La France exige un accès immédiat de l’OIAC en Syrie

[MAJ] : selon Sputnik, les experts seraient entrés dans Douma.

La France a exhorté mardi la Syrie et la Russie à accorder à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) un « accès complet, immédiat et sans entrave » pour son enquête sur l’attaque chimique présumée du 7 avril à Douma.

« A ce jour, la Russie et la Syrie refusent toujours aux enquêteurs l’accès au site de l’attaque alors que ceux-ci sont arrivés en Syrie le 14 avril dernier. Il est très probable que des preuves et des éléments essentiels disparaissent de ce site, par ailleurs entièrement contrôlé par les armées russes et syriennes », déclare mardi la porte-parole du Quai d’Orsay.

« Il est essentiel que la Syrie donne enfin un accès complet, immédiat et sans entrave à toutes les demandes de l’OIAC, qu’il s’agisse de sites à visiter, de personnes à interviewer ou de documents à consulter », poursuit-elle.

Des experts de l’OIAC se rendront mercredi à Douma, a assuré lundi le ministère russe de la Défense, dans le sillage d’une déclaration de la délégation britannique déplorant que Russie et Syrie n’aient pas permis la venue des enquêteurs dans la Ghouta orientale.

« La mission n’a pas pour mandat d’identifier les responsables de cette attaque : seul le mécanisme d’enquête conjoint des Nations unies et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (JIM) le pouvait, mais son mandat n’a pas été renouvelé en raison de l’opposition de la Russie au Conseil de sécurité des Nations unies », note en outre la diplomatie française, qui oeuvre au Conseil de sécurité au rétablissement d’un tel mécanisme.

Source


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.