L’apport des Francs à la langue française

Les Francs n’ont pas seulement donné leur nom à la France ; leur langue, le francique ne disparaîtra pas sans avoir laissé de trace dans la langue française.

L’apport franc à la constitution de la langue française se distingue d’autres apports (mots de formation savante pris du grec ancien, mots isolés d’origine italienne, espagnole ou arabe…) par le fait qu’il résulte de l’implantation, sur le territoire gaulois, d’une population de langue germanique : les Francs. Si ces derniers apprennent assez rapidement à s’exprimer dans le bas-latin parlé par les gallo-romains, ils n’en continuent pas moins à pratiquer jusqu’à la dynastie carolingienne leur langue germanique d’origine : le francique.

Outre ses effets au niveau de la typologie, de la phonétique et de la syntaxe, l’apport francique a laissé, au niveau lexical, des mots assez importants et assez nombreux. Plus de 500 mots d’origine francique existent encore aujourd’hui dans la langue française (il y en avait 700 dans le vieux français). Selon M.J.Brochard («Le francique» dans Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaire Le Robert), certains emprunts lexicaux, dans une zone située entre la Picardie et la Lorraine, remontent à la première colonisation (Vè siècle). D’autres, qui ne dépassent pas le sud de la Loire, témoignent d’une forte implantation au nord de la Loire pendant la période mérovingienne. La troisième catégorie d’emprunts pénètre, par l’intermédiaire du latin carolingien, jusque dans les régions du sud de la Loire. Ces mots sont, pour la plupart, des emprunts interromans que l’on trouve dans d’autres langues romanes.

Des mots d’origine francique se retrouvent dans pratiquement tous les domaines, excepté le commerce, l’artisanat et la religion.
Conquérants, les Francs apportèrent à la langue française le mot guerre et tout un vocabulaire ayant trait à l’art médiéval : heaume, haubert, hache, héraut, ainsi qu’à l’art équestre : galoper, trotter, étalon, croupe, éperon, étrier. On leur doit également le nom de certaines fonctions : maréchal, sénéchal, baron.
Plusieurs verbes d’usage courant viennent des Francs. On trouve parmi eux des verbes indiquant : le mouvement : marcher, danser , grimper, frapper, ramper, heurter; l’observation : guetter, épier, guigner; la mise en ordre : ranger, garer; l’engagement : garantir, gager; le fait de conduire les autres : guider; le fait de s’assurer un profit, d’être vainqueur : gagner.

De même, est-on redevable à la langue des Francs de divers mots traduisant un sentiment particulièrement fort : orgueil, haine, hargne, honte, ainsi que d’adjectifs marquant l’énergie et le courage : hardi, ou l’honnêteté : franc.
Citons encore des couleurs : bleu, blanc, gris; des adverbes : trop, guère; des termes ayant trait à la vie rurale : hameau, jardin, haie, hêtre, houx, mousse, haricot, grappe, gerbe, gibier, harde, hanneton, crapaud, mare; des noms de bâtiments : hangar, halle; des noms d’objets divers : hotte, cruche, trique, échasse, jauge, gaule, gant, froc, trappe, gaufre.

L’apport de Francs à la langue française est si riche et si diversifié qu’il permet de construire des phrases où tous les noms, adjectifs et verbes proviennent de la langue francique. Ainsi continuons-nous d’une certaine manière à parler la langue des Francs lorsque nous disons que «la guerre éclate», que nous parlons de «gagner la guerre» ou que nous construisons une phrase telle que «le hardi baron guerroie sans heaume et sans haubert. Éperonnant son étalon, il franchit la haie au galop et, de sa hache, frappe l’orgueilleux sénéchal».

Dans un style plus pacifique et bucolique, on utilise également des termes d’origine franque lorsque nous parlons d’ attraper des crapauds dans la mare, de ranger la houe dans le hangar ou de récolter les haricots blancs du jardin.
L’apport des « Barbares » à la langue française ne se limite pas à l’apport initial des Francs. Les vikings qui s’installent en Normandie au Xè siècle apporteront nombres de mots d’origine scandinave dont une partie passera des dialectes normands dans la langue française. Ces termes ont essentiellement trait à la navigation et au monde de la mer : flotte, cingler, étrave, agrès, quille, hune, vague, crique, varech, crabe, homard, marsouin. Viennent également du scandinave des verbes tels que flâner et hanter.

Tous ces mots s’ajoutant à l’apport francique et aux mots qui continueront à être empruntés aux langues de peuples germaniques avec lesquels les Français restent en contact étroit durant tout le Moyen Âge (matelot, nord, sud, est, ouest, hisser, garder…) augmenteront l’impact germanique sur la langue française. César aurait ainsi bien du mal à retrouver son latin dans la phrase suivante : «Le matelot hisse le foc et grimpe sur le mât de hune. La flotte cingle vers le nord; à bord du bateau, l’équipage, harassé, grommelle.»

Une certaine légèreté de l’esprit français peut même s’exprimer en des termes qui ne doivent rien à la langue d’Ovide. Ainsi ne sommes-nous pas aussi «latins» que nous le croyons lorsque nous prononçons une phrase telle que : «Le galant marquis garde en gage le gant de la baronne.»
Notons, pour conclure, que les prénoms royaux les plus fréquemment utilisés nous viennent des Francs. Louis (Lodewig en francique, Ludwig en allemand), dont Clovis (Chlodwig) n’est qu’un doublet; Charles (Karl).
De même, près du quart des patronimes français actuels ont des racines germaniques, notamment franciques. Notons ainsi, parmi tous ceux qui sont cités par Albert Dauzat[1] : Auger (Adal-Garl), Baudouin (Bald-Win), Béraud (Berwald), Drumond (Drud-Mund), Foucher (Fulc-Hari), Gaubert et Jobert (Gaut-Berht) , Godard (Gud-Hard), Guichard (Wig-Hard) , Flobert et Flaubert (Hlod-Berht), Raimbaud (Ragin-Bald), Roland (Hrod-Land); Lambert (Land-Berht), Landry (Land-Ric), etc…

Peut-on en conclure que finalement, nos ancêtres ne sont pas les Gaulois ? Certainement pas !
Les Gaulois devinrent Gallo-Romains non parce qu’ils furent submergés par des populations d’origine romaine, mais parce qu’ils se soumirent à l’autorité militaire et administrative de Rome, et que petit à petit, ils adoptèrent de nombreux aspects de la culture romaine. Puis, les Gallo-Romains passèrent sous domination franque. Là encore, la population resta composée en très grande majorité de Gaulois, des Gaulois romanisés qui, se pliant à l’autorité des Francs assimilèrent une partie de la culture franque, sans pour autant perdre leur identité gauloise.

Bref, la France est un pays né d’une belle synthèse de trois éléments : Celtes (les Gaulois), Latins (les Romains), Germaniques (les Francs). La synthèse a été possible, et fructueuse, car Celtes, Latins et Germains appartenaient au même fond culturel et ethnique : les Indo-Européens.

Source : Communauté gauloise, via L’acropole

8 commentaires concernant l'article “L’apport des Francs à la langue française”

  1. Mais non la bien-pensance va hurler à la manipulation et que la France est métissé depuis des siècles!

  2. Français donc Germains, réveillez-vous, libérez-vous du joug judéo-maçonnique: déjà vous aviez fauté en 39-45! La victoire de la honte après celle de 18… Aucune autre issue possible… Dieu le veut ainsi: soit on courbe l’échine devant l’évidence soit on résiste et on sera soumis au joug du NWO; un certain 06/06 ils savaient eux qui arrivaient et pourquoi… nous pas, maintenant oui, mais c’est presque trop tard… Que St Charlemagne et St Louis avec Ste Jeanne d’Arc et tout l’ordre teutonique nous guident du haut du Ciel pour la victoire finale avec le Grand Monarque franco-allemand de naissance! Ce n’est assurément pas être nazi mais être réellement catholique que de l’admettre et ainsi Pétain sera mieux compris ainsi que Pie XII eux qui ne voulaient pas la défaite de l’Allemagne mais au contraire une victoire rapide sur l’URSS de manière à détruire les nazis ensuite avant qu’ils ne contrôlent tout en tuant Hitler et les chefs complices de la Golden Dawn donc des R+C anglo-saxons: l’Europe chrétienne aurait été sauve…

  3. Bref, la France est un pays né d’une belle synthèse de trois éléments : Celtes (les Gaulois), Latins (les Romains), Germaniques (les Francs). Je suis d’accord, c’est d’ailleurs la raison essentielle pour laquelle la France n’est pas raciste (au sens non péjoratif du terme) comme peut l’être l’Allemagne par exemple dont la structure démographique est demeurée à peu prèss unique.
    Néanmoins, n’auriez-vous pas oublié les Aquitains dans votre liste des peuples ayant formés la composante du peuple français? Aquitains qui pourraientt être des Ibères ou des basques, à moins que les basques ne soient finalement des Ibères.

  4. Il faut que je retrouve une citation de Jean Raspail qui définit clairement les peuples autochtones en France.

  5. Trouvéééééééé : « Il est vrai que la France est le produit d’un superbe et bénéfique brassage, sur fond de sauce gallo-romaine, de Francs, de Burgondes, de Vikings, de Wisigoths, etc., puis d’Alsaciens, de Basques, de Catalans, de juifs d’Alsace et de Lorraine, de Bretons, de Provençaux, etc., puis d’Italiens, d’Espagnols, de Polonais, de Portugais – c’était l’Europe qu’elle invitait chez elle. Les voilà, les Français de souche ! Et s’ils se réveillaient aujourd’hui ? S’ils se révoltaient contre les doucereux oukases de Big Other, contre son conformisme mou, son totalitarisme universel au service de l’autre ? »

  6. Justement l’article rappelle que le fonds ethnique français est principalement gaulois.

    Et en effet, les invasions germaniques représentent 5 à 10% de la population gauloise. De plus, Gaulois et Germains étaient particulièrement proches des points de vue racial et culturel.

    L’apport romain est quant à lui uniquement culturel : ethniquement, ça représente quelques dizaines de milliers d’immigrants maxi sur plus de 5 millions de Celtes.

    Un bon article de synthèse sur cette question :
    http://www.renouveaufrancais.com/index.php?txt=identite/formationpeuple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.