C’était un 6 août 1870 : la « charge de Reichshoffen »

« La charge des cuirassiers » tableau de Théodore Levigne peint en 1878

C’est sous ce nom qu’est rentré dans le mythe français cet épisode tragique de la guerre franco-prussienne.

Ce jour-là, en Alsace, la bataille fait rage, principalement sur les territoires des communes de Woerth, de Frœschwiller et de Morsbronn.

Le nom de Reichshoffen est passé à la postérité car l’état-major de Mac-Mahon s’y trouvait ainsi que plusieurs escadrons de cuirassiers (cavalerie lourde) qui y étaient basés et qui s’illustrèrent dramatiquement pendant la bataille.

Courageusement, les Français se battirent à un contre quatre et les fameux « cuirassiers de Reichshoffen » (de la brigade Michel) se sacrifièrent héroïquement lors de grandes charges contre les Prussiens qui les piégèrent et qui les abattirent quasiment à bout portant ; comme ce fut notamment le cas à Morsbronn, où les cuirassiers chargèrent contre le village et s’engouffrèrent dans les rues étroites, s’offrant ainsi à l’ennemi embusqué dans les maisons.

La défaite des troupes françaises entraina la perte de la province, mais le sacrifice des cuirassiers permit la retraite de l’armée de Mac-Mahon, en bon ordre, au lieu du désastre initialement redouté.
Ci-dessous le récit épique de cet épisode, tiré du livre de Jules Mazé, L’Année terrible. Les étapes héroïques.
Continuer la lecture de « C’était un 6 août 1870 : la « charge de Reichshoffen » »

Ce que combat l’armée à Alep, et ailleurs…

Lu sur Infosyrie :
Si l’on en croit l’OSDH, les insurgés ont attaqué cette nuit (de lundi à mardi) le siège du tribunal militaire d’Alep, un poste de police et du local du parti Bas dans le quartier de Salhine. Des combats seraient également intervenus, selon la même source pro-ASL, dans les parages du bâtiment des services de renseignements de l’armée de l’Air.
Salaheddine & Anadan
On notera que l’OSDH ne parle pas  de l’éventuelle prise de des différents objectifs. Un groupe local de l’opposition radicale, la « Commission générale de la révolution syrienne« , prétend que le quartier de Salaheddine, principal point d’appui ASL dont l’armée avait revendiqué la reconquête hier matin, avait été mitraillé ce matin encore par des hélicoptères, et que les rebelles en contrôlent toujours la majeure partie. Mais inventer des succès et nier des échecs, c’est le mode opératoire habituel de la communication opposante. Sinon l’OSDH parle encore de bombardements, cette nuit, des quartiers de Ferdous, d’al-Machad et d’Ansari, qui tous se situent dans le sud et le sud-ouest d’Alep..
Sana, dans son édition du 30 juillet, rend compte de la destruction de quatre véhicules 4×4 équipés de mitrailleuses lourdes et de l’annihilation de leurs équipages. Et de l’interception, dans le secteur d’Oram al-Kubra, dans les environs de la ville, d’un camion chargé d’explosifs et de détonateurs.