Quand la justice fait disparaître des corps…

Elsa Vigoureux, reporter au Nouvel Observateur, révèle que la justice a ordonné la destruction en 1998 du cadavre d’un enfant découvert dans une grotte de l’Isère, anéantissant une piste majeure dans l’enquête sur la disparition du petit Ludovic en 1983. 11 autres cadavres ont été détruits.

Le 17 mars 1983, Ludovic Janvier, six ans et demi, disparaît à Saint-Martin d’Hère dans l’Isère alors qu’il part acheter des cigarettes. Deux ans plus tard, deux spéléologues trouvent dans une grotte d’Engins le corps d’un enfant. D’après les légistes, ce cadavre appartient à un garçon de six-sept ans, comme Ludovic, dont le crâne a été fracassé avec un outil lourd. La date de l’assassinat semble aussi remonter approximativement à celle de la disparition de Ludovic. La découverte est cruciale. Mais à cette époque, les techniques de recherches ADN en sont à leurs débuts. Il faut comparer la fiche dentaire de Ludovic à la mâchoire de ce corps, pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une seule et même personne. Le petit Janvier n’est jamais allé chez le dentiste. Les deux affaires, closes, vont se perdre dans les archives du tribunal de Grenoble. Et l’impensable arrive en 1998 : les autorités judiciaires ordonnent la destruction du corps. Cette même année, onze autres cadavres sont détruits. Un geste difficilement compréhensible dans l’Isère, où neuf cas de disparitions ou meurtres d’enfants non-élucidés ont entraîné la création il y a deux ans d’une cellule d’enquête spéciale « Mineurs 38 ».

Source

Merci à Pierrot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.