Le Tsar Nicolas II a-t-il été victime d’un meurtre rituel ?

Depuis la découverte en 1993 des restes de la dépouille de 5 des membres de la famille royale russe, des enquêtes sont menées pour connaître les dernières circonstances de l’assassinat. La justice russe vient d’émettre une nouvelle hypothèse : Le tsar aurait été victime d’un meurtre rituel. Ce n’est qu’une hypothèse qu’une commission veut confirmer ou infirmer, mais c’en est déjà trop pour une certaine communauté qui hurle à l’antisémitisme. En effet, nous explique le figaro, il évoque dans l’inconscient russe « le mythe selon lequel des juifs tuent des enfants chrétiens à des fins rituelles, afin de boire leur sang. » Suit une longue litanie dans ce quotidien, dans laquelle on oublierait que la victime fut la famille impériale russe pour croire que ce furent les Juifs… D’ailleurs le point qui s’est emparé de l’affaire va encore plus loin, parle de « fable » (sans avoir enquêté), se dit choqué et parle d’« ignorance médiévale » (sic). Rappelons qu’il s’agit d’une enquête menée par la justice russe pour connaître la vérité au sujet de l’assassinat du Tsar Nicolas II, de sa femme et de leurs 5 enfants et que la commission d’enquête ne veut a priori exclure aucune hypothèse, même les plus gênantes… Et ça suffit pour se faire traiter d’ignorant ! Inversion accusatoire typique !

C’était un 1er décembre : mort de Charles de Foucauld

Le 1er décembre 1916, Charles de Foucauld était assassiné par des Senoussis et des Touareg ajjer dissidents, armés par les services secrets allemands.

Ancien saint-cyrien, après une vie dissolue il s’était converti.
Continuer la lecture de « C’était un 1er décembre : mort de Charles de Foucauld »

Testament de Marie-Antoinette, reine de France assassinée par les républicains un 16 octobre

Le 16 octobre 1793, à 4H30 du matin, soit 8 heures avant son exécution, la Reine rédige sa dernière lettre, à l’adresse de la sœur de Louis XVI, Marie-Elisabeth.
Ce sera son testament.

«C’est à vous, ma soeur, que j’écris pour la dernière fois : je viens d’être condamnée non pas à une mort honteuse, elle ne l’est que pour les criminels, mais à aller rejoindre votre frère, comme lui, innocente, j’espère montrer la même fermeté que lui dans ces derniers moments.

Je suis calme comme on l’est quand la conscience ne reproche rien ; j’ai un profond regret d’abandonner mes pauvres enfants : vous savez que je n’existais que pour eux et vous, ma bonne et tendre sœur. Vous qui avez, par votre amitié, tout sacrifié pour être avec nous, dans quelle position je vous laisse! J’ai appris, par le plaidoyer même du procès, que ma fille était séparée de vous. Hélas! la pauvre enfant, je n’ose pas lui écrire, elle ne recevrait pas ma lettre ; je ne sais même pas si celle-ci vous parviendra : recevez pour eus deux ici ma bénédiction. J’espère qu’un jour, lorsqu’ils seront plus grands, ils pourront se réunir avec vous, et jouir en entier de vos tendres soins. Continuer la lecture de « Testament de Marie-Antoinette, reine de France assassinée par les républicains un 16 octobre »

29 avril 1975 : mort du jeune Sergio Ramelli, assassiné par les Rouges

En cette année 1975, à Milan, Sergio Ramelli était un jeune étudiant de 18 ans.

Militant nationaliste au sein du Front de la Jeunesse (branche jeune du Mouvement Social Italien, MSI), il était connu comme tel dans son milieu scolaire, dans une époque de tension politique marqué par la violence d’extrême-gauche (l’année précédente, plusieurs militants italiens avaient été assassinés par les Brigades rouges).

Le 13 mars 1975, Sergio Ramelli rentre chez lui en fin de journée.
Il a à peine le temps de garer son scooter, pas très loin de son immeuble, que plusieurs militants d’extrême gauche armés de clefs anglaises l’assaillent. Les coups pleuvent sur le jeune tombé à terre.
Gravement touché à la tête, il est emmené à l’hôpital où, pendant plusieurs semaines, il lutte contre la mort.

Pendant son coma, les rouges ne se privent pas de commettre d’autres attaques violentes.

Et le 28 avril, ils apposent des graffitis hostiles sur l’habitation de la famille de Sergio Ramelli, ainsi qu’une affiche par laquelle ils menacent de mort le frère du jeune homme, s’il ne quitte pas l’endroit…

 

Continuer la lecture de « 29 avril 1975 : mort du jeune Sergio Ramelli, assassiné par les Rouges »

C’était un 21 mars…

1793 : la Convention adopte un décret de surveillance des étrangers, qui – s’il n’était bien sûr pas pris dans une bonne perspective à l’époque – pourrait être source d’inspiration aujourd’hui…
Ce texte prévoyait la création dans chaque commune, d’un comité de 12 citoyens chargés de surveiller les allées et venues des étrangers et d’ordonner éventuellement leur expulsion. Il stipulait que les étrangers en situation irrégulière, qui refuseront d’être expulsés, seront punis de 10 ans de détention et que « tout étranger saisi dans une émeute » sera exécuté.

1804 : enlevé à Ettenheim et ramené à Paris, le fils unique du dernier prince de Condé et espoir des royalistes, Antoine Henri de Bourbon, est fusillé dans les fossés de Vincennes. L’assassinat du duc d’Enghien scandalise l’Europe entière et fait basculer Chateaubriand dans l’opposition à Napoléon.

1886 : naissance à Paris, du journaliste, écrivain et critique royaliste Henri Massis. Il fut rédacteur en chef de la Revue universelle, de sa fondation à la mort de Jacques Bainville en 1936. Académicien, il fut épuré pour fidélité au maréchal Philippe Pétain, il signera de nombreux ouvrages, dont Défense de l’Occident (1927), Barrès et nous (1962), Le souvenir de Robert Brasillach (1963), etc. On peut se procurer ici plusieurs de ses livres.

1899 : naissance de Jean Fontenoy. Ce journaliste venu de l’extrême-gauche, véritable aventurier, séjourne en Russie et en Chine, combat les républicains en Espagne, les soviétiques en Finlande. Il est le fondateur, avec Eugène Deloncle, du Mouvement social révolutionnaire (MSR) et membre du directoire du RNP de Marcel Déat. Il s’engage dans la LVF et se suicide à Berlin en avril 1945. Il a écrit plusieurs ouvrages et a fait l’objet de deux biographies récentes, disponibles ici.
Continuer la lecture de « C’était un 21 mars… »

C’était un 22 février…

1916 : mort, pendant la bataille de Verdun, de l’héroïque lieutenant-colonel Emile Driant, à la tête des 56e et 59e bataillons de chasseurs, qui écrivit sous le pseudonyme de Capitaine Danrit des romans militaires d’anticipation souvent prophétiques (La guerre de demain, L’invasion noire, L’invasion jaune) qui connurent un grand succès.

Militant antimaçon, il fonda également la Ligue antimaçonnique pour les hommes et la Ligue Jeanne d’Arc pour les femmes. En 1907, il signe une Protestation contre la présence des francs-maçons aux fêtes de Jeanne d’Arc.
Il fut député de Meurthe-et-Moselle de 1910 à 1916.

1945 : près du lac de Constance, en Allemagne, deux avions attaquent en rase-mottes une Mercedes portant un drapeau tricolore peint à l’arrière. Jacques Doriot est tué sur le coup, et son chauffeur grièvement blessé. A Mengen, la tombe du fondateur du PPF fut profanée à l’arrivée des troupes françaises. (livres sur Doriot ici)

 Source

Video d’archive de Jacques Doriot, prononçant un discours devant le PPF en juillet 1941, après des défaites de l’Angleterre :
Continuer la lecture de « C’était un 22 février… »

C’était un 18 février…

Louis de Frotté

1587 : la reine d’Elisabeth d’Angleterre (ayant instauré l’anglicanisme religion d’État) fait décapiter la catholique Marie Stuart (reine d’Écosse, et qui fut aussi éphémère reine de France), après dix-huit ans d’emprisonnement. La reine poussa l’ignominie jusqu’à lui refuser un prêtre catholique.

1800 : le comte Marie Pierre Louis de Frotté, qui négociait sa reddition et disposait de sauf-conduits, est fusillé à Verneuil, sur ordre de Bonaparte, en même temps que six de ses officiers.
Né dans une famille protestante, il se convertit au catholicisme et fut le plus prestigieux chef de la chouannerie normande, réunissant sur son seul nom, en 1799, dix mille volontaires.

Source : T. de Chassey

21 janvier : anniversaire du régicide (récit + testament)

Vu chez Thibaut de Chassey :

Le 21 janvier 1793, la racaille révolutionnaire, ivre de haine et de rage, assassinait le roi de France, Louis XVI, âgé de 38 ans.
Cet acte sauvage recelait une grande force symbolique : en décapitant celui qui était le père de la nation organique et le sommet de l’Etat monarchique, c’était l’ordre ancien qui était abolit, en profondeur, au profit d’une contre-civilisation qui allait s’instaurer progressivement et inexorablement et dont nous connaissons aujourd’hui une certaine étape.

Pour l’anecdote, et contrairement à ce que laissait espérer l’innovation technique que constituait la guillotine, l’exécution du roi martyr fut particulièrement horrible.
Revenons donc à ce triste épisode, au cœur des heures les plus sombres de notre histoire.

Craignant un ultime rebondissement si le roi faisait un discours devant la foule, le commandant de la garde nationale donna l’ordre de faire jouer tous les tambours au pied de l’échafaud, qui était d’ailleurs fortement protégé.
Sur la dernière marche cependant, le roi fit un signe impérieux aux tambours qui, surpris, cessèrent de battre, et cria d’une voix tonnante : « je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France. Et vous, peuple infortuné… »
Déjà, des ordres étaient donnés et les tambours reprenaient.
Un journaliste de l’époque écrivit : « est-ce bien le même homme que je vois bousculé par quatre valets de bourreau, déshabillé de force, dont le tambour étouffe la voix, garrotté à une planche, se débattant encore, et recevant si mal le coup de la guillotine qu’il n’eut pas le col mais l’occiput et la mâchoire horriblement coupés ? »

D’après certains témoignages, il fallut s’y reprendre à deux fois pour trancher la tête, tandis que d’autres affirment que le bourreau dut appuyer de tout son poids sur la lame qui avait à peine entamé le crâne – au lieu du cou – afin de détacher la tête…
Le prêtre présent raconta qu’ensuite « le plus jeune des gardes, qui semblait avoir dix-huit ans, saisit immédiatement la tête, et la montra à la populace en faisant le tour de l’échafaud ; il accompagna cette monstrueuse cérémonie des gestes les plus atroces et les plus indécents ».
Certains spectateurs se barbouillèrent le visage du sang du malheureux.

On notera avec inquiétude que l’idéologie républicaine, contre-nature et forgée dans le sang de très nombreux Français, connaît aujourd’hui un regain de popularité dans la « mouvance nationale », même si certaines structures comme le Renouveau français y ferraillent inlassablement contre la doctrine mortifère issue des Loges.

Ci-dessous, le beau testament de Louis XVI, rédigé le 25 décembre 1792, envoyé à la Commune de Paris le 21 janvier 1793 :
Continuer la lecture de « 21 janvier : anniversaire du régicide (récit + testament) »

C’était un 19 septembre : la disparition de William Morgan

Ce 19 septembre 1826, aux Etats-Unis, disparait William Morgan, un ancien franc-maçon qui menaçait de dévoiler les secrets de la maçonnerie américaine. L’affaire allait avoir un impact exceptionnel.

Le 10 septembre précédent, l’imprimerie qui devait publier son ouvrage fut incendiée.
Le lendemain, Morgan fut arrêté sous un prétexte fallacieux.
Rapidement disculpé, il fut à nouveau arrêté pour une dette de 2,68 dollars, remontant à plus de cinq mois. Un inconnu régla sa dette le 12 septembre et emmena Morgan. Il disparut finalement le 19 et ne fut jamais retrouvé vivant, ayant été très certainement tué par des « frères ».

En octobre 1827, son corps fut repêché dans le lac Ontario. Le scandale fut énorme.
Continuer la lecture de « C’était un 19 septembre : la disparition de William Morgan »

6 juillet 1962 : l’assassinat sordide de Roger Degueldre par la République, version De Gaulle.

[Mise à jour 22h50 : comme chaque année s’est tenue une émouvante cérémonie sur la tombe du lieutenant Roger Degueldre, à l’initiative du CNC, avec Roger Holeindre. Présence de militants du Renouveau français et de son directeur]delta1

delta2

Ci-dessous un texte de José Castano à ce sujet :

«  Le jour où les « fells » entreront à Alger, j’espère trouver trois compagnons pour garder les faces du Monument aux morts et tomber en tirant une dernière salve de PM – R.D –

C’est quelques heures seulement après le génocide du 5 juillet 1962 qui, rappelons-le, fit plus de trois mille victimes parmi la population civile européenne, que dg prit sa décision de faire fusiller le lieutenant Roger DEGUELDRE qui, fidèle à son engagement « La mort plutôt que le déshonneur! », avait justifié son action dans l’OAS par ces mots : « Mon serment, je l’ai fait sur le cercueil du Colonel Jeanpierre.
Plutôt mourir, Mon Colonel, que de laisser l’Algérie aux mains du FLN, je vous le jure !
»

Le lendemain, 6 juillet 1962, à l’aube, au fort d’Ivry, Degueldre se présenta devant le peloton d’exécution en tenue de parachutiste, le drapeau tricolore sur la poitrine, drapeau auquel il avait tout sacrifié et qu’il avait choisi comme linceul.
Autour de son cou, il avait noué un foulard de la légion. Dans la poche intérieure de sa vareuse, il y avait la photo d’un bébé, son fils qu’il n’avait jamais vu. Il avait conçu cet enfant dans la clandestinité. Le bébé était venu au monde alors que le père se trouvait dans sa cellule de condamné à mort.
« Dites que je suis mort pour la France ! » s’écria-t-il à l’adresse de son défenseur.
Continuer la lecture de « 6 juillet 1962 : l’assassinat sordide de Roger Degueldre par la République, version De Gaulle. »

Révolution libyenne et assassinat de Kadhafi : des motivations encore plus laides que ce qu’on croyait !

Kadhafi capturé et sur le point d'être assassiné par des agents français

Dans un entretien à Mediapart, Rami El Obeidi, ancien coordinateur du renseignement extérieur auprès du Conseil national de transition (CNT) libyen, assure que « des agents français ont directement exécuté Kadhafi ».
Selon lui, « la menace d’une révélation d’un financement de Sarkozy en 2006-2007 a été suffisamment prise au sérieux pour que quiconque à l’Élysée veuille la mort de Kadhafi très rapidement ». L’attaque aérienne ayant visé le convoi de Kadhafi était « dirigée par la DGSE et des responsables à l’Élysée ».

Thierry Meyssan revient sur l’assassinat du prince Bandar

Radio Iran, interview le 30 juillet 2012 de Thierry Meyssan, écrivain journaliste actuellement en Syrie, au sujet de l’attentat qui a visé le prince Bandar ben Sultan, nouveau chef des services secrets saoudiens.
Selon Thierry Meyssan les autorités saoudiennes n’ont jusqu’à présent pas formellement confirmé le décès du prince Bandar mais ce qui est certain, c’est qu’il est n’est plus en état de continuer à remplir ses fonctions.

Via Propagandes.info

Tentative d’assassinat sur Samir Geagea au Liban

Samir Geagea est l’un des chefs politiques libanais chrétiens (ancien de la Phalange et des Forces libanaises).

Article de Maroun Charbel dans Présent :

« Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, était dans le viseur du, ou des francs-tireurs, quand il s’est soudain penché pour cueillir une fleur. Les balles de DCA (défense anti-aérienne) de calibre 12,7 ou 14,5 – à cette heure-ci nous n’en savons pas plus – sont allées se loger dans le mur. Le tir a été effectué de loin. Geagea dans sa conférence de presse parle d’un tir parti de plus d’un kilomètre. Mais un tir pour tuer. Nous sommes loin, très loin, des « petits messages » que ceux de l’anti-Liban aiment à nous envoyer sous forme de grenades ou de pains d’explosifs déposés dans les parkings ou à proximité des bureaux ou habitations des chefs du Liban souverain.
Continuer la lecture de « Tentative d’assassinat sur Samir Geagea au Liban »

Mort du directeur de « Sciences-Po »

Le médiatique Richard Descoings, directeur du prestigieux établissement censé former « l’élite » de la nation, a été retrouvé mort hier soir dans un hôtel de Manhattan (E-U), à l’âge de 53 ans.
Le décès est suspect (affaires cassées, plusieurs personnes présentes) même s’il y a peu d’éléments pour l’instant, et – si la prudence est de mise – beaucoup pensent secrètement à une affaire de mœurs, au vu de la personnalité de Descoings.
Il n’a pas fallu longtemps pour qu’il soit l’objet d’éloges de la part de la classe médiatico-politique dont il incarnait les aspirations.

Inverti notoire (déclarant, en tant que prof, « en amphi qu’il était “le premier pédé de Sciences-Po” ») – bien que marié – et partisan de la dégénérescence des mœurs, il avait rendu obligatoire à Sciences-Po l’étude de la délirante théorie du gender. Une première parmi les grandes écoles.
Descoings était aussi un xénophile forcené, hostile à l’identité nationale. Tenant de la « discrimination positive » (sic), il avait favorisé l’entrée des citoyens étrangers dans l’école (40% du total actuel !) sans parler des étrangers à papiers français derrière lesquels il courrait, notamment ceux des ZEP.
Continuer la lecture de « Mort du directeur de « Sciences-Po » »