La température monte… pour le capitalisme.

A nouveau, le président iranien ne s’est pas fait que des amis parmi les « élites » « occidentales ».
Lors de la récente conférence de l’ONU sur le climat à Copenhague, il a fait retentir un son de cloche différent de la logorrhée usuelle.

Mahmoud Ahmadinejad a ainsi déclaré que «le capitalisme et l’économie libérale détruisent la nature ».
Avant de fustiger les Etats-Unis qui – avec 5 % de la population mondiale – consomment énormément d’énergie (1er pays consommateur), et que les crédits américains de défense représentent toujours plus de 40 % des dépenses mondiales.
« Et si d’autres pays imitent ce modèle de comportement ? » a-t-il insolemment demandé.
Question pertinente du leader iranien (semblant lui aussi partager la thèse du réchauffement climatique dû à l’activité humaine) qui embarrasse encore une fois les « gendarmes du monde ».

Les médias et politiciens « français » parlent désormais fréquemment de menaces écologiques ; en proposant généralement comme solution plus de « gouvernance mondiale », plus de mondialisme.
Bizarrement, ils n’avancent jamais l’idée que l’équilibre écologique serait surtout menacé par le système capitaliste libéral et sa course effrénée au profit (s’accompagnant d’une vénération de « la croissance », de la consommation, des échanges internationaux au détriment du localisme, etc.) 
« Capitalo-mondialisme ou écologie ? », et si c’était la vraie question ?

Source

1 commentaire concernant l'article “La température monte… pour le capitalisme.”

  1. C’est bien la vraie question. Belle technique de désinformation, ils concentrent l’attention sur un problème épidermique pour nous cacher le cancer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.