L’Europe contre les crucifix à l’école.

Lu sur le site de Bruno Gollnisch :

« Le totalitarisme de l’Europe de Bruxelles, qui entend régir  nos  moindres faits et gestes,  influer sur  notre  mode de vie  pour façonner un parfait « citoyen du monde »  ne se dément pas.
En novembre 2009, saisie par une mère de famille italienne d’origine finlandaise,  Solie Lautsi,  la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) avait jugé  que la présence de crucifix dans les salles de classe est « contraire au droit des parents d’éduquer leurs enfants selon leurs convictions et au droit des enfants à la liberté de religion ».
Mme Lautsi,  membre de l’Union des athées et agnostiques rationalistes,  bénéficia du soutien immédiat de tous les « progressistes » et  notamment de  l’UFAL, «  Union des familles laïques » proche du Grand Orient et dont Pierre Cassen, animateur  de Riposte laïque, est le vice-président …

Cette femme   débuta sa « croisade » en 2001 en découvrant que les classes de ses deux enfants, dans l’école publique d’Abano Terme en Vénétie, étaient ornées de la croix chrétienne rapportait  le 6 novembre dernier, le quotidien L’Humanité qui  décrivait une « mère courage en lutte contre le  crucifix ». Imagine-t-on le quotidien communiste utiliser  les mêmes accents staliniens pour célébrer « une mère courage en lutte contre le croissant » ? Mme Lautsi  avait été déboutée par la justice italienne mais les sept juges européens du CEDH avaient estimé que  la croix pouvait  être interprétée  comme un  « signe qui peut être perturbant (sic) pour des élèves d’autres religions ou athées ». Ils avaient alloué 5 000 euros pour dommage moral à la plaignante !

Saisie par le gouvernement italien, la Cour européenne des droits de l’homme réexaminera  demain  cette affaire qui a suscité une vague d’indignation. Quelques  députés européens  ont   appelé,  en vain, à voter un texte défendant « la liberté d’afficher des symboles religieux dans les lieux publics, lorsque ces symboles appartiennent à la tradition et constituent l’identité de leur peuple ». 33 eurodéputés et des associations religieuses, dix Etats (Arménie, Bulgarie, Chypre, Grèce, Lituanie, Malte, Monaco, Saint-Marin, Roumanie et Russie), ont demandé à être mercredi « tiers intervenants » dans cette affaire pour venir en soutien du mémoire en défense italien.

En Italie même, un sondage publié le 10 novembre indique que  84% des Italiens se déclarent favorables à la présence du crucifix. Alors que nos voisins transalpins sont confrontés depuis une décennie à une forte immigration d’origine non  européenne, les atteintes à la visibilité des symboles du catholicisme sont très mal perçues par un peuple italien qui voit également dans ceux-ci un « marqueur identitaire » et, dans la volonté de les maintenir,  un « acte de résistance à l’invasion ».

Les adversaires du crucifix à l’école se servent aussi d’un argument massue, selon lequel  le catholicisme n’est officiellement plus  religion d’Etat en Italie depuis 26 ans, et que tout le mal vient d’une ordonnance, jamais abolie,  qui fut adoptée  sous le fascisme après les accords de Latran -donc sous l’influence du Saint-Siège…- ,   et qui a  « imposé » la présence de crucifix dans les écoles.

Placée également sous le signe d’une « avancée démocratique », l’offensive pour extirper  les racines  de l’Europe se poursuit aussi au Portugal et en Espagne  où la présence de crucifix dans les écoles publiques « fait aussi débat ». Dans ce dernier pays, le gouvernement socialiste de M.  Zapatero concocte actuellement une  loi qui prévoit l’interdiction du crucifix  dans tout l’espace  public, afin  d’en finir là aussi avec «  les derniers vestiges du franquisme » !

Rassurez-vous, à notre connaissance, aucune  campagne n’a été lancée en France, pour l’instant, contre l’interdiction de fumer dans les cinémas et l’instauration  de la fête des Mères  décidées  sous le gouvernement de Vichy…  »


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

6 commentaires concernant l'article “L’Europe contre les crucifix à l’école.”

  1. Si c’était dans une école publique c’est pas normal. Dans une école privée par contre, c’est tout à fait indispensable !

  2. L’école publique est laïque. Ce n’est pas parce que l’Italie est catholique qu’elle ne doit pas respecter la licité. Un peu de bon sens. Après tout un procès pour ça … Mais il y a une part de vérité dans la plainte.

  3. Trois6:

    En lisant tes différents posts , je me demande parfois de quel bord est-tu?!
    C’est un discourt à la Bayrou!
    C’est ni oui ni non.
    L’Italie est catho, comme la France. Et doit le rester.Qu’il y ait des Italiens et Français laic, oui, mais on ne doit pas laiciser des nations pour quelques gauchistes laicards anti-catho!

  4. C’est tout simplement que, concernant la religion, je ne me place ni en anti, ni en pro. Je suis moi même athé. Mais ça ne m’empêche pas de respecter ceux qui observent un culte. Et je soutiens tout autant le droit d’aller à l’Eglise que celui de la laïcité dans les choses publiques. Car laïcité ne veut pas dire anti-religion, ni perte des valeurs chrétiennes (enfin pour moi).
    Je trouve donc tout à fait légitime qu’il n’y ai pas de culte mis en avant dans une école laïque, de même que je trouve indispensable qu’il y ait une croix dans chaque classe d’école privée.

    Pour ceux qui auraient du mal à comprendre la cohérence de mon athéisme malgré que je prône les valeurs chrétiennes. C’est tout à fait simple. Comme je ne crois en aucun Dieu, les valeurs religieuses sont pour moi des valeurs humaines (occidentales pour les chrétiennes), qui ont eu besoin d’une puissance céleste pour s’imposer à un moment de notre histoire, et qui sont donc tout à fait bonnes, puisque crées par l’Homme.

    Cela dit je ne suis pas anti-chrétien, j’ai eu une éducation religieuse et j’ai fait évoluer ma réflexion théologique au fil du temps par l’observation et les lectures (religieuses ou philosophiques).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.