Réflexions sur la crise tunisienne

L’éminent africaniste Bernard Lugan émet un avis intéressant sur la crise tunisienne actuelle, à travers le communiqué suivant.

« Les graves évènements de Tunisie m’inspirent les réflexions suivantes :

1) Certes le président Ben Ali n’était pas l’illustration de la démocratie telle que la connaissent une trentaine de pays sur les 192 représentés à l’ONU, certes encore, de fortes disparités sociales existaient en Tunisie, mais, en vingt ans, il avait réussi à transformer un Etat du tiers monde en un pays moderne attirant capitaux et industries, en un pôle de stabilité et de tolérance dans un univers musulman souvent chaotique. Des centaines de milliers de touristes venaient rechercher en Tunisie un exotisme tempéré par une grande modernité, des milliers de patients s’y faisaient opérer à des coûts inférieurs et pour une même qualité de soins qu’en Europe, la jeunesse était scolarisée à 100%, les femmes étaient libres et les filles ne portaient pas le voile.

2) Aujourd’hui, tout cela est détruit. Le capital image que la Tunisie avait eu tant de mal à constituer est parti en fumée, les touristes attendent d’être évacués et le pays a sombré dans le chaos. Les journalistes français, encore émoustillés à la seule évocation de la « révolution des jasmins » cachent aux robots qui les lisent ou qui les écoutent que le pays est en quasi guerre civile, que les pillages y sont systématiques, que des voyous défoncent les portes des maisons pour piller et violer, que les honnêtes citoyens vivent dans la terreur et qu’ils doivent se former en milices pour défendre leurs biens et assurer la sécurité de leurs familles. Les mêmes nous disent doctement que le danger islamiste n’existe pas. De fait, les seuls leaders politiques qui s’expriment dans les médias français semblent être les responsables du parti communiste tunisien. Nous voilà donc rassurés…

3) La cécité du monde journalistique français laisse pantois. Comment peuvent-ils oublier, ces perroquets incultes, ces lecteurs de prompteurs formatés, que les mêmes trémolos de joie indécente furent poussés par leurs aînés lors du départ du Shah en Iran et quand ils annonçaient alors sérieusement que la relève démocratique allait contenir les mollahs ?

4) Le prochain pays qui basculera sera l’Egypte et les conséquences seront alors incalculables. Le scénario est connu d’avance tant il est immuable : un président vieillissant, des émeutes populaires inévitables en raison de l’augmentation du prix des denrées alimentaires et de la suicidaire démographie, une forte réaction policière montée en épingle par les éternels donneurs de leçons et enfin le harcèlement du pouvoir par une campagne de la presse occidentale dirigée contre la famille Moubarak accusée d’enrichissement. Et la route sera ouverte pour une république islamique de plus ; tout cela au nom de l’impératif démocratique…

5) Ces tragiques évènements m’inspirent enfin un mépris renouvelé pour la « classe politique » française. Ceux qui, il y a encore quelques semaines, regardaient le président Ben Ali avec les « yeux de Chimène », sont en effet les premiers à l’accabler aujourd’hui. Nos décideurs en sont tombés jusqu’à expulser de France les dignitaires de l’ancien régime tunisien qu’ils recevaient hier en leur déroulant le tapis rouge. La France a donc une nouvelle fois montré qu’elle ne soutient ses « amis » que quand ils sont forts. L’on peut être certain que la leçon sera retenue, tant au Maghreb qu’au sud du Sahara… A l’occasion de ces évènements, nous avons appris que 600 000 Tunisiens vivaient en France, certains médias avançant même le chiffre de 1 million. L’explication de l’attitude française réside peut-être dans ces chiffres. Pour mémoire, en 1955, un an avant la fin du protectorat français sur la Tunisie, 250 000 Européens, essentiellement Français et Italiens y étaient installés, ce qui était considéré comme insupportable par les anti-colonialistes.

Bernard Lugan
16 janvier 2011 »

9 commentaires concernant l'article “Réflexions sur la crise tunisienne”

  1. Très bonne réflexion en effet.
    Mais, j’aimerais toutefois savoir, si cela est possible, combien de nos « chances » pour la France sont allées participer (et s’entrainer?) aux événements qui ont lieux en Tunisie?
    Il est de notoriété publique, et ceci à plus forte raison avec les confessions d’individus comme John Perkins que les USA financent ce genre de sédition.
    Et vu que la CIA payent des voyages aux « states » aux racailles de nos banlieues je me pose des questions.

  2. Bernard Lugan toujours aussi magistral. Précis et juste.

    Une ennième « révolution colorée » qui a un peu plus mal tourné que les autres?

  3. Que les islamistes prennent le pouvoirs dans ces pays, si ça peut faire la fermer voir dégager tous les sionistes d’Europe.

    Mais surtout, fermons les frontières!!!

  4. VRAI! dit :
    16 janvier 2011 à 22 h 18 min
    Faut-il donc s’attendre à une nouvelle invasion de Tunisiens sur notre territoire déjà défiguré?

    C’est le but de la manoeuvre , semble t-il , tous les médias français relatant les évènements en Tunisie et les réactions des » Tunisiens en France  » en boucle , comme si la Tunisie , c’était la France .

  5. Les journalistes français sont des idéologues crétins, incultes qui n’ont aucune connaissance en géopolitique et politique étrangère, ils sont juste bons à retranscrire des dépêhes AFP émanant de cet organisme d’état, équivalent dorénavant de la « Pravda » des soviets à l’époque. Ils ont tous été formatés dans les mêmes écoles journalistiques de désinformation, mise s en place sous le calamiteux mittrand, cosmopolite s’il en est, que des gogos prennent encore pour un nationaliste.

    Ensuite viendra le tour de la France terreau fécond de l’islamisme, du sionisme, de la décadence, de l’anti France, des scories gauchistes, des bourgeois eunuques crétinisés par 65 ans de repentance unilatérale. Les dirigeants de ce pays qu’on appellait la France, s’enfuieront comme Ben Ali les valoches chargées d’or, spolié sur le dos des Français de souche, d’un pays que leurs ancêtres avaient mis deux millénaires à construire, anesthésiés qu’ils sont par des dizaines d’années de gouvernance cosmopolite.
    .
    600000 à 1 millions de Tunisiens vivent en France, chiffre dissimulés par les politiciens cosmopolites qui ruinent et avilissant la France un peu plus chaque jour, et jusqu’à la fin.
    Il n’y aura pas de miracle ni une Marinette, ni l’américano-sioniste DSK, la grosse Aubry, et autre gnome, rien ne pourra sauver la France du chaos annoncé.

    L’homme providentiel, s’il y en a un, sera appelé par Dieu, que cela plaise ou non aux payens, athées et compagnie. Mais plus rien maintenant n’évitera le chaos en France.

  6. Bernard Lugan se trompe rarement à propos de l’Afrique. Déjà lors d’une conférence il y a un mois il avait présagé les émeutes ou la guerre civile en Côte d’Ivoire. Oui ce n’était pas bien difficile….mais sa connaissance historique et ethnique de l’Afrique ne fait aucun doute. Une poignée de main sympathique en plus !

  7. Plusieurs reflexions: Comme dans le reste des anciennes colonies francaises d’AFN le regime Ben Ali etait une dictature mafieuse. Cela ne peut pas etre nie mais je suis d’accord pour dire que la France a une fois de plus montre son cote le plus veule et meprisable. Que dire d’un Sarkozy qui il y a peu donnait l’accolade au couple Ben Ali, qui vantait les progres democratiques du regime? Que dire d’un Strauss Kahn qui en 2008 vantait la Tunisie comme un modele??

    Nous avons au lendemain de la decolonisation collabore a la mise en place de ces regimes dictatoriaux, corrompus pour le plus grand benefice de nos multinationales. Que l’on songe au Maroc ou le betonneur Bouygues a construit la plus grande mosquee du monde, a l’Algerie ou nous continuons a soutenir un regime corrompu jusqu’a la moelle, au Niger ou pour le controle de l’uranium nous laissons assassiner des compatriotes pris comme otage par des islamistes meurtriers! Ne parlons pas de la Cote d’Ivoire ou de Bollore aux Chirac la collusion mafieuse est flagrante.

    Depuis tant d’annees, que des gouvernements efficaces, democratiques, honnetes n’aient pu se developper incombe aux decolonises comme a l’ancienne puissance coloniale qui s’est accomodee de ces despotes qui lui ont permis de garder les interets economiques de ses affides au mepris des peuples dont elle avait la jadis la charge.

    Ceci est valable pour la France comme pour le Royaume Uni mais c’est d’autant plus criminel pour la France que nous avions une politique coloniale differente de nos voisins d’outre manche, assimilatrice et civilisatrice pour la France, les Anglais se contentant d’administrer et de piller les ressources au mieux de leurs interets politiques ,militaires (bases navales pour la Flotte de guerre) et economiques.

    En ayant opte pour cette politique nous avons trahi doublement l’oeuvre de tous ces Francais qui avaient su mettre en valeur et developper des territoires auparavant sous le joug d’opresseurs et sans ressources propres comme le fut l’Algerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.