Macron : « La Suisse et ses votations populaires n’est pas du tout un exemple, ça ne marche pas si bien que ça et ils finissent avec des réponses de droite »

A destination des quelques lecteurs crédules qui espèrent encore que la démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Les bouffonneries électorales permettent de canaliser la colère des Français en entretenant le mythe du peuple souverain. Il n’a jamais été question de gouverner en fonction de l’intérêt et de la volonté des Français. Tous les gouvernements, de « droite » et de gauche, réforment le pays en fonction de l’idéologie mortifère du « progrès ». 

« S’exprimant jeudi avec une poignée de journalistes, le président écarte toute idée que la France s’inspire de la démocratie directe helvétique, «qui ne marche pas aussi bien qu’on le pense».

(…) Une des revendications des gilets jaunes est d’introduire un «référendum d’initiative citoyenne»(RIC), s’inspirant plus ou moins de la tradition helvétique.

Le journaliste a pu constater combien cette idée ne trouvait pas grâce aux yeux du président: «La Suisse, et son recours fréquent aux «votations populaires», n’est absolument pas le modèle qu’Emmanuel Macron veut prendre en exemple.

(…) «La France n’est pas la Suisse et la Suisse ne marche pas aussi bien qu’on le pense. Le modèle suisse est inadapté. La Suisse, c’est 6 millions de personnes… Et d’ailleurs les Suisses, comme disait je ne sais plus qui, ils commencent toujours avec des questions de gauche et ils finissent avec des réponses de droite». […] »

source Le Matin via FDS :


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :