Le club des 5 sauce 21e siècle

Afin de s’adapter aux nouveaux « produits » de l’éducation national, la fameuse collection « Le club des 5 » a été corrigée…

Lu ici :

I- Oui, oui, tout a changé ! (comparaison d’ensemble)

À commencer par le titre, donc, qui évacue le mot « saltimbanque », probablement jugé pas assez politiquement correct (vous verrez, l’accusation n’est pas gratuite). Rien à voir avec une volonté de se rapprocher du titre anglais, au passage.

1) Il est une fois
Modification la plus radicale : le récit n’est plus au passé simple, mais bien au présent !
Claude soupiraClaude soupire

2) On n’est pas des nous !
Le niveau de langue des personnages a singulièrement baissé. Tous les « nous » sont devenus des « on », et le vocabulaire est sacrément appauvri !
Donc, nous n’irons pas à Kernach cet été, conclut François. Qu’allons-nous faire, alors ? → Dans ce cas, c’est très clair : on n’ira pas à Kernach cet été, conclut François. Alors, qu’est-ce qu’on fait ?

Oui, c’est une bonne idée ! → Mais oui, c’est un projet génial !

3) Les descriptions, c’est ennuyeux
Et donc les pauvres descriptions du roman ont fondu. Et on a également coupé un certains nombre de phrases, de répliques : non à la longueur !

4) Le politiquement correct
Rappelons que, dans l’histoire, nos amis croisent Pancho, un jeune forain accompagné d’un sympathique singe, et qui est malheureux car il est traité rudement par son « oncle ». Comprenez qu’il est battu. C’est dit dans le livre. Cela fait du jeune garçon un personnage touchant, compagnon d’autres jeunes bambins aux conditions de vie difficiles dont la littérature pour jeunes gens est remplie. Or dans l’édition actuelle, Pancho n’est plus battu : tout au plus a-t-il reçu une fois une gifle de son oncle. Les motivations psychologiques des personnages ne collent d’ailleurs ainsi absolument plus à l’action.

Signalons au passage que la méfiance que les forains expriment envers la police a tout bonnement été caviardée, ainsi qu’une scène pourtant pittoresque où une vieille foraine ratatinée récupère les ouistitis enfuis à grand coups de paroles incompréhensibles, façon vieille sorcière.

De surcroît, les répliques ont été « redistribuées » entre les différents personnages : ce n’est plus Annie qui pleure à intervalles réguliers ou qui va faire la tambouille. Qu’on se le dise, le sexisme ne passera plus par le Club des 5 !

10 commentaires concernant l'article “Le club des 5 sauce 21e siècle”

  1. http://vide-greniers.org/
    Ce site est tres pratiques car il ressence toutes les marchés aux puces de France.

    Ca fait quelques temps que j’ai commencé à acheter des livres pour enfants aux puces, que se soit pour de jolis contes ou des livres d’histoires. Je présentait qu’on arriverait à la censure des livres pour enfants. Mais pas si vite.

  2. Prochaine édition en langage SMS avec un(e) tansgenre, un noir et une beurette dans le casting ? Avec référence obligatoire à la shoah bien sûr.

  3. Je vous laisse imaginer le prochain livre :

    François et Michel devenu amant homosexuel, Annie gothique piercé et tatoué. Claudine ne trouvant plus son genre, transexuelle notoire.
    Et dagobert pucé avec un RFID pour ne pas perdre.

    Toutes cette petite équipe menant l’enquête sur un pédophile innocent accusé de viol.

    Ca le fait non ?

  4. Autrement, les « Légendes de Noël » de GOSSELIN LENÔTRE sont disponibles aux éditions VIA ROMANA.

    Profitez-en.

  5. George Orwell était un visionnaire en écrivant 1984.
    En 2011, la novlangue est une réalité. Plus le langage s’appauvrit, plus l’esprit critique diminue.

  6. la Neuv’langue est en marche …reste juste a changer les noms de personnage.

    Pour le club des cinq je propose : un gros binoclard avec un nom Français …

    Puis pour la diversité (obligatoire):

    un noir animiste,
    une portugaise anarchiste,
    un prédicateur biblique chinois,
    un étudiant musulman algérien.

    Maintenant la police de la pensée et l’éducation nationale sera heureuse.

  7. mdr, moi aussi je vais lancer ma version!

    Titre du prochain livre :
    Le Club des cink du neuff troi!

    Les personnages :
    Mokoko, jeune français analphabète, originaire du Zoulouland, fou de gangsta rap, de maïs grillé et de PAN.
    Jacob, jeune juif athée, laïque, non pratiquant et parfaitement intégré, il passe sont temps à prôner le métissage et l’homosexualité pour faire comme son grand modèle : son propre père, personnalité du B’nai Brith (et trafiquant d’organes). Il finira par s’engager dans l’armée israélienne pour défendre la démocratie et lutter contre l’antisémitisme qu’il voit partout.
    Farid, français lui aussi mais né à l’étranger (en région parisienne, plus précisément), musulman sioniste et progressiste, il décidera de changer de sexe pour faire stripteaseuse.
    Nicole, française (pour de vrai) élevée dans un milieu catholique non-pratiquant, elle se convertira au bouddhisme à l’âge de 13 ans grâce à un reportage diffusé sur Arte, influencée par Jacob, elle décidera d’avoir un enfant hors mariage avec Mamadou et se pacsera avec Farid après l’opération de ce dernier.
    Sans oublier leur chien Pie-dix, gentil pitt-bull dressé pour faire ses besoins dans les églises afin de ridiculiser les méchants réactionnaires catholiques et faire de l’art contemporain.

    Au cours de leurs aventure, la bande fera triompher la tolérance, la démocratie, le métissage et les droits de l’homme!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.