La course criminelle d’un couple d’invertis pédophiles

A la lecture de l’article qui suit, il apparait clairement que le système judiciaire des différentes nations d’Europe sont impuissantes face à l’explosion des actes pédophiles. Pourquoi ces deux hommes ont-il été libérés après avoir commis autant d’horreurs? Afin d’éviter toute récidive, il est impératif d’appliquer les sanctions judiciaires proportionnées et appropriés dès le premier crime :  pour les pédophiles qui passent à l’acte c’est la peine de mort.

Article de Paris Match : Une nouvelle piste, quatre ans après. Le «Mail on Sunday» a révélé dimanche que deux hommes avaient été auditionnés par la police britannique dans le cadre de la disparition de la petite Maddie, le 3 mai 2007 au Portugal. Les deux suspects en question ne seraient autres que Charles O’Neill, âgé de 48 ans, et William Lauchlan, 34 ans, deux Ecossais bien connus des services de police: décrits comme «très dangereux», ils font «sans aucun doute partie des pires pédophiles» que la Grande-Bretagne ait connus. Leur parcours meurtrier remonte aux années 1990. Ils ont été condamnés pour la première fois en 1998 par la haute cour de Glasgow pour 31 chefs d’accusation liés à des agressions sexuelles sur mineurs les cinq années précédentes.

Pendant son incarcération, O’Neill se serait vanté auprès de ses codétenus avoir tué une mère de famille qui menaçait de le dénoncer à la police, et d’avoir jeté son corps à la mer. Cette fameuse Allison McGarrigle, dont il parlait, avait justement disparu un an plus tôt… Les deux ont été libérés sur parole en 2002, mais Lauchlan a enfreint les conditions de sa libération conditionnelle et a pris la fuite pour l’Espagne pour échapper à son arrestation. O’Neill, lui, est resté en Écosse un temps, avant de rejoindre son ami en Espagne en 2003 après avoir abusé d’un garçon de 14 ans, à Irvine, dans la région du North Ayrshire.
En 2004, les deux hommes ont été arrêtés par la police espagnole près d’Alicante sur la Costa Blanca après avoir enlevé, drogué et abusé d’un garçon de 15 ans. Ils ont été expulsés vers la Grande-Bretagne et inculpés en avril 2005 pour l’assassinat d’Allison McGarrigle –déclarée décédée cette année-là bien que son corps n’ait jamais été retrouvé. Les deux malfaiteurs ont été libérés un an après faute de preuve… Fin 2006, ils rejoignent à nouveau l’Espagne, mais cette fois sous de fausses identités. Ils auraient vécu à Vecindario, sur l’île de Grande Canarie, se faisant passer pour des cousins. Ils créent une entreprise de nettoyage de vitres, ce qui leur donne un accès facile aux villas et appartements des vacanciers peu méfiants. A cette époque,-là, un garçon de 7 ans du nom de Yeremi Vargas a justement disparu dans cette ville industrielle alors qu’il jouait près de son domicile… L’enfant est toujours porté disparu, mais sa mère reste convaincue qu’il a été assassiné par les Ecossais –qui seraient en réalité amants selon le «Daily Mail». En 2007, leur véritable identité est découverte; ils auraient alors voyagé, notamment au Portugal, avant de retourner en Grande-Bretagne, dans une auberge de sans-abri à Blackpool. Le duo maléfique s’en prend également à un petit garçon de six ans, en Ecosse, après avoir manipulé sa mère, avec qui ils étaient devenus amis en lui promettant notamment du travail. Charles O’Neill et William Lauchlan avaient même convaincu la femme de devenir leur mère porteuse…
Un livre-anniversaire
Leur course criminelle s’achève en 2010. Les deux ont été jugés et condamnés à perpétuité assortie d’une période de sûreté incompressible respective de trente ans et vingt-six ans de pour les viols de jeunes garçons, et le meurtre d’Allison McGarrigle. Encore à ce jour, les enquêteurs pensent qu’ils pourraient être responsables de bien d’autres crimes.

9 commentaires concernant l'article “La course criminelle d’un couple d’invertis pédophiles”

  1. Quand des malfaiteurs sont nuisibles à la société, celle-ci a le devoir, pour maintenir la paix sociale et les bonnes moeurs, de les éliminer!!!

  2. Comment a-t-on pu décemment remettre ces monstres détraqués en liberté ?
    J’ai également du mal à comprendre qu’un des parents des victimes ne leur ait pas réglé leur compte. Personnellement, c’est ce que je ferai. Patiemment, avec préméditation et sans aucune hésitation. Peu importe l’emprisonnement ensuite.

  3. Il n’y a pas à dire les Etats modernes, héritiers des Lumières ne remplissent pas le « contrat social » qu’ils s’étaient fixés. Leur pouvoir est par conséquent et selon leur propre logique, caduque.

  4. c`est bien,vous voyez qu`avec le temps et l`experience vous commencez a comprendre la sagesse de la sharia.
    tueur d`enfant= peine de mort!!
    objectif=a mettre hors d`etat de nuire a nouveau par tout les moyens.
    attention, on va vous decrire comme « moins moderne ».

  5. @fatima

    Mais nous sommes résolument opposés à la Modernité (avec un grand M). Et bien avant la sharia la peine de mort était appliqué en terre chrétienne, et avant les chrétiens, c’était également le cas chez les paiens.

    En fait, l’application de cette peine pour les crimes les plus horribles relève du simple bon sens, de la loi naturelle.

  6. @ Fatima

    Pas la peine de devenir musulman pour appliquer la peine de mort à un tueur d’enfant.

  7. Il faut se poser deux questions: pourquoi n’applique t-on pas la peine de mort à des assassins d’enfants? Et comment peut-on remettre en liberté des meurtriers en puissance, ce que la justice sait parfaitement et attendre qu’ils commettent encore et encore des meurtres d’innocents?

  8. Même la castration chimique sert à rien! Il suffit que le pédophile arrête ses pilules de castrations pour qu’un mois après il puisse recommencer ces actes barbares!! Il n’y a que la peine de mort pour ce genre de personne.

  9. La peine de mort n’impressionne pas ces gens qui ne tiennent à rien dans la vie.
    Elle est un outil de vengeance pas de prévention.
    J’y préfère 100 fois une vraie perpétuité avec de lourds travaux d’intérêts généraux pour payer ses frais et des conditions de vie minimums.
    Juger un assassin en l’assassinant est contradictoire.
    Cependant je rejoins Botch sur le fait que je craquerai certainement si cela arrivait à l’un de mes proches.
    Je conçois mal cependant de laisser ce choix à la justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.