La CIA traite pour le compte de la France les données informatiques liées au terrorisme

Un article de Paris Match tente d’expliquer pourquoi les services de renseignements français n’essayent pas de développer les outils informatiques nécessaires, mais préfère sous-traiter aux USA et augmenter notre dépendance vis à vis de l’Oncle Sam. Comme le résumé un agent de la DGSI : « les services US vont disposer d’une fenêtre grande ouverte sur des informations sensibles et notre lutte antiterroriste ».

Submergée par les données informatiques liées au terrorisme, la DGSI vient de signer un contrat déléguant leur traitement à une société américaine, créée par la CIA. Une décision nécessaire dans un souci d’efficacité mais qui donne des informations secrètes aux services de renseignements américains et pose une question de souveraineté nationale.

La guerre contre le terrorisme se mène aussi sur Internet. Or, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ne dispose pas des moyens technologiques pour traiter l’afflux de données informatiques liées ou échangées entre les djihadistes. Fin novembre, après plusieurs mois de négociations, le service policier de renseignement français a signé un contrat avec la firme américaine Palantir. Cette société, basée à Palo Alto en Californie, va désormais analyser le Big Data en matière de terrorisme pour le compte de la DGSI. Concrètement, la très puissante technologie de Palantir et ses experts, qui ont formé des agents français à leurs outils, vont extraire, recouper et décrypter les précieuses données informatiques permettant d’identifier et de remonter des réseaux terroristes, voire de déjouer des attentats.

Lire la suite sur Paris Match…

Commentaires

commentaires

Les commentaires sont fermés.