Le BNP victime d’une taupe

Un ancien militaire et candidat d’un comté du nord de l’Angleterre pour le BNP en 2008, où il avait obtenu 40,1% des voix, à 16 voix de devenir membre du parlement, Simon Nicholson (photo ci-contre), a claqué la porte du British National Party tout en révélant à la presse un carnet de bord qu’il avait pris soin de tenir pour collecter des remarques « racistes » au sein de son parti.

À quelques jours des élections générales au Royaume-Uni pour renouveler le parlement, c’est le journal Mirror qui a publié ces notes, ayant passé un marché avec Nicholson trois mois auparavant, en vue de révélations pour discréditer le BNP.

La méthode n’est pas sans rappeler en France celle du tout récent reportage des Infiltrés, où les journalistes de France 2 ont vraisemblablement retourné un ancien militant du Front National qui a pu ainsi enregistrer des conversations tenues en privé par des militants de Dies Irae.

Parmi les propos rapportés par Nicholson figurent ceux de Nick Griffin, leader du BNP, comparant les femmes en burka à de « gros corbeaux noirs », déclarant que « les musulmans feront flotter le drapeau noir de l’islam sur Downing Street », un cadre du BNP dénonçant lui « un programme d’élevage » en parlant d’une école coranique en projet.

Toujours selon le Mirror, Nicholson aurait filmé en caméra cachée des cadres du parti admettant que Griffin aurait lui aussi abusé de larges subventions indues en tant qu’euro-député, faisant écho au scandale de corruption qui éclabousse le parti travailliste depuis plusieurs mois.

Le renégat termine son carnet par un billet du mercredi 28 avril : « Je regrette de les avoir rejoints. Je veux être candidat contre eux l’année prochaine parce que maintenant je sais combien ils sont mauvais pour la classe populaire. »

Sa démarche laisse pourtant bien l’impression de défendre d’autres intérêts que ceux de la classe populaire britannique…

4 commentaires concernant l'article “Le BNP victime d’une taupe”

  1. Finalement, heureusement qu’il ne fut pas élu.

    Sinon, ce sont toujours les mêmes procédés utilisés contre les nationalistes partout : Le système ne les combat pas sur leurs idées, car il sait qu’elles sont partagées par la plus grande partie de la population, mais avec des coups tordus comme ceux-ci. En France, on a eu Carpentras, l’affaire du détail, le Durafour-crématoire (reprise d’un calembour du Canard enchaîné, qui, lui, n’avait fait aucune vague, etc, etc.

    Là, le système stipendie une personne avec peu de convictions. Ceci dit, à mon avis, ça peut se retourner contre lui. Pour ce qui est du détournement d’argent, y a-t-il des preuves ? A mon avis, non, car si tel avait été le cas, on en aurait entendu parlé bien avant.

    Pour ce qui est des déclarations soi-disant racistes, quand je lis ce que Griffin dit en off, je me rends compte qu’il n’y a rien de choquant. Bien au contraire, c’est à mon avis partagé par le bon sens populaire. En effet, relisons ce paragraphe :

    Parmi les propos rapportés par Nicholson figurent ceux de Nick Griffin, leader du BNP, comparant les femmes en burka à de « gros corbeaux noirs », déclarant que « les musulmans feront flotter le drapeau noir de l’islam sur Downing Street », un cadre du BNP dénonçant lui « un programme d’élevage » en parlant d’une école coranique en projet.

    Honnêtement, qui pourrait se dire choqué par ça ?

  2. Les euro-mondialistes auraient-ils peur d’une montée en flèche des nationalismes en Europe? ça m’en a tout l’air!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.