Jeunes Populaires : après le ridicule, le non respect des droits d’auteur!

On se souvient tous du clip ringard des jeunes de l’UMP où l’on découvrait une brochette de ministres se trémousser sur une musique consternante.

Pourtant, il n’y a pas que le ridicule qui a tué cette magnifique opération de communication. Le piratage de la chanson utilisée pour faire chanter les jeunes et les ministres va coûter très chers aux Jeunes Pop’.

Bien que l’UMP et sa loi Hadopi affichent la volonté farouche de préserver les droits d’auteur, il s’avère que Benjamin Lancar, le futé président des Jeunes UMP, ait utilisé une version remixée du titre Tous ceux qui veulent changer le monde et dont les droits appartiennent au label québécois Musicor, sans aucune autorisation.

Pour leur défense, les jeunes UMP déclarent que l’utilisation de la version remixée est une erreur… Ils devraient verser près de 30 000 euros à l’interprète Marie-Mai et son producteur, et l’argent sera remis à une association caritative de leur choix selon le site canadien Canoe. Des négociations sont en cours pour déterminer le montant exact du dédommagement.

Source


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

1 commentaire concernant l'article “Jeunes Populaires : après le ridicule, le non respect des droits d’auteur!”

  1. Bien fait.

    Il sera intéressant de savoir quelle organisation caritative ils vont choisir. Vont-ils choisir une organisation de type chrétienne (même si toutes ne sont pas recommandables), ou, à l’inverse, vont-ils choisir une organisation qui promeut la diversité et compagnie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.