C’était un 14 mai…

841 : les Vikings mettent à sac Rouen et pillent l’abbaye de Saint-Ouen.

1610 : assassinat d’Henri IV.

Résultat de recherche d'images pour "assassinat henri IV"

Ce souverain, l’un de ceux qui marqua le plus l’histoire et la mémoire nationales, se rendait au chevet de son ami Sully, quand, à la faveur d’un ralentissement sur la route, il fut mortellement poignardé par François Ravaillac.
Ce dernier était un catholique (qui sera catalogué comme déséquilibré par la justice) qui avait été échauffé par les prêches virulentes de prêtres intransigeants, reprochant au souverain sa proximité avec les protestants français et étrangers, à l’aube d’une nouvelle guerre. Il sera supplicié et écartelé le 27 mai en place de Grève.
Les querelles religieuses ont marqué le règne d’Henri IV qui avait pris part à la terrible guerre civile à la tête des troupes protestantes (son siège de Paris avait fait plus de 35 000 morts) avant de se convertir (faussement d’après ses détracteurs) au catholicisme et de pouvoir alors accéder au trône puis pacifier à peu près le royaume.

1643 : mort de Louis XIII « le juste », roi de France. A la reine d’Anne d’Autriche qui pleure son trépas, le chancelier Séguier répond : « en France, Madame, les rois ne meurent pas ! » et montrant le petit enfant qui allait devenir Louis XIV : « Voici, Madame, le roi vivant ».

1948 : proclamation d’indépendance de l’Etat d’Israël par David Ben Gourion, chef du gouvernement provisoire.

1970 : premier congrès d’Ordre nouveau, avec Jean-François Galvaire, François Brigneau, Alain Robert, Jack Marchal, etc.  Sur ce mouvement, on pourra lire le livre d’Alain Robert (secrétaire général) ainsi que Ordre nouveau raconté par ses militants. Video sur ce congrès :

 
1990 : manifestations sionistes, à Paris et dans toute la France, pour le coup monté de Carpentras. Pour la première fois, un président de la République française, François Mitterrand, descend dans la rue au milieu, non des drapeaux français, mais des drapeaux israéliens.

1998 : le bureau de l’Assemblée nationale adopte le principe de la féminisation officielle des titres et fonctions, malgré l’opposition de l’Académie française.

2 commentaires concernant l'article “C’était un 14 mai…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.