Quinze ans de réclusion pour un homosexuel pédophile qui diffusait ses viols sur internet

La cour d’assises de la Gironde a condamné mercredi Cédric Mallaurie, un éducateur socioculturel de 55 ans qui filmait ses viols et les diffusait sur internet, à quinze ans de réclusion criminelle pour les viols aggravés de mineurs âgés alors de 4 à 13 ans.

Une peine conforme au plancher des réquisitions — l’avocat général avait demandé « entre 15 ans et 20 ans d’emprisonnement — et qui a été assortie d’une interdiction à titre définitif d’exercer un métier en contact avec des enfants et d’un suivi socio-judiciaire.

Outre les viols aggravés, l’accusé était également poursuivi pour « diffusion d’images pornographiques de mineurs » et « agressions sexuelles » de trois jeunes garçons pour des faits réguliers entre 2000 et 2007.

Lors de l’audience qui s’est tenue à huis clos (à l’exception du délibéré), Cédric Mallaurie a reconnu la plupart des charges qui pesaient contre lui, ont indiqué à l’AFP les avocats des parties civiles.

Il avait été interpellé en avril 2007 lors de l’opération d’Artagnan, un vaste coup de filet mené par la Direction centrale de la police judiciaire, qui avait permis de confondre 628 internautes pédophiles qui s’échangeaient des fichiers pornographiques.

Sur son matériel informatique les policiers ont retrouvé de nombreuses photos pornographiques et des vidéos sur lesquelles l’accusé se mettait en scène. Ils ont également retrouvé des sous-vêtements d’enfants dans la chambre qu’il occupait dans le logement de sa mère en banlieue bordelaise.

Pour l’expert psychiatre, l’accusé, un éducateur qui intervenait notamment dans trois écoles primaires de Bordeaux, présente « un fonctionnement pervers à tropisme pédophilie », un comportement qui « n’est pas curable », selon lui.

Rétablissons la peine de mort pour les violeurs d’enfants !

Source (Merci à Pierrot)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.