Les relations entre Minute et le FN

Interrogé dans Présent, Jean-Marie Molitor, directeur de Minute, évoque les relations avec le FN :

« Depuis le début de la campagne interne pour la présidence, Minute a donné la parole autant à Marine Le Pen qu’à Bruno Gollnisch, équitablement. En juillet dernier, j’ai personnellement proposé à Marine Le Pen d’organiser chaque semaine un débat dans Minute où chacun répondrait à la même série de questions. Elle paraissait trouver l’idée bonne. Vingt-quatre heures plus tard, j’ai reçu une fin de non-recevoir.

En octobre, nous avons publié l’organigramme réel du Front national en cas de victoire de Marine Le Pen, qui ne laisse guère de place aux partisans de Bruno Gollnisch. Il n’a pas été contesté, nous n’avons pas été poursuivis : au contraire il a été pour ainsi dire reconnu par Jean-Marie Le Pen qui a accusé Minute de «faire les poubelles du FN».

Arrive l’affaire COTELEC. C’est Minute qui l’a «sortie», en rendant public le fait de l’existence de cette association destinée à récolter des fonds pour soutenir le Front. Silence-radio, côté FN. Aucun communiqué ne viendra réagir à l’information. Mais Marine Le Pen nous fait dire qu’elle ne veut plus parler à Minute – la «transparence», c’est bon pour les autres ! Pour autant nous avons pris sa défense dans l’affaire de « l’Occupation »… […]

Mais le fond du problème n’est-il pas la question du financement du FN ?

Oui. Nous n’avons parlé de COTELEC qu’une fois de manière ironique, car c’est un micro-parti dont le président est, et restera Jean-Marie Le Pen – or ne peuvent voter pour le nouveau président du FN que ceux qui n’adhèrent pas à un autre parti. Les gens ne savent pas que c’est un système qui existe pour financer le Front national qui à son tour en est débiteur à coups de millions d’euros. Tout cela est légal, mais il n’est pas indifférent pour les adhérents du Front de savoir que si Jean-Marie Le Pen passe la main, il garde néanmoins les manettes financières. Quel que soit le vainqueur. Il pourra à tout moment demander le remboursement des sommes prêtées au FN.

Tout cela est parfaitement légal, mais cela gêne-t-il Le Pen que le grand public le sache ?

Il n’en parle pas et ne veut pas qu’on le dise. Quand on le fait, il est furieux. D’où l’arbitraire de son interdiction, qui vient de ce qu’il n’est pas d’accord avec ce qu’a dit Minute, alors qu’il accepte tous les autres : on est en pleine soviétisation des esprits […] Nous sommes pour l’union des droites nationales. On peut considérer que le FN en est le vaisseau amiral. Nous continuerons de couvrir l’actualité du Front national, en émettant des critiques lorsque nous ne sommes pas d’accord. Hostiles au Front ? Non ! Mais il ne faudrait pas nous pousser trop loin quand même. Et le Front hostile à Minute ? Pour en revenir à l’«hostilité illégitime», je pourrais citer un site internet très proche du FN, dirigé par un ancien responsable du Front national qui, en permanence, attaque ou insulte Minute. »

(Via Le Salon Beige)

6 commentaires concernant l'article “Les relations entre Minute et le FN”

  1. Il est évident qu’il y a actuellement une ambiance étouffante au sein du FN. Je crains que celle-ci devienne la coutume si Marine devenait présidente de ce mouvement…

    Quant à Minute, il révèle parfois de bonnes informations, mais il ne vaut pas Rivarol. Du reste, selon toute probabilité, il va militer en faveur du candidat du bloc identitaire pour 2012.

  2. La question qui manque, dans cette interview, c’est « que pensez-vous du « coup de poignard dans le dos » de gollnisch qui feint de ne pas être au courant du refus d’accréditation de Minute et rivarol? » Alors, M. Molitor, cette trahison de gollnisch, ça nous donnerait presque envie qu’elle gagne, la Le Pen, non?

  3. Les relations entre Le Pen et la presse nationaliste n’ont jamais été bonnes.
    J’ai été FN pendant 8 ans, la carte était à 40 euros, pour ce prix je recevais chaque mois Français d’Abord, environ 100 pages couleur.
    Je lisais chaque mois FDA et je ne comprenais pas quelque chose, il n’y avait aucune information dans FDA, on n’apprenait rien, si on écoutait le journal de 20 heures, on en savait plus qu’en lisant FDA. Mais apparement Le Pen qui était le rédacteur en chef de FDA croyait que les français allaient avoir la révélation en le lisant; Le Pen « FDA » « parlait selon l’opinion », il ne faisait que dire ce que tout le monde savait déjà.
    Jamais FDA n’a évoqué l’existence de Minute ou de Rivarol, jamais aucune publicité pour les amis.
    Je pense que tout l’argent du FN est passé dans la publication et l’envoi de FDA pour finalement couler le FN.
    Même chose pour l’autre hebdomadaire du FN, National hebdo.

  4. C’est assez marrant de voir tous les problèmes que la nouvelle direction a avec les journalistes. Eh oui, il semblerait que seuls Rivarol et minute aient été interdits, sans doute trop fidèles aux valeurs nationalistes. Par contre, les provocateurs juifs, les intégristes muzz avaient le droit d’être présents. Tout cela est d’un ridicule et préfigure bien de ce que risque de devenir le FN avec Marine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.