Clément Méric, un activiste d’extrême-gauche belliqueux

[mise-à-jour : la video a été récupérée]

dans la video visible ci-dessous, on aperçoit (à 1’10) Clément Méric (l’affaire ici) en rouge avec sa bande d’« antifas » venir s’en prendre à une pacifique « Manif pour tous » en avril. Un peu plus tôt il franchissait la ligne du service d’ordre pour aller sur des manifestants. A 15’34, l’« étudiant modèle » fait partie du groupe pénétrant dans un bâtiment pour agresser des manifestants.

Ce jour-là, les belliqueux gauchistes se sont adonnés à des provocations mais il y eut aussi des échauffourées qu’on ne voit pas sur la video.
Clément a eu tort de se laisser entraîner par des débiles haineux.
Résultat : ce jeune bourgeois étudiant à Science-Po a trouvé la mort accidentellement en s’en prenant à des prolétaires patriotes, qui se sont logiquement défendus, de façon proportionnée…

Décès d’un militant de l’extrême-gauche violente et manipulations médiatiques

Hier à Paris, près de Saint Lazare, une rixe a opposé quelques jeunes nationalistes (dont une femme, pas encore identifiés) à plusieurs militants d’extrême-gauche (se faisant appeler « antifas ») qui semble-t-il les ont provoqué et menacé, les attendaient, et qui ont porté les premiers coups.
Cela s’est produit à l’issue d’une vente privée de vêtements Fred Perry, où l’année dernière des militants d’extrême-gauche avaient déjà guetté et attaqué des patriotes, en blessant un à la tête.

Après avoir reçu un coup, un jeune « antifa » est tombé et sa tête a alors heurté un plot en métal. Ce choc accidentel a été fatal à Clément Méric, 19 ans (qui n’était pas un pacifiste comme le disent mensongèrement les médias : voir ici).

Aussitôt, c’est l’emballement médiatique contre « l’extrême-droite » : on présente cela comme une « agression », presque un meurtre avec préméditation !

« Antifas » parisiens

La vérité est que depuis quelques années, des dizaines d’activistes d’extrême-gauche, notamment à Paris, ont pour seule préoccupation d’attaquer des militants de droite nationale ou radicale : lors de rassemblements ou lorsque ces derniers sont isolés. Même les femmes n’y échappent pas, ni les commerces d’ailleurs.
Lors de la plupart de ses attaques, qui s’accompagnent pour les gauchistes d’une étonnante impunité policière, les agresseurs utilisent des armes et n’attaquent que s’ils sont en surnombre.
C’est miracle qu’il n’y ait pas eu de morts jusqu’ici.

Les antifas ne vivent que pour la violence contre les nationalistes ou supposés tels.
Faut-il s’étonner qu’à ce jeu ils puissent se retrouver perdants, de temps en temps, et accidentellement !?

antifa-copie-1
Ci-dessus des « antifas », pauvres citoyens victimes de la violence d’extrême-droite

On regrettera que ce jeune homme se soit engagé au service d’une cause qui relève de la farce idiote mais s’appuie sur une violence haineuse, et que ses parents l’y aient probablement autorisé.

Sans surprise, les vautours de gauche et d’extrême-gauche instrumentalisent cyniquement cette issue tragique pour exiger la dissolution des groupements nationaux.

Le milliardaire socialiste inverti Pierre Bergé – naturellement défenseur de la gauche prétendue anticapitaliste – se déchaîne en imprécations, tachant de faire croire que ce décès est du au climat créé « par les Manifs pour tous ». Le même Bergé qui souhaitait qu’une bombe explose pendant ces manifestations familiales…

En revanche, quand Romain et Damien Vandaele, 2 jeunes patriotes, sont tués il y a quelques semaines dans le nord par un Turc (les percutant volontairement avec sa voiture par « réflexe communautaire »), l’émoi est inexistant dans les gros merdias…

Aujourd’hui nos pensées émues iront à François Noguier, délaissé par les faiseurs d’opinion : ce jeune étudiant français est mort mardi après avoir été frappé par un individu de « type nord-africain », pour « un motif futile ». Comme des centaines d’autres.

Rafle de militants « d’extrême-droite » à Toulouse

Les flics devant le local "identitaire"

[Mise-à-jour 30 juin :
Deux militants du Bloc identitaire ont été mis en examen pour « participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations », a indiqué le procureur de la République de Toulouse Michel Valet. Ils ont tous deux été mis en examen « pour violences en réunion ». Celui qui est soupçonné d’avoir porté les coups à l’étudiant chilien, a été placé en détention provisoire.]

Le GIPN (!) et les policiers de la sûreté départementale de Toulouse ont mené une série de perquisitions et d’arrestations hier mercredi dans la ville et ses environs, et notamment au local du Bloc identitaire.

14 personnes de cette mouvance ont été interpellées et certaines sont encore gardées à vue.

La police les soupçonne d’être mêlées à ce qui est présenté faussement comme l’agression délibérée et gratuite, dans la nuit du 31 mars dernier, d’un « étudiant chilien » de 36 ans (!), souffrant suite à cela de lourdes séquelles (hémiplégie).

D’après nos renseignements, la réalité est bien différente.
Continuer la lecture de « Rafle de militants « d’extrême-droite » à Toulouse »

Collégien tabassé à mort : le prénom du meurtrier est…

Souleiman.

Le jeune Breton Killian (13 ans) a été tué la semaine dernière par cet étranger de 16 ans.
L’affaire, présentée comme une simple bagarre entre collégiens, avait suscitée une vive émotion.

Quant à l’agresseur, « son prénom a été balancé sur une radio le 23/6 à 3 h du matin. Inadvertance ou mauvais esprit ? Tous les autres gros médias dissimulent le prénom du meurtrier, qui n’a pas supporté que le petit soutienne son regard conquérant. » (source)

Le jeune Killian rejoint cette longue – mais non exhaustive – liste des victimes blanches de l’immigration.

Les nationalistes bulgares s’en prennent à une mosquée

Une manifestation du parti nationaliste bulgare Ataka a dégénéré en bagarre générale.
Des dizaines de militants entendaient protester contre les appels à la prière diffusés par cette mosquée au coeur de Sofia, la capitale, qui dérangent tout le quartier.
Des heurts éclatèrent avec les musulmans présents et une bagarre générale s’en suivit, les policiers s’en mêlant.

Les patriotes bulgares scandaient « Bulgarie », « Les Turcs dehors »  ou « Janissaires » (à l’endroit des policiers).

Source
Merci à Borislav

Lutte contre les sectes, en Bulgarie

Dans la video ci-dessous, il y a quelques semaines, des militants du parti nationaliste bulgare VMRO viennent expliquer à des Témoins de Jéhovah (réunis pour une commémoration) ce qu’ils pensent de leur secte…

5 membres de la secte iront à l’hopital.

Un grand classique, par Gérald Dahan

« Accusant injustement un ex-collègue animateur sur Rire et chansons d’injures antisémites et homophobes, il (Gérald Dahan) a été condamné par la cour d’appel de Paris mais l’humoriste refuse de payer, indique France-Soir.

Retour en 2005. Gérald Dahan et Jean-Paul Dahbar, travaillant sur la radio Rire et chansons, se disputent un ordinateur. Une programmatrice a été témoin de leur dispute, qui s’est transformée en bagarre, déclarant que “M. Dahan tenait M. Dahbar par le cou.” Dahbar porte plainte pour violences volontaires le même jour et une procédure de licenciement pour faute grave est engagée.

Dans la presse, Gérald Dahan raconte sa version des faits : Dahbar l’aurait insulté, le qualifiant de “sale juif” et de “petit pédé“. Puis il dépose plainte pour insultes antisémites et propos homophobes. Les témoins de la scène et collègues de Dahan n’ont jamais entendu parler de cela et il avait même fini par dire à la police ne plus se souvenir des insultes proférées exactement.

Mis en examen, l’imitateur a été condamné en première instance et en appel pour dénonciation calomnieuse. Il doit verser 1 000 euros de dommages et intérêts à Jean-Paul Dahbar. L’avocat de la victime précise toutefois à France-Soir : “Son adresse n’est plus bonne et son avocat m’a adressé une fin de non-recevoir.” Il s’apprête alors à mandater un huissier pour le faire payer. »

Source