Le Crif rend hommage au sioniste Georges Frêche

Richard Prasquier, président national du CRIF et Hubert Allouche, président de la section Languedoc Roussillon ont assisté aux obsèques de Georges Frêche le 27 octobre à Montpellier.

A l’annonce de la disparition de l’ancien maire de Montpellier et président du conseil régional, Hubert Allouche avait déclaré : « De part sa formation d’historien, Georges Frêche s’était intéressé à la relation entre le peuple juif et la terre d’Israël à travers les âges. Mais il s’intéressait aussi à la modernité d’Israël et avait fait de nombreux voyages en Israël, dont il avait ainsi suivi l’évolution, depuis 40 ans. Pour lui, l’Etat devait être en mesure de choisir sa capitale et Jérusalem était centrale dans l’histoire juive. Georges Frêche était de tous les combats pour la coopération franco-israélienne. A l’origine du jumelage entre Montpelier et Tibériade, il avait fait connaître la production culturelle israélienne, avec par exemple la promotion, dans le cadre de festival de danse, du groupe Batshévah. En matière de développement économique, Georges Frêche avait été à l’origine de l’implantation du groupe Agrexco sur le port de Sète.
Très tôt, il avait compris et soutenu l’Etat d’Israel et sa demande de sécurité, dans le cadre de deux Etats, Israélien et Palestinien, vivant en paix côte à côte ».

A noter le commentaire de Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire, sur Georges Frêche : « Pas question d’idéaliser le personnage. Mais respect pour son caractère irrévérencieux, sa faconde, sa capacité à ridiculiser la bien-pensance. Georges Frêche était, d’une certaine manière, un populiste ».

4 commentaires concernant l'article “Le Crif rend hommage au sioniste Georges Frêche”

  1. Sa phrase sur les harkis a été sortie de son contexte sur la réacosphère, et est moins choquante après enquête.

    Cela dit, c’était vraiment un sale type, cynique et destructeur de notre peuple, comme il a pourri sa région.
    Comme Eris, je me réjouis plutôt qu’il ait trépassé. Et malheureusement pour lui probablement rejoint ses héros comme Lénine.
    A l’inverse de cadres frontisto-marinistes qui lui dressent un panégyrique éhonté (comme ici : http://www.nationspresse.info/?p=114399), probablement dû à un excès de démocratisme (à force de copiner dans les mêmes cénacles républicains).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.