Suite à la polémique, la réédition de la bande dessinée Bamboula est annulée

Les Éditions de Varly souhaitaient rééditer en février la bande dessinée au héros noir datant de 1951. Suite aux nombreuses critiques, son éditeur vient d’annoncer dans un communiqué avoir finalement renoncé au projet.

Dans la lignée de l’«affaire» Céline, la réédition des Aventures de Bamboula ne se fera pas. Affecté par la polémique jugeant la bande dessinée raciste, l’éditeur Georges Fernandes a d’abord confié à Jeune Afrique ne vouloir «blesser personne» et réfléchir à annuler la parution du premier tome. Aujourd’hui, après une forte mobilisation sur le net et une pression jugée trop forte, il a adressé un message à France Info , dans lequel il annonce renoncer à cette parution.

Tout a commencé par un article du site ActuaLitté qui s’étonnait de la volonté de rééditer cette série. La nouvelle a provoqué un tollé sur la toile, où de nombreux internautes ont posté des commentaires pour s’opposer au projet.  «Je ne veux pas qu’une BD raciste soit rééditée, On ne peut pas laisser faire ça, «C’est de la provocation», pouvait-on lire sur les réseaux sociaux…

La raison de cette colère? L’idéologie colonialiste qui imprègne cette bande dessinée œuvre. Créée après la Seconde Guerre mondiale, elle est centrée sur Bamboula, petit garçon originaire «d’un pays d’Afrique noire» qui arrive en France, où «il va devoir apprendre et comprendre ce monde qu’il ne connaît pas».

Le héros parle un français très approximatif: «Ti vas voir Midame si ça y’en a fameux poulet rôti à li mode di chez nous». Du «petit nègre», comme l’on disait jadis. Et son comportement inadéquat face au monde «civilisé» est la source principale de gags caricaturaux. Même si les personnages blancs de la série sont violents, égoïstes, et intolérants, l’accent est porté sur le décalage de «Bamboula» qui sert de ressort comique.

Son nom, «Bamboula», est lui-même porteur du mépris des Français à l’égard des personnes noires. D’après la linguiste Marie Treps, avec l’arrivée des tirailleurs sénégalais sur le front en 1914, le terme renvoie alors à «une imagerie alliant sauvagerie, cannibalisme, sexualité animale et rire, naïveté enfantine supposée des soldats noirs».

Source


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

1 commentaire concernant l'article “Suite à la polémique, la réédition de la bande dessinée Bamboula est annulée”

  1. Il n’y a plus aucune liberté d’expression.

    Quand ce ne sont pas des lois liberticides qui l’enfreignent, c’est une autocensure consécutive aux pressions exercées par les ligues de vertu. On le voit avec cette BD. Les pamphlets de Céline sont également auto-censurés par son éditeur alors que légalement il n’y a rien qui empêche leur publication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.