Greta Thunberg publie brièvement par erreur un document lui indiquant quoi poster sur les réseaux sociaux

https://i2.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/88/Greta_Thunberg_at_the_Parliament_%2846705842745%29.jpg/1024px-Greta_Thunberg_at_the_Parliament_%2846705842745%29.jpg?resize=840%2C533&ssl=1
Greta Thunberg au Parlement européen. Elle est invitée partout, en particulier dans les instances mondialistes.

C’est encore une fois la preuve que derrière l’adolescente vaillante et innocente érigée en icône mondiale de l’écologisme sauce mondialiste, il y a toute une organisation, un réseau. Des méthodes de comploteurs.

« […] Greta Thunberg a accidentellement partagé un document – qu’elle a appelé « boîte à outils » – détaillant une liste de « messages suggérés » concernant les manifestations agricoles en Inde. Comme le relaye le New York Post ce jeudi 4 février, cette liste donnerait des conseils sur les prochains tweets à poster. Le document indiquerait à la militante de repartager et mentionner des célébrités qui tweetent sur le même sujet. C’était d’ailleurs le cas de la chanteuse Rihanna qui s’était interrogée en partageant un reportage de CNN sur des coupures d’Internet qui ont eu lieu durant des protestations : « Pourquoi ne parlons-nous pas de cela ?! » Pire encore, il serait demandé à Greta Thunberg de mettre en lumière les manifestations prévues devant les ambassades indiennes, relaye le New York Post.

Elle a rapidement supprimé son tweet et a ensuite publié une nouvelle « boîte à outils » jointe avec un message pour montrer sa solidarité « avec la #FarmersProtest en Inde ». Ce jeudi 4 février, le New York Post a appris qu’elle doit être interrogée dans une enquête pour « conspiration criminelle ». La police de New Delhi a lancé cette première enquête accusant Greta Thunberg de créer le désaccord et de faire partie d’une plus vaste conspiration, relaye le New York Post.

Ce n’est pas la première fois que Greta Thunberg est confrontée à ce type de situation. Pendant plusieurs heures, le 9 janvier dernier, un bug Facebook a permis à ses utilisateurs de voir qui écrivait réellement les posts de chaque page. C’est ainsi que celle de Greta Thunberg a été passée au crible. Et stupeur, les observateurs ont découvert que ce n’était visiblement pas elle qui postait ses messages, mais son père, Svante Thunberg, et Adarsh Prathap, un activiste indien pour le climat qui a officié en tant que délégué dans l’organisation pour le changement climatique aux Nations Unies. La jeune militante écologiste avait pourtant toujours clamé qu’elle écrivait elle-même ses messages sur les réseaux sociaux… » (source Valeurs actuelles)