Mai 68 : le grand flop éditorial

Sous les pavés, le vide ? C’est l’interrogation qui taraude ces derniers jours les éditeurs et les librairies, qui ont misé lourd sur le 50e anniversaire de Mai 68… et qui se retrouvent, pour beaucoup, avec du sable entre les doigts.

Il est vrai que seule une minorité de Français cite  les événements de 1968 comme l’une des actualités marquantes du XXe siècle. De quoi alerter les maisons d’édition. Imprudemment, elles se sont toutefois lancées dans une production foisonnante avec la publication, dès septembre 2017, de 151 titres. Ce sont elles qui ont misé le plus gros sur l’événement, plus que les chaînes de télévision et les autres médias. Et ce sont encore elles qui ont le plus souffert.

Lire la suite sur Les Echos…


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

1 commentaire concernant l'article “Mai 68 : le grand flop éditorial”

  1. et pourtant c’est un grand événement ;

    mai 68 + Vatican II-Assise, c’est le début du grand naufrage du catholicisme en France;

    le triomphe du nihilisme révolutionnaire sur les valeurs supérieures du christianisme .

    en 1965 , il y avait en France 15 millions de Français qui allaient à la messe chaque dimanche , soit 25% de la population;

    en 2017 , il n’y a plus qu’un million de Français qui pratiquent chaque semaine , soit 1,8% de la population;

    Vatican II- Assise et sa « nouvelle Pentecôte »
    Mai 68 et la » mort de Dieu » et des valeurs chrétiennes

    sont responsables de ce génocide sans précédent .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.