Profanations antinationalistes dans un cimetière espagnol

De notre correspondant en Espagne :

« Dans une enceinte adjointe au cimetière municipal d’Aravaca, reposaient, depuis plus de 60 ans des patriotes, religieux, monarchistes, ou phalangistes, assassinés par les forces républicaines. Parmi eux se trouvent , entre autres, Ramiro de Maetzu, l’un des intellectuels les plus éminents du début du xxème siècle, Ramiro Ledesma Ramos, fondateur du national-syndicalisme et les deux frères aînés de Ramon Serrano Suner (ancien chef de la Phalange), José et Fernando.

Dans la nuit du 22 au 23 octobre, (toujours la nuit, comme le font les rats) le cimetière de nos martyrs d’Aravaca a été profané par des vandales d’extrême gauche. Les dommages sont, a première vue, condidérables, et nous craignons qu’ils le soient plus encore que nous le pensons après une estimation réelle.
Ce n’est certes pas la première fois, et les autorités sont parfaitement conscientes que lorsqu’approche la fin du mois d’octobre, les familles viennent visiter leurs tombes
. »


La Phalange communique :
« La Phalange tient à souligner que, de plus, les profanations et les destructions dans le Cimetière des Martyrs d’Aravaca ont commencé à partir du moment où le parti socialiste espagnol a présenté sa « Loi de Mémoire Historique » et que depuis lors elles se sont répétées en s’aggravant. Le parti socialiste espagnol est par conséquent tenu responsable, pour avoir créé un bouillon de culture qui favorise ces actions.

Notre organisation, comme nous l’avons déja annoncé, prépare les mesures légales opportunes contre ceux qui portent la responsabilité de ces profanations, ainsi que de la profanation des tombes de la Valle de Los Caïdos.
Et naturellement, tous finiront devant la justice.
Les familles peuvent être assurées que La Phalange sera a leurs cotés, et que, si le conseil municipal de Madrid continue d’être incapable de surveiller le cimetière et même de restaurer les dommages qui résultent de ces attaques, nous prendrons les mesures qui s’imposent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.