Gaumont promeut l’homosexualité…

En cliquant sur l’image ci-contre vous pouvez découvrir l’écoeurante campagne publicitaire « gay-friendly » que mène le cinéma Gaumont-Opéra, par courriel.

Merci à Ob.

4 commentaires concernant l'article “Gaumont promeut l’homosexualité…”

  1. Présentation

    L’acronyme « nazisme » est la contraction de « national-socialisme » (Nationalsozialismus en allemand). En effet, le « national-socialisme » se veut distinct du « socialisme international », c’est-à-dire des mouvements socialistes internationalistes, d’inspiration marxiste ou non, tels que l’Internationale socialiste ou l’Internationale communiste, dont la vocation « antipatriotique » était à l’opposé du nationalisme pangermaniste hitlérien. L’idéologie nazie se distingue également d’autres doctrines nationalistes de l’époque comme, en France, le « socialisme national » de Maurice Barrès, qui disait combiner nationalisme et « socialisme », mais rejetait les théories racistes du nazisme allemand[réf. nécessaire].
    Le fameux Programme en 25 points, programme politique du nazisme, fut exposé pour la première fois dans une réunion publique le 24 février 1920 à la Hofbräuhaus de Munich (célèbre brasserie toujours debout, pourvue d’une vaste salle propice aux réunions politiques) par Adolf Hitler lui-même. Suite à cette assemblée fondatrice, le DAP (Deutsche Arbeiter Partei, Parti ouvrier allemand) prendra désormais le nom de NSDAP (National Sozialistische Deutsche Arbeiterpartei, Parti national-socialiste des travailleurs allemands) : le parti nazi est né.
    En 1925 (soit, plus de quatre ans après, un coup d’État manqué et plusieurs séjours en prison après la proclamation initiale), Adolf Hitler publie Mein Kampf (Mon Combat) (à la fois autobiographie, idéologie et programme politique), ouvrage écrit en prison, et qui deviendra le texte de référence du nazisme. La thèse selon laquelle le national-socialisme n’était rien d’autre, en somme, qu’un hitlérisme1, est fort discutée. Néanmoins l’opportunisme politique sera, dès le début de sa carrière, une constante dans les discours et écrits d’Adolf Hitler. L’historien britannique Ian Kershaw, auteur d’une imposante biographie d’Hitler montre ainsi que l’apparition de certaines expressions ou concepts pourtant propres au discours hitlérien (par exemple le slogan Lebensraum, soit : espace vital) sont assez tardives. Et c’est Hitler lui-même qui rappellera que ce n’est qu’en juin 1919 que les cours d’économie de Gottfried Feder sur « l’esclavage par l’intérêt » fournirent le levier qui lui manquait pour animer un véritable parti politique :
    « Après avoir écouté le premier cours de Feder, l’idée me vint aussitôt que j’avais trouvé le chemin d’une condition essentielle pour la formation d’un nouveau parti. »
    — Adolf Hitler, Mein Kampf, p. 208
    Peu après l’accession d’Hitler à la Chancellerie le 30 janvier 1933, les autres partis politiques sont progressivement éliminés ou interdits. Le 14 juillet 1933, le NSDAP devient un parti unique en Allemagne et le restera jusqu’à la chute du Troisième Reich en 1945.
    Idéologie

    Ghetto de Varsovie, mai 1943
    Pour les nazis, les pays et territoires germanophones avaient vocation à dominer le reste du monde. Ils alléguaient à cette fin l’appartenance des peuples germaniques à une « race supérieure », les « indo-européens » (Indo-Germanisch) ou encore « aryens », dont auraient été issus tous les génies de l’humanité. Les peuples désirant survivre devaient ainsi s’incliner devant la « race des seigneurs ».
    En conséquence, cette idéologie, du reste clairement évoquée dans Mein Kampf, prône le recours systématique à la force. Pour Hitler, la diplomatie ou la négociation ne sont que des leurres :
    « Les territoires opprimés [c’est-à-dire les Sudètes et l’Autriche] ne sont pas réincorporés à la patrie commune par des protestations enflammées, mais par les coups victorieux qu’assène le glaive. Forger ce glaive, telle est la tâche de la politique intérieure du gouvernement; permettre au forgeron de travailler en toute sécurité et de recruter des compagnons d’armes, telle est celle de la politique étrangère. »23
    Les nazis étaient clairement xénophobes, demandant par exemple « que tous les non Allemands établis en Allemagne depuis le 2 août 1914 soient immédiatement contraints de quitter le Reich », et que « tous les directeurs et collaborateurs de journaux paraissant en langue allemande soient des citoyens allemands »4. Ils s’opposaient à la « conception matérialiste du monde », et se revendiquant d’un « Christianisme positif » 5.
    Le programme national-socialiste prétendait également avoir une dimension sociale, symbolisée par le rouge dans le drapeau nazi, qu’il imposa à l’Allemagne6. D’après les travaux de l’historien Götz Aly, les nazis témoignaient d’un réel souci des classes populaires7 : ils réorganisent les professions, créent des mutuelles et des prestations sociales, luttent contre le chômage, favorisent des loisirs et des fêtes pour les couches populaires, etc. Pour Aly, c’est d’ailleurs là l’une des clés de la popularité du régime. La tendance « socialisante » de la doctrine nazie fut cause de dissensions graves entre les dirigeants du parti. À ses débuts, Joseph Goebbels qualifiait ainsi le nazisme de « bolchévisme national ». Cependant, Hitler, par pragmatisme et opportunisme politique, sera conduit à accepter les financements d’industriels inquiétés par la montée du communisme et à abandonner certaines revendications et à éliminer sans pitié les courants par trop « socialisants » (les frères Strasser, Röhm, etc).

    Des étudiants nazis brûlent les livres proscrits en public le 10 mai 1933.
    Le nazisme prétend être une idéologie totalitaire, cherchant à dominer et à contrôler tous les aspects de la vie des citoyens, embrigadés dès l’enfance dans toutes sortes d’associations maîtrisées par le Parti qu’ils étaient destinés à servir : Napolas, Jeunesses hitlériennes, Association des jeunes filles allemandes, Association des femmes allemandes, Association des Allemands de l’étranger, Secours populaire du parti nazi, Secours d’Hiver du peuple allemand.
    Le régime nazi, proche du fascisme, duquel il a pris le caractère démonstratif que celui-ci a initié, assurant le culte du chef et le respect de la doctrine du Parti par l’usage systématique de mise en scènes théâtrales, et aussi de la violence. Le culte de la personnalité est sans doute un élément central du nazisme, en ce qu’il permet au chef du mouvement d’exercer un pouvoir sans limite. Mais il s’inspire aussi du bolchévisme, adoptant le principe d’un parti unique constitué de militants professionnels, parmi lesquels il recrute des milices privées, les SA et les SS, enfin en organisant la toute puissante Gestapo dès la prise de pouvoir.

    Procès des principaux dirigeants nazis, Nuremberg, 1946.
    La doctrine nazie se fondait sur une classification raciale des hommes selon la « qualité de leur sang ». Les Tziganes, les Asiatiques et les Noirs étaient classés au plus bas dans l’échelle des races, juste avant les Juifs et après les Slaves et les Méditerranéens. Elle aboutit à pousser les applications de l’eugénisme dans ses conséquences extrêmes, en particulier l’expérience des lebensborns, et surtout la Shoah. Elle incitait à expulser hors d’Allemagne les hommes des « races inférieures », en particulier les Juifs envers lesquels elle a immédiatement pris des mesures vexatoires, favorisant l’émigration des plus riches et des plus déterminés vers d’autres pays, avant d’enfermer progressivement les autres dans des camps de concentration, avec les opposants politiques et religieux et les asociaux de tous ordres.
    Pour Ian Kershaw, « étant donné sa nature, sa composition et ses forces dominantes, le mouvement nazi ne pouvait avoir qu’une conception du changement social négative (liquidation des organisations de la classe ouvrière, discrimination accrue contre les minorités) »8.
    Les Aryens

    Les nazis utilisèrent le terme d’Aryen pour définir la race humaine qu’ils considéraient la plus pure, la plus supérieure et la plus noble, qui était appelée par certains scientifiques de cette époque race nordique. Les idéologues nazis prétendaient que cette théorie aurait été confirmée par l’Histoire, l’expérience pratique, et les traits uniques de l’Aryen (notamment les cheveux blonds et les yeux bleus).
    Objectifs

    Antisémitisme en Allemagne en 1933. Sur la pancarte : « Allemands, défendez-vous ! N’achetez pas chez les Juifs ! »
    Le nazisme prône la supériorité de la « race aryenne » sur toutes les autres « races » humaines. Ce qu’il nomme « race aryenne » est en fait une notion à la fois morphologique, culturelle et religieuse. Le « véritable » aryen est celui qui est physiquement proche du canon germanique. La croyance commune fait correspondre cette « race aryenne » à l’image d’un homme pâle, blond aux yeux bleus et de culture germanique. En réalité, les critères, bien que restreints, étaient sensiblement plus larges (notamment au niveau des couleurs des yeux et des cheveux). D’après Hitler, cette race aryenne est l’unique source de tous les progrès de l’Humanité. Seuls ceux qui ont une trace de sang aryen peuvent avoir du génie. Les autres « races » ne font qu’imiter voire, comme les Juifs, spolier ou détruire le génie humain. A ce titre, la race aryenne doit conserver la pureté de son sang pour concentrer le génie humain dans une race qui dominera le monde. Pour la survie de l’Humanité, les nazis se doivent d’éliminer les races et « peuples inférieurs » qui en polluant la génétique humaine, l’amènent à sa perte. Les nazis classèrent ainsi les populations en fonction de ce qu’ils appelaient les « races à éduquer » (les Latins, les Japonais par exemple), les « races à réduire en servitude » (les Slaves, les Asiatiques, les Noirs) et les « races à exterminer » (les personnes de confession ou d’ascendance juive et le peuple tzigane).
    Hiérarchie des « races »
    La doctrine raciale nazie se basait surtout sur l’œuvre d’Hans Günther, professeur de « science raciale » à l’Université d’Iéna dont les idées étaient fortement soutenues par le gouvernement allemand9. Selon Günther tous les Aryens partagent un type nordique idéal qui crée un contraste avec les Juifs, qui constituent plutôt un mélange de plusieurs races. La lignée généalogique, les mesures anthropologiques de crânes et les évaluations de l’apparence physique étaient tous des outils utiles à la détermination de la race. Pour Gunther, même si l’apparence physique était la chose observée, « le corps est l’enveloppe de l’âme » et « l’âme est primaire. » Toutefois dans la doctrine raciale nazie les catégories de « sang allemand » et de « sang étranger à l’espèce » ne furent jamais clairement définies, et entre le pôle aryen et le pôle juif se trouvait toute une nébuleuse de races qu’il était parfois malaisé de situer sur une échelle. Concernant les races européennes Gunther les divisait en race nordique (nord de l’Europe), méditerranéenne (sud de l’Europe et Afrique du Nord), dinarique (Balkans), alpine et est-baltique10.
    Alfred Rosenberg, théoricien du nazisme dont l’influence fut également importante, qui développa ses théories raciales et anti-chrétienne dans Le Mythe du vingtième siècle (1930), où il réduit l’histoire à une lutte des races et met en valeur l’homme nordique menacé par le métissage, les juifs et les valeurs judéo-chrétiennes, considérait également les Berbères d’Afrique du Nord comme descendants des peuples Aryens atlanto-nordiques : « Les Berbères, dont une partie conservent encore la peau claire et souvent même les yeux bleus, ne remontent pas aux raids ultérieurs des Vandales, mais bien à la très ancienne vague atlanto nordique. De nombreux chasseurs Kabyles, par exemple, sont aujourd’hui encore irréfutablement d’origine nordique »11
    Moyens utilisés

    Libération du camp de Buchenwald, 16 avril 1945
    Les nazis stérilisèrent ou emprisonnèrent aussi ceux qu’ils considéraient comme malades, ou ceux qui étaient considérés comme atteints de maladies héréditaires (cécité, alcoolisme, schizophrénie, etc.), ou de maladies mentales, en s’appuyant sur une lecture particulière des théories eugéniques du Britannique Francis Galton (cf. L’Eugénisme sous le nazisme). En septembre 1939 Hitler donna son assentimment à la mise en œuvre d’un programme d’euthanasie, sans distinction d’âge, des personnes handicapées ou atteintes de certaines maladies incurables. Ce programme appelé Aktion T4 fut mené par un petit nombre d’hommes triés sur le volet et sous le contrôle de médecins. Au total environ 100000 personnes en furent victimes entre 1940 et 1945.12 13.
    Après avoir conquis le pouvoir absolu, les nazis éliminèrent selon des procédés systématiques et par cercles concentriques entre 5 et 6 millions de Juifs (notamment, mais pas uniquement, à l’aide de chambres à gaz) ainsi que de nombreux Tziganes, entre 500 000 et 1 million dont 23 000 ont été recensés dans le seul camp d’Auschwitz. Ils stérilisèrent aussi 400 000 Allemands et incarcérèrent tous les opposants au pouvoir dans des camps de concentration.
    L’extermination des Juifs est appelée la Shoah, ce qui signifie « catastrophe » en hébreu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.