « enrichies » par d’autres ayant suivi.
Vous pouvez compléter dans les commentaires, et nous les ajouterons, merci !
Classement chronologique.

► France sans identité ethnique :
« Je ne définis pas la France par une couleur de peau. Je mets sur le même plan ceux qui veulent imposer une France métissée et ceux qui veulent rétablir une France blanche. Le critère racial ne fait pas partie de la définition de la France. »
Marine Le Pen, émission « Vie politique », TF1, 11/09/2016

► Avortement volontaire :
« Oui à l’IVG, non à celles qui en abusent ». « J’ai été très claire : je ne suis pas pour une remise en cause de l’avortement. Je suis attachée à cette loi alors que de nombreuses personnalités et adhérents de mon mouvement y sont opposés. »
Marine Le Pen lors d’un forum organisé par Elle à Sciences Po., 5 avril 2012.

► Immigration :
« L’immigration est irréversible ».
Marine Le Pen, RTL, 5 avril 2012.

►  Injustice pour les Français :
« Il n’y a, mes chers compatriotes, pas de différences entre un Français immigré et un Français de souche. »
Discours à Lille, le 18 février 2012.

► Obama :
« Obama, il est plus à droite que moi. »
Entretien avec Reuters, 1er septembre 2011.

► « Transsexuels » :
« Vous savez, au Front national, nous avons eu des candidats qui étaient transsexuels. ça pourrait étonner aussi et pourtant, c’est la réalité. Nous sommes représentatifs de ce qu’est la France, nous avons de tout dans nos candidats et je m’en félicite : de tous les âges, de toutes les professions, de tous les profils » Marine Le Pen, Europe 1, 30 mars 2011.
Note : en toute logique, avec ce raisonnement, il faut présenter aussi des assassins, des pédophiles, etc.

Continuer la lecture de « Florilège de citations gauchistes de Marine Le Pen »