Serge Michailof : « ce sont des gens difficilement assimilables »

Entretien sans concession d’un chercheur à l’IRIS, ex-directeur à la Banque mondiale et ancien patron de l’Agence française de développement (AFD), Serge Michailof à propos du Sahel.

Les éléments que vous exposez sur la crise dans le Sahel étaient-ils une découverte pour eux ?

Oui. Ils voyaient le côté terrorisme et militaire, pas l’ampleur du drame social et économique. On a actualisé le document après la présidentielle et émis des recommandations. L’un des problèmes principaux est que chacun travaille en silo, le Budget et le Trésor. Et la vision est purement militaire. Le développement, la Banque mondiale et l’Union européenne s’en occupent. Or, ce n’est pas si simple.


Tous les grands bailleurs ont échoué en Afghanistan parce qu’ils ne savent pas travailler dans ce type de situations. Ils travaillent dans des pays pauvres, mais bien gérés parce que, sinon, l’argent disparaît. Pour maximiser l’impact de l’aide internationale, il faut travailler dans des pays bien gérés, qui ont de moins en moins besoin de l’aide internationale. Alors que toute une frange de pays est en train de décrocher complètement de la mondialisation et s’enfonce dans des guerres civiles. C’est là que l’aide doit intervenir et elle n’a pas d’expérience dans ce domaine. Or, si le Sahel implose, l’impact va être considérable, sur l’Afrique de l’Ouest globalement.

La France et l’Union européenne pourraient-elles décider, cyniquement, de s’en laver les mains ?

Dans ce cas, il faudra mettre des barbelés autour de l’Europe. On a vu les miettes de l’immigration venue de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan, ceux qui parlent anglais et ne veulent pas aller en France où il n’y a pas de boulot. On n’a rien vu. Quand il va devenir impossible de vivre dans les campagnes au Sahel, ceux qui vont venir sont liés à de la diaspora installée autour de Paris. Or, ce sont des gens difficilement assimilables. Je suis moi-même fils d’immigrés, je le sais : pour s’intégrer, il faut le vouloir. Et il faut une proximité culturelle. Ce n’est pas le cas de jeunes illettrés du Sahel dont beaucoup, dans les campagnes, sont salafistes. Plus une diaspora est composée d’un milieu culturel différent du pays hôte, moins elle interagit avec lui, plus elle grossit, moins elle s’intègre. Quand on ne peut pas intégrer les immigrés, on crée des fissures terribles dans la société. Cela entraîne des raidissements identitaires et une dérive vers les extrémismes politiques.

Selon vous, dans 5 ans, il sera trop tard.

Oui, pour le Mali, si on ne redresse pas la barre. Là, on peut encore reconstruire les institutions, ensuite, on ne pourra plus. Ça déborde sur le Niger, sur Tillabéri, Ayorou, Tahoua. Et le Niger n’est pas très solide.

ous expliquez que nos outils ne sont pas adaptés, pourquoi ?

On remet de l’argent à des organisations multilatérales. En 2018, on aura donné 850 millions d’euros à l’Union européenne, on donne 350 à 400 millions à la Banque mondiale, on donne à la Banque africaine de développement, plus 50 millions dans des fonds des Nations unies qui ne servent à rien. Ce sont des institutions bourrées de fric ! Et ces agences ne sont pas gérées comme des institutions fondées sur le mérite, mais sur la nationalité. On construit l’inefficacité. La Banque mondiale est gérée à l’américaine et le Sahel francophone, quand j’y étais, ne les intéressait pas. J’étais conseiller principal du vice-président Afrique pendant 2 ans, il ne parlait pas français. Ils n’ont pas d’expertise en interne. Il y a des gens compétents pour faire un barrage, un chemin de fer, des routes, un programme macro-financier d’ajustement structurel. Mais le Sahel, c’est du régalien (dont ils n’ont pas le droit de s’occuper) et de l’institutionnel, construit sur le modèle français. Or, un Pakistanais ou un Brésilien, sans aucune idée de l’historique, va reconstituer des institutions comme chez lui.

Lire la suite sur Le Point…


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.