Lycée des Feuillants (Poitiers) acheté par l’Etat : la grande croix enlevée a été… « perdue » !

Résultat de recherche d'images pour "croix feuillants"

A Poitiers, il y avait un lycée catholique appelé les Feuillants. Sa première pierre avait été posée par le grand cardinal Pie en 1858.

Ce bel immeuble a été acheté en 2009 par la mairie qui l’a rétrocédé en 2011 à l’Etat pour qu’il y installe sa « cité judiciaire », regroupant tout un tas de tribunaux, et donc repaire de juges rouges et franc-maçons.
La grande croix de 200 kg qui surplombait l’ensemble a été enlevée par les autorités laïcardes, invoquant l’article 28 de l’ignoble loi de 1905 :
« qu’il est interdit d’élever ou d’apposer un signe ou emblème religieux sur les monuments publics ».
Or la loi interdit d’élever ou apposer. Et ici la croix était déjà en place.
Mais les républicains ne se gênèrent pas et osèrent l’enlever, sa vision leur faisant horreur.
Ils prétendirent qu’elle serait préservée, afin d’être ensuite remise à l’OGEC (organisme de gestion de l’enseignement catholique) Poitiers Nord.

Or, on apprend maintenant par Centre-presse que :

« La croix de l’ancien lycée catholique des Feuillants à Poitiers a été égarée l’an dernier. Elle ne nous sera donc pas restituée, indique Philippe Misery. Le directeur de l’ensemble scolaire Issac de l’Étoile à Poitiers a été avisé par courrier de l’APIJ (agence publique pour l’immobilier de la justice) de l’erreur humaine à l’origine de la perte de ce symbole religieux.
[…]. M. Misery confirme: « Nous avions retenu un site près de la chapelle du Porteau pour la mettre en valeur » sur le haut de la falaise donnant sur la vallée du Clain.
Cela ne se fera pas. « La croix a été perdue lors du premier semestre de l’année dernière », indique Marion Moraes, responsable de la communication de l’APIJ. « L’entreprise a procédé à un changement de l’espace de stockage et c’est lors de ce transfert que la disparition de la croix a été constatée ». Elle aura sans doute été détruite ou mise en déchetterie par erreur.

Par erreur… (ou pas… )
Il faut le faire.


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :