« Marche pour la vie » : un car pris en embuscade et attaqué par des antifas à Rennes, en toute impunité

Comme l’indique l’article ci-dessous, non seulement la police mettra une demi-heure pour se rendre sur place mais au lieu d’arrêter les criminels préfèrera « parlementer » avec eux. La comédie qui aurait pu se terminer en drame (engin incendiaire lancé dans le bus qui comptait des jeunes et des personnes âgées) aura en tout duré plus de trois heures. En fin de compte, aucune arrestation. À titre de comparaison, si un catholique avait lancé un engin incendiaire dans un bus contenant des personnes de la mouvance LGBT se rendant à une Gay Pride, il serait actuellement derrière les barreaux.
Notons en outre, que les antifas n’ont même pas considéré comme nécessaire de devoir fuir à l’arrivée de la police. Cela prouve, en creux, à quel point ils se sentent au-dessus des lois et donc, au fond, soutenu et encouragés dans leurs exactions par le Système.

« Un car affrété par l’association familiale catholique a été bloqué pendant trois heures à Rennes par une cinquantaine de manifestants. Il acheminait vers Paris des Vannetais qui devaient participer à la marche pour la vie.
Deux personnes ont eu leurs vêtements brûlés.

Le car était parti de Vannes à 6 h du matin et avait fait une première halte à Ploërmel pour embarquer d’autres personnes. Tout se passait bien jusqu’à la halte à Rennes, vers 7 h 45 près de l’école de Chimie à Beaulieu, où le car devait embarquer les derniers passagers, ceux de l’AFC de Rennes.

« On attendait le car, témoigne un passager rennais. Quand il est arrivé, on est monté à bord et le car a été encerclé par une cinquantaine de manifestants. Visiblement, ils savaient qu’on allait embarquer à cet endroit ».

Les manifestants, pour la plupart encagoulés ou portant un foulard, posent immédiatement des barrières à l’avant et à l’arrière du car pour le bloquer. L’un d’eux jette un fumigène à l’intérieur du car. La fusée incandescente rebondit sur une vitre et atterrit sur un siège occupé par un homme. Celui-ci parvient à se dégager mais son manteau est brûlé. Le pull-over d’une jeune femme est également brûlé tout comme le siège, très endommagé.

Les passagers parviennent heureusement à rejeter le fumigène à l’extérieur au bout d’une quinzaine de secondes ! Une personne fait alors un malaise et est contrainte de sortir pour respirer un peu d’air frais avant de reprendre sa place à bord.

Pour les passagers, âgés de 15 à 75 ans, l’attente est longue et angoissante. « Au début, il faisait nuit. Ils jouaient du tam-tam, lançaient des cris de haine, dansaient autour du car et nous prenaient en photo. Ils ont même réussi à prendre une des feuilles de présence, raconte un responsable de l’AFC. Des passagers sont descendus pour parlementer avec eux. En vain ».

La police, appelée à la rescousse, arrive environ 30 minutes après l’épisode du fumigène. La patrouille tente de raisonner les opposants, sans grand succès. Finalement, les opposants acceptent de laisser partir le car vers 10 h 30. Une annonce qui ne sera pas suivie d’effets.

Ce n’est que lorsque les renforts de police sont arrivés que les barrières ont pu être enlevées. Les manifestants ont alors laissé partir le car. Il était environ 11 h. Le véhicule a été escorté sur quelques centaines de mètres par la police et a pu prendre l’autoroute. Ils sont arrivés à Paris vers 16 h 15, soit une heure et demie après le début de la marche pour la vie. » (source)


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

5 commentaires concernant l'article “« Marche pour la vie » : un car pris en embuscade et attaqué par des antifas à Rennes, en toute impunité”

  1. Marche pour la vie . La vie de qui ?
    Je doute que Netanyaou se préoccupe beaucoup de la vie des Palestiniens . Les siens seuls lui importent .
    La vie des nôtres . Le reste , ce n’est pas notre affaire .
    S’il ne fallait conserver qu’un livre au monde , ce serait celui de Jean de La Fontaine ( ses fables )

  2. Ces antifas qui ont brûlé les manteaux de deux manifestants et auraient pû blesser et même tuer quelqu’un avec leur fumigène ont pû rentrer chez eux en toute impunité !
    La police devrait avoir honte…
    Collabos !
    Il ne faut pas discuter avec cette engeance, mais apporter des jets d’eau, des flashballs, il faut les évacuer de force !

  3. On a connu ces braves bretons un peu plus courageux ! il est vrai, dans le car c’était des disciples de Degringoglio (love en peace) qui ont eu une petite leçon sur l’état de notre pays. Eux qui ne quittent pas leur écran tv formateur de la bien pensance devraient maintenant s’interroger pour l’heure où leurs doux amis muslins aidés des ultras antifas conditionnés au captagon vont passer à l’action !!!
    Jadis au temps de la Bretagne conquérante tout pèlerin digne de ce nom partait en voyage avec bâton et plus si nécessaire.
    Il est des leçons du passé que les serviteurs de la duchesse devraient se rappeler. L’heure est au combat, l’ennemi est dans les murs, ami breton prépare toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.