Premiers spots publicitaires pour l’avortement en Grande-Bretagne

Les premiers spots publicitaires en Grande-Bretagne pour des cliniques proposant des avortements seront diffusés la semaine prochaine, a annoncé jeudi soir le réseau Marie Stopes International, déclenchant les protestations de groupes pro-vie.

L’association, qui gère huit cliniques dans le pays, ose affirmer que la publicité pour des conseils en cas de grossesse non désirée et pour des avortements offrira des informations très utiles aux femmes en détresse.

La campagne, qui débutera lundi sur la chaîne Channel Four et sera diffusée jusqu’à la fin du mois de juin, donne un numéro de téléphone gratuit.

« Sur la seule année dernière notre service d’aide ouvert 24 heures sur 24 a reçu 350.000 appels « , a souligné la directrice de la compagnie Dana Hovig.

En 2008, plus de 195.000 avortements ont été effectués en Angleterre et au pays de Galles dont 91% ont été financés par le NHS, le service de santé publique.

Les groupes pro-vie ont critiqué ces spots publicitaires : « Je ne peux pas croire que cela ait été autorisé », a souligné Michaela Aston, une porte-parole de l’association Charity Life.

« Permettre aux cliniques offrant des avortements de faire de la publicité à la télévision, comme si elles étaient des entreprises ou des fabricants de produits de nettoyage est grotesque », a-t-elle insisté.

Darinka Aleksic, coordinatrice des campagnes pour l’association Abortion Rights (Droit à l’avortement), a en revanche estimé « que cela constituait une avancée importante pour les services d’aide offerts aux femmes ».

La Grande-Bretagne a l’un des taux de grossesses et d’avortements chez les adolescentes les plus élevés d’Europe.

Source (Merci à Carine)

3 commentaires concernant l'article “Premiers spots publicitaires pour l’avortement en Grande-Bretagne”

  1. Ne soyons pas naïfs, cette publicité pour l’avortement ne correspond pas à une avancée du droit des femmes à disposer de leurs corps ; c’est ni plus ni moins qu’une façon de relancer la fréquentation des centres de Marie Stopes International. Sous couvert d’avancée sociale, certains organismes cherchent simplement à s’enrichir. Ce genre de procédés témoignent de toute la considération apporter aux femmes enceintes par ces marchand de mort. Pour eux, le marché de la femme qui souhaite avorter est un marché comme les autres, et comme pour les autres il y a de la concurrence.
    Finalement ce genre de programme ne fait que caricaturer les défenseurs de l’avortement qui souhaitent nous rendrent esclaves de nos désirs dans un seul but consumériste. Le nouvel ordre mondial c’est tellement bien inséré, que ses sbires ne dissimulent même plus les ficelles pourtant énormes dans cette pub.

    Bientôt la bourse de Londres présentera le court du fœtus !!

  2. Tout cela est scandaleux et devrait être interdit. Non seulement, la mort est légalisée, mais elle est en plus encouragée par des spots publicitaires, c’est à dire par les mêmes procédés que ceux qui sont utilisés pour encourager la consommation de produits de consommation. On voit là qu’on marche sur la tête. Il y a d’ailleurs un excellent article écrit par Jérôme Bourbon paru dans le dernier Rivarol et dont on peut lire l’essentiel ici : http://www.rivarol.com/Editorial.html

    Du reste, il n’y a rien à attendre de David Cameron, dont certains l’ont hâtivement comparé à Margaret Thatcher. C’est ce que laisse entendre un autre article paru dans le décidément incontournable Rivarol : Si l’on en croit cet article, Cameron semble totalement vendu aux forces de l’anti-Angleterre, à toujours été un militant anti-BNP. Ce pays n’est donc pas près de se redresser ni économiquement, ni moralement, ni ethniquement…

  3. Excellent edito en effet.
    M’est avis qu’il serait possible avec des moyens dérisoires de diffuser largement une propagande anti-avortement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.