7 août 1932 : « loi des épis » et génocide ukrainien

holodomor_v1Le 7 août 1932, le gouvernement de l’URSS promulgue une loi qui punit de dix ans de déportation, voire de la peine de mort, « tout vol ou dilapidation de la propriété socialiste », y compris le simple vol de quelques épis dans un champ.

Cette « loi des épis » survient alors que les campagnes soviétiques connaissent un début de famine du fait des réquisitions forcées par le pouvoir et de la « dékoulakisation » (élimination des paysans considérés comme riches).

On estime qu’en Ukraine, au moins six millions de paysans vont mourir de faim dans les mois suivants, de par la responsabilité des autorités communistes.
Cette « Grande famine » (« Holodomor », « extermination par la faim » en ukrainien), intentionnellement entretenue et amplifiée par Staline (qui s’appuyait sur de nombreux cadres soviétiques juifs – d’où un ressentiment longtemps tenace des Ukrainiens envers cette communauté) est assimilée à un génocide par la plupart des historiens ainsi que par les Ukrainiens.

29 avril 1975 : mort du jeune Sergio Ramelli, assassiné par les Rouges

En cette année 1975, à Milan, Sergio Ramelli était un jeune étudiant de 18 ans.

Militant nationaliste au sein du Front de la Jeunesse (branche jeune du Mouvement Social Italien, MSI), il était connu comme tel dans son milieu scolaire, dans une époque de tension politique marqué par la violence d’extrême-gauche (l’année précédente, plusieurs militants italiens avaient été assassinés par les Brigades rouges).

Continuer la lecture de « 29 avril 1975 : mort du jeune Sergio Ramelli, assassiné par les Rouges »

Le PCF découvre qu’un de ses candidats a été condamné pour… pédophilie !

PCF

Jean-Pierre Sauvage ne sera finalement pas le candidat officiel du Parti communiste français dimanche, lors du premier tour des élections départementales en Essonne sur le canton de Draveil…

 C’est la décision prise ce vendredi par la fédération de l’Essonne. Cet éducateur de 41 ans avait été condamné en mars 2014 par le tribunal correctionnel d’Alençon (Orne) à 2 ans de prison pour des faits de pédophilie. Il a, depuis, l’interdiction de travailler avec des mineurs et a été enregistré au fichier des délinquants sexuels. L’homme a fait appel de cette décision, mais il avait reconnu à l’audience les faits d’attouchement commis sur des garçons âgés de 11 à 15 ans.

Continuer la lecture de « Le PCF découvre qu’un de ses candidats a été condamné pour… pédophilie ! »

Exclusivité : 40 catholiques arrêtés par la police

12h12 : Après un contrôle d’identité dans le bus, les catholiques sont désormais libres.

11h44 : 25 catholiques de plus dont le docteur Dor viennent d’être embarqués dans un deuxième car de la police. Il semblerait que la prière publique organisée par SOS TOUT PETITS ait été interdite hier. Quant aux rouges ils continuent à circuler librement.

11h35 : les 15 catholiques (dont trois personnes âgées) sont actuellement dans un bus place de la République.

11h01 : Le chapelet organisé par SOS TOUT PETITS qui se tient actuellement aux abords de l’hôpital Tenon à Paris est une nouvelle fois victime de l’attaque de groupuscules d’extrême gauche. Alors que les communistes seraient une centaine en face, 15 militants catholiques se sont fait arrêter par la police et emmenés dans « un panier à salade » (bus de la police) laissant libre court aux éructations de 100 gauchistes.
Source : un catholique actuellement arrêté.

Important : venez prier et protéger le chapelet de SOS Tout-petits

MAJ 15/10/11 à 16h :
la police est intervenue pour calmer les ardeurs des gauchistes, qui étaient environ 200. Côté pro-vie, une centaine de personnes, dont une trentaine de jeunes (la plupart membres du Renouveau français). La manifestation (qui a été scandaleusement déplacée pour faire de la place aux opposants haineux d’extrême-gauche) a pu se dérouler correctement.
____________________________

Cette vidéo montre comment les collabos du Système ont lâchement agressé verbalement et physiquement les catholiques de SOS Tout-petits le 17 septembre 2011 devant l’hôpital Tenon.