Le CSA s’attaque à la liberté sur internet et veut baîlloner davantage la résistance nationale.

Au programme, très clairement : délation par les citoyens, pression ou recours à la « justice » envers les hébergeurs et fournisseurs d’accès, et bien sûr, pour finir, plus de bourrage de crâne à la télévision et la radio.

Dans le Parisien :
« Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a formulé huit propositions pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme dans les médias audiovisuels dans un rapport remis fin janvier au Premier ministre François Fillon et mis en ligne lundi sur le site du CSA.
Concernant les services de médias audiovisuels à la demande (SMAD), le CSA préconise notamment la mise en place sur leurs sites d’un système d’alerte pour les utilisateurs afin de permettre un repérage des contenus à caractère raciste et un retrait de ceux-ci par l’éditeur. En cas d’insuffisance de cette autorégulation, le Conseil interviendrait pour sanctionner les éditeurs de SMAD.
Pour les SMAD extracommunautaires ne relevant pas de la compétence du Conseil, le CSA recommande que la loi lui permette de saisir l’autorité judiciaire afin qu’elle ordonne au fournisseur d’accès à internet de filtrer l’accès à ces sites.
Enfin, le Conseil «estime nécessaire de sensibiliser le grand public, en utilisant les médias de masse que sont la télévision et la radio, à l’importance de la lutte contre le racisme», conclut le rapport. »

2 commentaires concernant l'article “Le CSA s’attaque à la liberté sur internet et veut baîlloner davantage la résistance nationale.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.