La dégradation de la stèle de l’ancienne synagogue de Strasbourg était accidentelle

Il y a une semaine, la stèle de Strasbourg de l’ancienne synagogue avait été déplacée, ce qui avait suscité des réactions indignées hurlant à l’antisémitisme alors que personne ne savait rien de ce qui s’était passé. On lira, à titre d’exemple, ce qu’en disait Europe 1 ou bien ce qu’en disait l’adjoint au maire de Strasbourg ici. Même le ministre israélien des affaires étrangères avait réagi !

L’enquête a avancé et au final il ne s’agit que d’un simple accident de voiture, l’auteur sera jugé pour « défaut de maîtrise du véhicule » et rien d’autre. On peut du reste s’interroger du pourquoi de ces poursuites judiciaires alors qu’il n’y a aucun blessé corporel dans cet accident, mais passons. (Un simple constat aurait, semble-t-il, suffit !)

Puisse la vérité se faire sur de nombreux autres actes présentés comme antisémites, suscitant de nombreuses indignations alors que personne ne sait rien de ce qui s’est réellement passé, l’enquête n’ayant pas encore abouti !

3 février 1917 : mort d’Edouard Drumont,

journaliste, écrivain et homme politique.

Presque aveugle, Edouard Drumont décède peu avant 20h dans sa résidence de Moret-sur-Loing, près de Fontainebleau, à l’âge de 72 ans.

Outre de nombreux ouvrages consacrés à Paris (dont il était amoureux), ce brillant pamphlétaire est l’auteur d’une description de la société française au XIXe siècle : le « best-seller » La France juive (disponible ici), « livre magique » pour Georges Bernanos qui lui consacrera un ouvrage fameux : La Grande Peur des bien-pensants (disponible ici).
La fin d’un monde (disponible ici) est aussi un maître-ouvrage d’Edouard Drumont, qui a, à notre avis, moins vieilli.
Drumont fonda en 1892 et dirigea le journal La libre parole et fut un leader du camp nationaliste et antidreyfusard.

Continuer la lecture de « 3 février 1917 : mort d’Edouard Drumont, »

Les Républicains retirent en moins d’une heure une caricature de Macron jugée antisémite

MISE-A-JOUR 13/03 : François Fillon lui-même s’est fendu d’un communiqué ! Et devinez quoi ? Il en fait des tonnes, s’en prenant même à son militant auteur de ce dessin pas bien méchant.
Fillon déclare ainsi qu’« une caricature inacceptable a été publiée hier sur le compte Twitter des Républicains. Je comprends l’émoi qu’elle a pu susciter car elle évoquait des dessins d’une époque sombre de notre histoire et véhiculait une idéologie contre laquelle je me suis toujours battu». «Le combat politique est rude mais il doit rester digne», ajoute l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarközy, qui «ne saurait tolérer que (son) parti diffuse des caricatures reprenant les codes de la propagande antisémite». 

Fillon va même jusqu’à exiger du secrétaire général des Républicains « de prendre les sanctions qui s’imposent à l’égard de ceux qui ont ainsi donné de notre mouvement une image totalement contraire aux valeurs qui sont les nôtres »…

___________________________________



Résultat de recherche d'images pour ""emmanuel macron""A notre époque, il y a des tabous avec lesquels il est interdit de transiger et même de plaisanter. Alors qu’il y a 2 ans, la France entière était Charlie, que les badauds brandissaient des stylos pour marquer le droit à caricaturer et à dessiner, il semble qu’en réalité ce n’était pas pour soutenir la liberté d’expression (qui sert de prétexte à tout), mais uniquement pour défendre le droit de blasphémer sans retenue, c’est à dire d’insulter les croyants dans leur foi !

Pour preuve, la caricature ci-dessus, dessinée et diffusée par les Républicains a été retirée au bout d’une heure après que les partisans de Macron y eurent trouvé un aspect antisémite. Cet aspect antisémite est largement imaginaire (parmi les soutiens de Macron figurant sur le dessin ne figure qu’un Juif (Jacques Attali), alors qu’ils sont en réalité très nombreux à le soutenir : Cohn-Bendit, Minc, Kouchner, etc, ce que l’affiche ne dit pas). Quant au nez de Macron, il est effectivement prononcé, c’est ainsi. Qu’il soit un peu accentué (pas tellement finalement), c’est le principe de la caricature…

Par contre, ce que l’affiche suggère clairement, c’est l’alliance entre les communistes et les banksters, puisque Macron, caricaturé en banquier – sa profession -, tient une faucille, qui est l’emblème du communisme ! (alors que les communistes sont très nombreux à le soutenir !) Faut-il taire cette réalité ?

Du reste, si historiquement ce montage renvoie à l’histoire, ce n’est certainement pas aux années 30, mais plutôt à l’alliance qu’ont faite Trotski et les banquiers de New-York (les frères Warburg et Jacob Schiff), pour préparer et financer le coup d’Etat en Russie de 1917, coup d’Etat qui en fin de compte, fera des dizaines de millions de morts.

Le profanateur du cimetière juif était… un antifa !

Cimetière

Le profanateur du cimetière juif de Sarre-Union s’appelle Pierre, mais pas de bol pour tous ceux qui voyait déjà l’extrême-droite cachée derrière cette profanation surmédiatisée, il est… antifa !

C’est Le Monde qui nous l’apprend dans son édition du jour :

 » (…)  A Sarre-Union, 3 000 habitants, tout le monde se connaît. Et personne ne comprend. Gaëtan Wilsius, élève de 1re L au lycée Georges Imbert, a organisé dans la ville une marche silencieuse « de solidarité et d’indignation » qui a rassemblé dans la ville des centaines de lycéens, mardi. Sur les cinq suspects, il en connaît quatre. Ils étaient tous ensemble au collège Pierre-Claude de Sarre-Union, deux d’entre eux sont comme lui au lycée situé juste à côté. Il a beau chercher des signes distinctifs, il n’en trouve pas. Sauf peut-être qu’ils étaient « fans de metal », et « se tenaient un peu à part à cause de ce centre d’intérêt ».
Pierre, précise Gaëtan, « c’était la personne juste un tout petit peu bizarre parmi des gens normaux. Mais rien de méchant. »

Continuer la lecture de « Le profanateur du cimetière juif était… un antifa ! »

Paris : Horreur antisémite dans le 16e

Il y a 4 jours, tout Paris était en émoi. Pensez donc : Sur de nombreuses voitures stationnées, avait été marqué en gros le terme « JUIF » à la peinture. L’indignation, largement relayée par les media, était à son comble avant un silence radio total. Pour quelle raison ? C’est Yves Daoudal, sur son blog, qui vend la mèche : Le coupable, arrêté en flagrant délit, est juif.

En fait, un article de Metro News nous en dit un peu plus. Il s’agit d’un homme de 76 ans, connu de la police et qui, « en plus, revendique son geste » selon un témoin. Il faut savoir que l’été dernier, il se serait en effet rendu à deux reprises au commissariat du 16e arrondissement pour dénoncer des propos antisémites. En effet, les actes se multipliaient : En juillet cet homme accompagné de sa femme avait été voir la police pour signaler la présence de croix gammées sur leur boîte aux lettres, sur leur palier et sur la porte de leur logement. En août, ils auraient porté plainte pour dénoncer les mêmes faits.

Six mois plus tard, en décembre, de nouvelles inscriptions sont retrouvées dans le HLM. « Sale juif », croix gammée et autres tags sont constatés sur les murs du bâtiment. Idem en janvier. « Ça commençait à faire beaucoup, précise une source proche du dossier. Plusieurs personnes ont été interrogées et des tests d’écriture ont été réalisés… C’est là que les policiers ont estimé qu’il y avait quelque chose de vraiment bizarre dans cette histoire. »

En effet, en comparant les écritures, les enquêteurs ont trouvé que celle du plaignant était étrangement similaire à celle retrouvée sur les murs et la boîte aux lettres de l’immeuble notamment. « Autre coïncidence, le couple B. a indiqué qu’il était parti un moment de son logement pour se protéger. Pendant cette période, il n’y a eu aucune inscription, relève la source proche du dossier. Les policiers étaient convaincus que c’était lui, mais il leur manquait une preuve. Avec ce flagrant délit, ils ne pouvaient être mieux servis. »

En réalité, tout cela aurait été fait car le couple souhaite changer de domicile, ce que ces actes antisémites auraient pu faciliter (le couple vit dans un logement social)… Il paraît que les riverains sont sous le choc et, aux dernières nouvelles, l’homme serait présenté à un psychologue.

Liberté d’expression : quelle blague ! Hervé Ryssen encore condamné

Le militant nationaliste Hervé Ryssen, réputé pour ses ouvrages sur le judaïsme, a été condamné ce mardi à 6000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir proféré sur son blog personnel en octobre 2011 des « injures homophobes » (sic) à l’encontre du maire de Paris Bertrand Delanoë. Il devra en outre verser 2000 euros de dommages et intérêts à ce dernier, qui en avait demandé rien moins que 20 000… Un montant exorbitant mais sans doute anodin pour le pontife socialiste, quand il est rapporté à son train de vie. (source)

Si Hervé Ryssen avait déjà eu maille à partir avec la justice pour ses « écrits antisémites », « il est moins connu pour son aversion contre l’homosexualité », avait souligné le procureur…

Le répugnant Delanoë a par ailleurs porté plainte pour menaces à l’encontre d’Hervé Ryssen, pour d’autre propos diffusés sur son blog.
Ce dernier avait déjà été condamné en février dernier à 5.000 euros d’amende pour avoir selon le tribunal « diffamé la communauté juive » dans l’hebdomadaire d’extrême-droite Rivarol, en lui imputant une propension à l’inceste.

Pour se procurer tous les livres d’Hervé Ryssen et ainsi le soutenir dans ses recherches et son combat pour la liberté de parole, cliquer ici.
Précisons qu’aucun de ces livres n’a fait l’objet de poursuites : ils sont tous solidement documentés et basés sur des citations des personnes étudiées.
Pour la première fois, Hervé Ryssen se montre dans une video, où il donne son avis sur ce verdict :
Continuer la lecture de « Liberté d’expression : quelle blague ! Hervé Ryssen encore condamné »

Hystérie anti-antisémite du gouvernement

Ils ne savent plus quoi faire pour montrer au lobby juif leur totale dévotion.

D’abord, François Hollande crache sur la France à propos de « la rafle du Vel d’Hiv » encore davantage que Chirac et ment éhontément (cela se passait en zone occupée et pas sous l’autorité de l’Etat français). Il explique aussi que « l’antisémitisme n’est pas une opinion, c’est une abjection ».
Puis c’est le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui fait part dimanche à Strasbourg de son « inquiétude » face à « la résurgence de l’antisémitisme en France », et promet la « totale mobilisation des pouvoirs publics » pour y faire face. Des projets de rafles contre les mal-pensants ?

« Je connais l’inquiétude de nos concitoyens juifs. Elle est aussi et d’abord mon inquiétude », a ajouté le ministre, qui avait déjà participé le matin même à Paris à la commémoration du 70e anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv, aux côtés du président François Hollande.
En revanche, pas un mot pour le sort des Gaulois qui pour beaucoup d’entre eux, ont de véritables raisons d’être inquiets, et doivent subir les méfaits d’une occupation étrangère de plus en plus dure.
Continuer la lecture de « Hystérie anti-antisémite du gouvernement »

Manuel Valls : « Je suis lié de manière éternelle à Israël »

Manuell Valls est un cacique du Parti socialiste, immigré espagnol (marrane ?) « naturalisé » français en 1982. Il est maintenant ministre de l’Intérieur.

Hanna Rosenthal est en tournée…

… pour combattre l’antisémitisme au Moyen-Orient ! L’objectif ne manque pas de culot : « faire disparaître les éléments d’intolérance religieuse et de haine antisémite dans les livres scolaires, et promouvoir une éducation plus proche des sources juives de l’Islam ». La conseillère spéciale sur l’antisémitisme auprès du président Barack Obama, Hanna Rosenthal vient d’effectuer une tournée en Arabie Saoudite, en Jordanie, et au Liban, ou elle a rencontré des employés de l’ONU qui travaillent dans les camps de réfugiés. A la suite de la mission elle a déclaré « que ses impressions étaient mitigées ». « J’ai été émue lorsque des rares responsables arabes ont accepté (verbalement) d’enlever les passages antisémites des livres scolaires, et très contrariée lorsque je me suis heurtée à des refus ou à des manœuvres dilatoires ».  Si les Saoudiens ont promis d’enlever quelques passages sulfureux, un fonctionnaire jordanien aurait déclaré à la conseillère « américaine » :

Continuer la lecture de « Hanna Rosenthal est en tournée… »

Askolovitch, l’homme qui fait son beurre sur l’antisémitisme

Au sein de la petite armée d’inquisiteurs présente dans les médias, pour entretenir un climat antisémite constant– de BHL à Finkielkraut en passant par Yann Moix –, Claude Askolovitch est sans doute celui qui s’illustre le mieux ces temps-ci. Déjà, pour mieux cerner ce guignol, il ne faut pas oublier le travail qu’avait fait le site Arrêt sur Images pour démasquer son jeu.

Un angle victimaire récurrent

Alors qu’il travaillait encore pour le Nouvel Obs en 2003, Askolovitch s’est en était pris ouvertement au journaliste Langlois qui avait, dans son « bloc note » au sein de Politis, pris la défense de Pascal Boniface (PS) en le soutenant dans les différents qui l’opposaient au « lobby sioniste » du parti socialiste. On se souvient qu’en 2001, Boniface avait dénoncé la complaisance de son parti envers Israël, et avait fait le lien avec les socialistes juifs tels DSK, Fabius et Moscovici, accusés alors d’avoir des intérêts communautaires.

Lire la suite de cet article

Polémiques en vue : Benoît XVI opte pour une approche novatrice du déicide

dans la lignée de Jean-Paul II et de la déclaration « Nostra Aetate » du concile Vatican II.

Les catholiques traditionnels risquent d’être à nouveau déçus, mais les adeptes du Talmud vont se réjouir, à l’image de Benjamin Netanyahu – premier ministre israélien -, qui a envoyé jeudi une lettre à Benoît XVI. Il l’y félicite de ses commentaires théologiques dans un livre (à paraître) qui exonère le « peuple » juif de la responsabilité de la mort du Christ. (source)

Dans le second tome de son « Jésus de Nazareth », dont des extraits ont été publiés mercredi par le Vatican, Benoît XVI a en effet réaffirmé que ce n’était pas « le peuple » juif dans son ensemble qui était responsable de la mort du Christ, mais simplement une certaine oligarchie.
Continuer la lecture de « Polémiques en vue : Benoît XVI opte pour une approche novatrice du déicide »

« Qui est Juif ? »

Qui est juif? C’est la question que se posent le plus souvent les internautes français, selon l’outil qui permet de connaître les demandes de recherches les plus fréquentes sur Google ou Yahoo, révélant les obsessions d’un pays marqué par une relation ambiguë avec l’antisémitisme. Cette fonction des plus utilisés des moteurs de recherche, le complètement automatique, est destinée à faire gagner du temps en proposant par exemple aux internautes qui tapent le mot «voiture» de rechercher «voiture d’occasion» ou «voiture neuve».

Lire la suite

Contre le projet d’agrandissement d’une école juive = antisémite

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) a annoncé lundi avoir porté plainte pour incitation à la haine raciale après la diffusion de commentaires qualifiés d' »antisémites » sur le incitation à la haine raciale (Val-de-Marne). Une procédure similaire a été engagée par le Conseil des communautés juives du Val-de-Marne. « Hier la Palestine, demain Fontenay-sous-Bois?« , « Ne soyons pas obligés de plier devant l’envahisseur« : ces propos qualifiés d' »antisémites » par l’association auraient été diffusés sur un forum internet de la municipalité consacré au projet d’agrandissement d’une école juive. Des images « tronquées » de soldats israéliens maltraitant un Palestinien auraient également été postées sur ce forum, a ajouté M. Ghozlan.

source

Un grand classique, par Gérald Dahan

« Accusant injustement un ex-collègue animateur sur Rire et chansons d’injures antisémites et homophobes, il (Gérald Dahan) a été condamné par la cour d’appel de Paris mais l’humoriste refuse de payer, indique France-Soir.

Retour en 2005. Gérald Dahan et Jean-Paul Dahbar, travaillant sur la radio Rire et chansons, se disputent un ordinateur. Une programmatrice a été témoin de leur dispute, qui s’est transformée en bagarre, déclarant que “M. Dahan tenait M. Dahbar par le cou.” Dahbar porte plainte pour violences volontaires le même jour et une procédure de licenciement pour faute grave est engagée.

Dans la presse, Gérald Dahan raconte sa version des faits : Dahbar l’aurait insulté, le qualifiant de “sale juif” et de “petit pédé“. Puis il dépose plainte pour insultes antisémites et propos homophobes. Les témoins de la scène et collègues de Dahan n’ont jamais entendu parler de cela et il avait même fini par dire à la police ne plus se souvenir des insultes proférées exactement.

Mis en examen, l’imitateur a été condamné en première instance et en appel pour dénonciation calomnieuse. Il doit verser 1 000 euros de dommages et intérêts à Jean-Paul Dahbar. L’avocat de la victime précise toutefois à France-Soir : “Son adresse n’est plus bonne et son avocat m’a adressé une fin de non-recevoir.” Il s’apprête alors à mandater un huissier pour le faire payer. »

Source

Tout le monde il est antisémite

Hier dans l’émission « On n’est pas couché », Laurent Ruquier interrogeait Lise Levitzky (première femme de Serge Gainsbourg) et elle a fait une déclaration surprenante : pour elle les juifs “intégrés” sont de fait “antisémites”.
(à partir de 0’59)