Piss Christ : communiqué délirant d’Arnaud Upinsky

Les rédacteurs de contre-info.com se font toujours un plaisir de diffuser auprès de leurs lecteurs, des versions alternatives aux vérités officielles sur certains sujets : sida, missions Apollo et sur bien d’autres. Néanmoins, il y a certaines théories abracadabrantesques auxquelles il faut mettre un terme, tant elles tiennent de la paranoïa plutôt que de la recherche de la vérité. Arnaud Upinsky, président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles, qui avait organisé la manifestation devant le château de Versailles contre l’exposition Murakami vient de publier un communiqué de presse hallucinant à propos de l’affaire du « Piss Christ » sur son site internet.
Nous allons donc reprendre en détail l’accusation de ce monsieur :

– « Alors que les agresseurs n’ont pas craint d’agir à visage découvert, la police est toujours muette« .
1) Peut-être n’avaient-ils pas le choix d’agir à visage découvert ? S’ils étaient entrés cagoulés dans le musée, ils auraient immédiatement attiré l’attention de la sécurité. Pour accéder au Piss Christ, ils auraient nécessairement dû user de violence physique à l’égard du personnel de la collection.
2) Peut-être sont-ils prêts à assumer leur acte (salutaire et héroïque de notre point de vue) ?
3) Peut-être ne sont-ils pas fichés par les services de Police et l’identification par les caméras de surveillance se complique forcément ?
4) La police n’est pas non plus toute puisssante et elle met un certain temps à collecter des informations (écoutes téléphoniques à récupérer et analyser, localisation par les téléphones mobiles etc…), le dernier exemple en date est l’affaire de Nantes.
5) Enfin peut-être que la police a déjà une ou plusieurs identités mais qu’elle continue d’enquêter avant de passer aux arrestations ?

Continuons l’analyse d’ Arnaud Upinsky :
le « profilage » des coupables met TROIS FOIS sur la piste du réseau new-yorkais avec même mode opératoire : provocation-invitation à la violence, vandalisme médiatique, extension de la provocation.
1ère SIGNATURE : PROVOCATION-INVITATION A LA VIOLENCE
Murement « pensée » comme une provocation, l’exposition subventionnée d’Etat « Je crois aux miracles » l’est par son titre, par sa couverture de la semaine sainte et surtout pour avoir prévu le blindage de sa « protection » spéciale du Christ, faisant suite aux masques de Barceló dans la chapelle papale d’Avignon sur le modèle des provocations de Versailles, Lacroix dans la chapelle, Koons et Murakami dans les appartements royaux.
L’art new-yorkais a besoin de la violence. En 2008, certains média et un agent proche du premier cercle du pouvoir avaient poussé la Coordination à « casser du Koons » ( sans succès ! ). En 2010, Jean-Jacques Aillagon et son réseau ont promu et soutenu la dégradante manifestation « urinoir » faite par Anne Brassié ! Choquer est le ressort publicitaire de l’Art New-yorkais, simulant d’être pris pour cible !

Peut-être, mais cela ne prouve rien quant à l’identité des « casseurs ». L’exposition était clairement provocatrice, pour attirer le visiteur, faire du buzz, et nourrir leur haine de la religion catholique. Le reste n’est que suppositions.

Continuons, et passons à la phase critique de son argumentation :
« 2ème SIGNATURE : VANDALISME HYSTERIQUE DES MEDIA
La décapitation des statues religieuses est la signature du vandalisme de 1793 ayant détruit un tiers du patrimoine français. Or, L’attentat du Christ d’Avignon est une exécution « rituelle » ciblée décapitant le Christ avec une précision chirurgicale inouïe, après la messe des Rameaux, Aucun chrétien n’a pu frapper au visage le Christ, d’un coup de marteau, le jour du triomphe du Christ-Messie ! Le message est clair, le mode opératoire new-yorkais. L’hystérie des accusations médiatiques du réseau new-yorkais prenant pour cible ceux qui n’ont pu faire l’attentat et n’y ont aucun intérêt, est donc signé. C’est un acte de complicité manifeste visant à discréditer la vague de résistance culturelle montante. »

Tout simplement incroyable… L’attentat du Christ d’Avignon ! Ni plus ni moins ! Il faut être aveugle pour ne pas comprendre que c’est la représentation du Christ souillé par l’urine qui était visée par les coups de marteaux et non le Christ en tant que Dieu. Et si la photo d’un crucifix dans un tas de merde était prise et exposée comme oeuvre d’art, les catholiques ne pourraient la détruire sous prétexte que le crucifix représente le Christ? Arnaud Upinsky a-t-il oublié que cette affiche est un blasphème des plus horribles ? A noter que ce monsieur parle « d’attentat » tout comme les communistes dans leur communiqué de presse (et avec la même hystérie).

Suite du communiqué :
« 3ème SIGNATURE : EXTENSION DE PROVOCATION PAR « AUTODAFÉ DE CENSURE NEWYORKAISE »
Loin de déplorer l’attentat contre le Christ des Rameaux, dans une vidéo-provocation AFP, se prévalant de l’aval du ministère de la Culture, M. Eric Mézil, Directeur de la Collection Lambert, y montre Jean Marc-Ferrari, Directeur des Beaux-Arts d’Avignon singeant une parodie de crucifixion de la liberté d’expression devant le Christ décapité des Rameaux, conservé comme publicité de l’exposition. La dérision de cette mise en scène d’inversion new-yorkaise de la victime et du bourreau, du censuré en censeur, rend visible la dictature du réseau new-yorkais. Ces accapareurs des Biens nationaux (hôtel de Caumont !), du 1 % « artistique », des Média d’Etat, du monopole de la parole qui censurent 40 000 artistes contemporains français ! Ceci cache d’énormes intérêts financiers, politiques et idéologiques. »

Les médias se sont servis de cette histoire pour en faire des choux gras. Ok et alors? A notre avis c’est une excellente chose.
Après l’offense publique faite à NSJC, la France entière sait que les catholiques ne laissent pas leur Seigneur et leur Dieu se faire insulter sans réagir, de manière brutale s’il le faut et en dehors du cadre légal de la république maçonnique « française ». Tout comme l’affaire du Kiss in devant ND de Paris, il faut savoir retrousser les manches pour ne pas accepter l’inacceptable.
C’est le devoir de tout catholique de ne pas laisser Dieu se faire insulter sans réagir. La destruction du Piss Christ a été l’aboutissement du combat. Dénonciation du blasphème, pressions sur le pouvoir politique, manifestation pour demander le retrait. Face aux refus des institutions les catholiques n’avaient d’autres choix que de passer à la destruction de « l’oeuvre ».

Et enfin on termine sur la touche pitoyable du communiqué :
« LA COORDINATION DE VERSAILLES dénonce, dans l’autodafé du Christ décapité des Rameaux, un attentat du réseau new-yorkais téléguidé contre la liberté d’expression, les droits de l’homme et la Démocratie. Elle demande à la police d’agir et aux Français de faire déguerpir les accapareurs indus de leurs richesses »

Pas besoin de commenter cette phrase grotesque. On comprend mieux les références philosophiques de l’auteur et on se demande qui est véritablement l’agent du réseau new-yorkais.

12 commentaires concernant l'article “Piss Christ : communiqué délirant d’Arnaud Upinsky”

  1. Moi, je suis assez d’accord avec Upinski, je trouve que vous vous donnez beaucoup de mal pour discréditer ou censurer un article qui est une vraie démonstration, ce qui est un aveu en soi! Vous êtes de mèche avec ceux qui détruisent l’art, la culture, et qui font du pognon sur le dos des malheureux nouveaux esclaves..;Mais vous avez choisi d’être du « bon » côté du manche..pour votre pomme! C’est votre option, elle coutera cher à l’Europe!!
    MERCI DE NE PAS ME CENSURER!!!!!!!!!

  2. Ouais, bien vu c’est pas les chrétiens qu’ont fait ça!!
    Il faut juste que les gosses soient pas formés à la culture de cet art fana de la laideur qui va leur mettre une maladie d’Alzheimer précoce.
    Pitié pour nos petits cerveaux, nos têtes blondes et brunes, ne les abimez pas!!

  3. Serait-ce Mr UPINSKY le célèbre épistémologue, qui a démontré scientifiquement, historiquement à la manière d’un médecin-légiste que le Saint-Suaire était bien la relique officielle du dernier linge funéraire du Christ? Alors vous devez vous tromper dans ses interprétations, parce que personnellement ce que je lis c’est qu’il dénonce une manipulation issue des méninges des propres exposants et de Mr LAMBERT. Comment justifier que l’on n’a aucune description des « terroristes », et encore mieux, aucunes photos , encore moins de patrouilles après le délit, et d’interpellations ?
    Ne vous trompez pas de cible ou du moins lisez ses livres avant de vous forger une opinion sur l’homme, vous ferez ainsi preuve d’intelligence . Salutations.

  4. Arnaud-Aaron Upinsky est le nom de plume de Bertrand Hedde d’Entremont. Esprit universel, se battant pour le Bien, le Beau, le Vrai.
    Ce « pisskriste » n’est qu’une saloperie sans nom de non-art dégénéré promu par une coterie d’ apparatchiks cosmopolites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.