Khashoggi : l’Arabie saoudite reconnaît que le journaliste a été drogué et démembré au consulat

Le parquet saoudien a requis jeudi la peine de mort contre cinq responsables du royaume accusés dans le meurtre de Jamal Khashoggi. D’après le porte-parole du parquet, l’éditorialiste critique du pouvoir, en particulier du prince héritier Mohammed ben Salmane dit «MBS», a été tué le 2 octobre après avoir été drogué au consulat de son pays à Istanbul, où il a été démembré par cinq responsables saoudiens.

Ce jeudi, le procureur général saoudien a aussi mis totalement hors de cause Mohamed ben Salmane dans l’assassinat du journaliste. Le puissant prince n’avait aucune connaissance du dossier, a assuré le porte-parole du procureur général, en réponse à une question d’un journaliste. Le chef adjoint des services saoudiens, le général Ahmed al-Assiri, a ordonné de ramener de gré ou de force Khashoggi. Mais le chef de l’équipe de «négociateurs» dépêché sur place a donné l’ordre de le tuer, a-t-il ajouté.


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :