C’était un 5 août…

1884 : pose, par la Grande Loge de New York, de la première pierre de la statue de La liberté éclairant le monde, sur l’île Beldoe du port de New York.
Son auteur est le franc-maçon français Frédéric Auguste Bartholdi.
La statue (dans un rapprochement avec Lucifer, « le porteur de lumière ») symbolise l’expansion de l’idéologie maçonnique à travers la planète.
Et ce, si nécessaire à la lumière des bombes atomiques ou au phosphore…

1895 : mort de Friedrich Engels, philosophe communiste et mécène de Marx.
Coauteur de la plupart  de ses ouvrages, il ne travailla quasi jamais, étant le fils d’un très riche industriel luthérien du textile.
Il mena une existence schizophrénique, se séparant entre action révolutionnaire et exploitation de ses prolétaires.

1914 : décès de Jules Lemaître (né en 1853),  fondateur de la Ligue de la Patrie française (1898).
Cet important mouvement nationaliste fut créé en réaction à la sinistre « Ligue des droits de l’homme », dans le cadre de l’« affaire Dreyfus » – à laquelle il ne survécut d’ailleurs pas (tout comme la Ligue des patriotes de Paul Déroulède), étant dissout en 1904.
Lemaître était toutefois surtout antimaçon.
Agrégé de lettres, écrivain, critique littéraire et dramatique, académicien, il avait fait du mouvement qu’il présidait un repaire d’intellectuels, de personnalités mondaines, d’académiciens.

Intime de Léon Daudet, il avait rallié l’Action française en 1908.
Il laisse une œuvre diverse et solide dont Les contemporains (4 volumes), des contes et histoires de Noël et une biographie de Chateaubriand.

Les progrès effrayants de l’euthanasie

Une nouvelle qui nous avait échappé  :
« Des frères jumeaux belges, nés sourds et en passe de devenir aveugles, avaient obtenu le mois dernier le droit de mourir. Les deux hommes, âgés de 45 ans, sont morts le 14 décembre d’une injection létale administrée par les médecins, a annoncé lundi un porte-parole de l’hôpital UZ Brussel. Ils avaient pris ensemble une dernière tasse de café avant de se dire au revoir. Leur famille avait soutenu leur choix. »

Après avoir attendri l’opinion en évoquant des cas bien choisis de gens subissant une terrible agonie, voilà qu’on tue maintenant des gens qui ne sont même pas mourants.
Et demain ?

Le nombre de victimes de l’euthanasie en Belgique, où elle est légale depuis 2002, est en constante augmentation.

Aujourd’hui sort justement un livre de Jean-Claude Martinez* : L’euthanasie, stade suprême du capitalisme.

Nous en reparlerons prochainement.

Livre disponible ici.
Ed. Via Romana, 198 pages, 19 euros.

4e de couverture :

« Ses tenants ont beau la magnifier comme le bouquet final d’un feu d’artifice des mille libertés, l’euthanasie n’est que le produit d’une économie et d’une politique. C’est parce que l’Europe de la récession, aux 20 millions de pauvres, est devenue un océan de chômage du fond duquel ne monte plus aucune étoile nouvelle, que le gouvernement de la France, financièrement acculée, choisit en effet «la piqûre pour tous». Comme une seringue d’or facilitant les équilibres budgétaires, dans un bouillon de culture qui sent le ranci des vieilles idéologies, du malthusianisme, de l’obscurantisme et du nihilisme.
Mais les idiots utiles de droite se préparent à vendre la seringue pour se faire piquer, pendant que ceux de gauche travaillent déjà à se la faire rembourser, sans jamais comprendre que le mal de celui qui veut mourir vient de plus loin que la maladie qu’il affronte. Car s’il a pris la vie en haine, c’est qu’il n’a plus la flamme d’un bonheur et s’il veut mourir, c’est pour cesser de ne plus pouvoir croire.
La loi sur l’euthanasie, loin d’être l’extase de la République, dans la fraternité compassionnelle des injections, n’est donc que la fuite en avant d’une société qui ne voulant pas voir les détresses qu’elle crée, préfère éliminer tous ceux qui viennent les lui rappeler. En leur faisant croire au passage qu’ils le lui ont demandé.
Continuer la lecture de « Les progrès effrayants de l’euthanasie »

Le monde selon Monsanto

Si vous ne connaissez pas, voici un intéressant documentaire sur la firme internationale Monsanto, extrêmement puissante, qui arrose la planète d’OGM.

Un peu d’humour capitaliste avec le pdg de Total

En marge des Rencontres économiques à Aix-en-Provence, le PDG de Total, Christophe de Margerie, a annoncé que les prix de l’essence allaient monter prochainement aux pompes de son enseigne.
Après une (très) brève baisse, due la décision de l’Agence internationale de l’Energie de puiser dans ses stocks stratégiques pour soulager le marché, le prix du pétrole monte et l’oligarque en profite :
«Les prix étant plutôt à la hausse, il ne faut pas s’attendre à ce que sur le long terme les prix baissent», osant ajouter que «si on ne répercute pas la hausse du baril, la boîte coule».
Rappelons juste que le bénéfce net de Total pour 2010 a été de 10,3 milliards d’euros.
Et de 11,1 milliards d’euros annuels en moyenne sur les 7 dernières années.

La curieuse politique de la Federal reserve

Une video bien faite et instructive sur la puissante banque centrale états-unienne (« Federal reserve » ou « Fed ») et son directeur Ben Bernanke, même si l’on ne partage pas tous les points de vue exprimés et que les voix sont peu agréables.

Merci à Sanglier

Ps : les auteurs ne voient pas d’où Bernanke tire sa « légitimité » pour ce poste. Il faut qu’ils s’intéressent d’urgence aux réseaux communautaires, sectaires et occultes.

Les prix des matières premières agricoles s’envolent…

 … et provoquent de vives inquiétudes dans les pays les moins riches où l’alimentation représente 60 à 80 % du budget des ménages.
Sont responsables de ceci les spéculateurs (comme en 2008, dans une certaine mesure), les aléas climatiques, la part des biocarburants, l’urbanisation folle et sans limite (en terme de surface agricole française, c’est l’équivalent d’un département qui disparaît chaque année). Il ne faut pas non plus oublier les politiques publiques irresponsables : la dictature européenne oblige ainsi les agriculteurs français à mettre en jachère une bonne partie des terres agricoles.

Blé, sucre et huiles… Les prix des matières premières alimentaires commencent l’année au sommet. Le blé a plus que doublé depuis la fin juin: il flirte avec les 250 euros la tonne et se rapproche de son plus haut historique de 300 euros, atteint en 2008. Le sucre est monté en milieu de semaine jusqu’à 33,35 cents la livre à New York, non loin des 34,77 cents, le record atteint en janvier 1981. (Source et suite)

Comment le Congrès états-unien s’est vendu à Wall Street

A l’instar des Etats-Unis, de très nombreux pays ont adopté de couteux plans de relance, durant et après la crise financière de 2008. Or, souligne Greg Gordon, la conception de ces plans a été imposée au Congrès par les banques qui en ont été les principales bénéficiaires, via des parlementaires qu’elles ont grassement rétribués. Parmi eux, quelques personnalités connues, comme… Barack Obama.

Des sénateurs et représentants, chargés de veiller sur l’économie des Etats-Unis, ont reçu des millions de dollars des entreprises de Wall Street.
Depuis 2001, huit entreprises figurant parmi les plus fragilisées par la crise ont versé 62,4 millions de dollars aux candidats au Congrès, aux candidats présidentiels et aux partis, aussi bien républicain que démocrate [1].
Des sénateurs comme Barack Obama et John McCain ont reçu, à eux deux, 3,1 millions de dollars.
Parmi les donateurs figurent les banques d’investissement :
Bear Stearns,
Goldman Sachs,
Lehman Brothers,
Merrill Lynch,
Morgan Stanley,
la compagnie d’assurances American International Group,
les géants de l’hypothèque Fannie Mae, et Freddie Mac.
Continuer la lecture de « Comment le Congrès états-unien s’est vendu à Wall Street »

La crise immobilière US n’est pas finie

Elle avait éclaté du fait de nombreux prêts immobiliers accordés imprudemment et qui n’avaient pu être remboursés (entraînant de nombreuses saisies). A cause de la financiarisation et des spéculations en chaîne, elle avait entraîné la crise mondiale de 2008. 

Or le graphique ci-dessus est des plus parlant et des plus inquiétant.
La courbe verte représente le pourcentage de saisies (foreclosures) sur les prêts.
9% des prêts hypothécaires sont en souffrance de remboursement, auxquels il faut ajouter 4% de prêts avec procédures de saisie.

Source, via le forum nationaliste

Les gros financiers du CAC 40 échappent souvent à l’impôt !

Une entreprise sur quatre n’a pas payé d’impôt en 2009. C’est ce que révèle une enquête du Journal du dimanche, publiée dans son édition de dimanche.

«Le champion français des profits, Total, ne paie pas d’impôts sur les bénéfices en France. Pas plus que Danone ou Suez Environnement ainsi qu’une poignée d’autres très grandes entreprises», détaille le quotidien.

Pour cela, les entreprises utilisent souvent des astuces légales.

En octobre dernier, le Conseil des prélèvements obligatoires notait dans un rapport à la Cour des Comptes une «augmentation constante du nombre de dépenses fiscales applicables aux entreprises», en particulier «sensible sur la période 2002 – 2010».
Et chiffrait le coût global de ces mesures à 71,3 milliards d’euros en 2010, contre 66,3 milliards en 2009 et seulement 19,5 milliards en 2005. Une bien mauvaise nouvelle pour l’Etat, dont l’impôt sur les sociétés est la troisième recette.
Ce sont particulièrement les entreprises du CAC 40 qui en bénéficient : elles sont taxées sur leurs profits à 8%, contre 22% pour les PME.

Comment la haute finance a affamé les gens en 2008

Dans cette video, une explication des mécanismes par lesquels la haute finance (Goldmann Sachs & Co) a perturbé le marché alimentaire américain, pour son profit, en provoquant une explosion du prix du blé.