« Mariage » homosexuel : un juge californien bafoue la volonté populaire

Ce mercredi 4 août fut un jour de deuil et de colère pour des millions de Californiens. Alors que les citoyens de Californie avaient voté massivement contre le pseudo-mariage gay en novembre 2008,  le  juge Vaughn R. Walker (photo) de la Cour de justice fédérale de San Francisco a pris l’incroyable décision de révoquer la loi interdisant d’octroyer un certificat de mariage à un « couple » de même sexe. Il a estimé que l’interdiction du mariage homosexuel était anticonstitutionnelle.

Nous avons là un nouvel exemple de la démocratie totalitaire moderne. On nous répète en permanence que le peuple est souverain mais dès qu’il vote « mal », c’est-à-dire dès qu’il vote autrement que comme la télé et les lobbies lui ont dit de faire, les démocrates patentés annulent tout simplement le vote! On se souvient du référendum français sur l’Europe  que les députés ont tout simplement passé à la trappe.

Source (Merci à Hulk)


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

12 commentaires concernant l'article “« Mariage » homosexuel : un juge californien bafoue la volonté populaire”

  1. Comme la peine de mort en France! Le peuple y était (en 1981) massivement favorable !!!

    Mais la gauche « démocratique » l’a quand même abolit.
    Ils vont dire ensuite que maintenant le peuple est contre la peine de mort ( en 2010). Après 30ans de matraquage en faveur de l’abolition , tu m’étonnes!!!!

  2. bref la vote est inutile .. ??
    si ce dernier est dans le  » mauvais  » sens… la voix du peuple . comme pour le vote sur la constitution europeenne il est temps de reagir nous peuples d’europe !! et virer ces incapables une bonne remise a zero !!

  3. La Constitution est la norme suprême (aux USA comme en France) votée par nos ancêtres, c’est à dire le peuple souverain. De ce fait, il est normal de la respecter, et aux USA, c’est aux juges de vérifier que c’est bien le cas. Il n’est pas question de « voter mal » mais de cohérence dans les normes.

  4. @ V
    Les constitutions démocratiques ne sont pas fixes. Elles changent au gré du temps. La « volonté du peuple » évolue…
    Par conséquent, si un référendum populaire va à l’encontre d’une telle constitution, le constitution doit évoluer!
    Par ailleurs, on peut légitimement douter de l’impartialité du juge Vaughn R. Walker s’il est lui-même homosexuel militant.
    On ne peut être juge et partie en même temps !

  5. @admin 2

    Oui, la Constitution peut changer. Sauf qu’il y a des procédures inscrites dans la Constitution (en France du moins, je ne sais pas exactement aux USA mais ça doit être similaire) pour la protéger : un « simple » référendum ne peut modifier la Constitution. Il faut respecter les procédures pré-existantes, ou les modifier.

  6. Le référendum d’initiative populaire est l’instrument politique le plus « démocratique » qui soit puisque c’est le peuple qui « décide » directement d’une loi et en plus, c’est lui qui en est à l’initiative.
    En France, la procédure pour modifier la Constitution est fort éloignée de l’idéal démocratique puisque le peuple n’est pas consulté directement. Ce sont les députés et les sénateurs réunis de façon extraordinaire à Versailles, qui doivent, par une majorité des 2/3 approuver la modification. Quand on sait que les députés sont élus au détestable scrutin majoritaire et que les sénateurs sont désignés au suffrage indirect des « grands électeurs », on se dit que le système est bien verrouillé pour empêcher la volonté populaire de s’exprimer librement.

  7. Incomplet.

    Le Sénat et l’AN doivent adopter un texte de révision identique à la majorité absolue. Ensuite, ce texte peut être :

    > Soit voté en Congrès à Versailles
    > Soit être soumis par référendum au peuple

    Lors de l’élaboration de la Constitution, le référendum était considéré comme la « voie normale », même si elle n’est que rarement utilisée au final (entre autre à cause de son coût).

    La Constitution doit s’auto-protéger. La modifier sans cesse et facilement serait un danger énorme. Ces procédures limitées et complexes sont nécessaires. Si, demain, un prêtre devenait fou et tuait ses paroissiens, et qu’à la suite de ça on demandait au peuple par referendum si, je ne sais pas, par exemple, il faudrait interdire aux parents d’emmener leurs enfants à la messe avant leur 18 ans, il y a de forte chance que le peuple dise oui. Le référendum est une arme à double tranchants…

    De plus, depuis la réforme constitutionnelle de 2008, l’article 11 prévoit qu’un cinquième des membres du Parlement peuvent, soutenus par un dixième des électeurs inscrits, demander la tenue d’un référendum sur l’un des sujets prévus dans cet article. Cette demande ferait l’objet d’une proposition de loi, de sorte que le Parlement pourrait s’opposer à la tenue du référendum, en procédant à une lecture du texte. Ce n’est pas encore l’initiative populaire, mais c’est un progrès.

  8. Cette soi-disante volontee populaire est en fait basee sur des dogmes religieux qui eux-memes bafouent les droits de millions d’individus qui refusent de se soumettre a une authorite religieuse.
    Expliquez-moi le raisonnement pour justifier l’interdiction du mariage gay.

  9. @ V
    Si ma description de la procédure concernant la modification de constitution était rapide, il n’empêche que vos précisions n’apportent rien de plus à notre propos qui est que le référendum est le mode d’expression le plus démocratique!
    Il est d’ailleurs assez comique de vouloir « défendre » la sacro-sainte constitution contre la volonté du peuple qui serait « trop changeante »!!!
    Soit on est démocrate et l’on croit que la volonté du peuple doit être la référence absolue, soit on n’est pas démocrate du tout!

    Les contributeurs de Contre-Info ne sont pas démocrates pour deux sous mais il nous importe de dénoncer la pseudo démocratie planétaire qui n’est qu’une dictature déguisée.

  10. En France et partout dans le monde, il est surprenant que l’on demande aussi leurs avis aux gens qui ne sont pas directement concernés par le mariage à accorder aux homosexuels. En réalité il n’est pas question d’opinions, mais de « droits de l’homme » et de la femme, à faire respecter pour tous. Car il n’y a pas de « sous hommes », sauf pour les politiques d’états fascisants, ou/et religieux dont les idées archaïques les rejoignent. Oubliez le terme « Mariage homosexuel » tout comme on ne précise pas « Mariage hétérosexuel » ; il s’agit d’un « Mariage UNIVERSEL » qui est attendu, pour plus de justice humaine. Cela se fera bientôt aussi en France, c’est plus que certain. Ne vous laissez pas manipuler par ceux qui prennent en otage nos chères « têtes blondes », pour tenter en vain de freiner cette avancée inéluctable. Ou qui utilisent faussement la « Nature », alors que nous savons qu’un grand nombre d’autres races animales que la notre, comportent l’homosexualité, y compris dans les comportements de tendresses et d’amour dans leurs sentiments. En réalité, ne serait-ce pas les religions qui sont « contre-nature » ? Je le crois. Hors, le mariage est « Républicain », pas religieux, sauf pour le folklore dogmatique. Reste à savoir quel parti politique Français laissera sa trace dans l’histoire, pour avoir permis cette avancée de justice sociale, déjà engagée avec le timide PACS. Et quels partis pour l’avoir refusée, porteront cette honte face aux générations futures, en traînant avec eux la réputation de privilégiez un électorat rétrograde et intolérant. Messieurs et mesdames les politiciens ; votre descendance vous jugera… La question est actuellement là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.