Iran : « À court terme, le régime ne craint rien »

L’Iran est secoué par des manifestations dans une quarantaine de villes depuis six jours. Si le mouvement paraît encore désorganisé et dépourvu de meneur, la police a déjà procédé à plus de 450 arrestations, surtout des jeunes des classes populaires, et 21 personnes sont mortes, dont 16 manifestants. Le mouvement de contestation a pour origine l’inflation (10 %, contre 0,22 % dans l’UE), le chômage (12,5 % au total et 30 % chez les jeunes), et le manque de perspectives d’avenir. C’est l’annonce du budget 2018 du président Hassan Rohani, qui prévoyait une augmentation de 50 % du prix de l’essence ainsi que celui des œufs – d’où le nom de « révolution des œufs » –, qui a provoqué la colère des classes populaires. Le président a fini par faire machine arrière. Les premières manifestations ont été observées à Mashhad, la deuxième ville du pays dans le nord-est de l’Iran, avant de s’étendre à l’ouest dans une quarantaine de villes secondaires. Pour le moment, la capitale Téhéran semble relativement épargnée par la violence. Mais les gardiens de la révolution se disent prêts à intervenir en cas de débordements.

Lire la suite sur Le Point…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.