Les violeurs ethniques de Rotherham sont toujours à l’œuvre

C’est ce qu’affirment deux victimes, aujourd’hui adultes, des gangs de violeurs musulmans de cette ville d’Angleterre contre lesquels les poursuites avaient tardé par peur de voir les autorités taxées de racisme.

Linzi Williams et Natalie Fuller ont décidé de renoncer à l’anonymat pour expliquer comment elles avaient été entraînées à coucher avec des hommes de ce réseau : la première était même tombée enceinte à 15 ans et avait subi un avortement, un double traumatisme dont elle souffre encore aujourd’hui. La seconde, violée et violentée, n’avait que 13 ans au moment des faits mais la police, alertée, lui avait répondu qu’elle devait se débrouiller.

Si les violeurs de ces deux jeunes femmes ont finalement été arrêtés et emprisonnés, elles affirment toutes deux que la bande de musulmans – des Pakistanais surtout – sont toujours à l’œuvre dans la ville où l’on compte quelque 1.400 victimes d’exploitation sexuelle de mineures depuis les années 1980. « On sait que cela continue. Quand on circule en voiture dans le centre on voit des hommes dans leur voiture avec des filles et tout ça », a précisé Linzi Williams.

Selon l’ancien détective de police Maggie Oliver, très active dans la recherche des coupables qu’elle a fortement contribué à amenée devant la justice, il reste encore des « pédophiles identifiés en activité », ainsi qu’elle l’a déclarée en mai dernier.

Source : Reinformation.tv


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.