Justice à deux vitesses : la preuve par Julien Dray

Les médias officiels ne cessent de le claironner: « Julien Dray est blanchi des accusations d’abus de biens sociaux ».
A y regarder de plus près, le co-fondateur d’ SOS Racisme n’a pas été « blanchi » par la Justice. Simplement, le procureur Jean-Claude Marin a proposé de classer sans suite le dossier Dray.
Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu délit, bien au contraire. Cela veut juste dire que le parquet choisit d’être « gentil » et qu’il ne renvoye pas « Juju » devant le tribunal comme un vulgaire citoyen.
Pour justifier sa position surprenante, le procureur se fonde sur l’absence de plainte des associations (SOS Racisme, Fédération indépendante et démocratique des lycéens, Parrains de SOS Racisme) concernant les mouvements suspects signalés sur les comptes bancaires du député socialiste et sur la modicité des sommes en jeu, aujourd’hui remboursées.
En bref, le procureur nous explique que ce n’est pas grave de s’acheter des montres à 7.000 euros avec le chéquier d’une association financée avec nos impôts. Du moment que les copains qui dirigent l’association ne portent pas plainte et que l’on rembourse les sommes en jeu une fois qu’on s’est fait pincer par la police… Avec une telle manière de procéder monsieur Jean-Claude Marin ne doit pas poursuivre beaucoup de délinquants…

Julien Dray a donc écopé d’un simple rappel à la loi, alternative aux poursuites judiciaires.

Vive les copains et les réseaux occultes
Vive la presse aux ordres
Vive la République

Source


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.