Emission « Complément d’enquête » sur les populismes : pas de l’information mais de la propagande

Le « Sévice » public…

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et texte

« On aurait pu croire qu’un certain sens de la nuance allait toucher la presse à l’heure où de plus en plus de monde rejoint les partis populistes, partout en Europe.
L’émission « Complément d’enquête » d’hier soir démontre le contraire : face à la vague, les milieux médiatiques feront tout pour continuer à diffamer, caricaturer, désinformer les citoyens.
L’immigration de masse ? « Un fantasme », terme utilisé plusieurs fois hier soir.
Les électeurs populistes ? Des caricatures de xénophobes ou islamophobes compulsifs, quasiment maladif.
Les dirigeants de ces partis ? Tous des nazis.
Les militants ? Les héritiers des SS ou des Chemises noires.

Un marin de l’Aquarius témoigne des drames en mer, en nous expliquant que les gens secourus ont connu l’horreur, étaient en danger de mort, suggérant ainsi qu’il s’agit bien de réfugiés : à aucun moment, il ne précise qu’il parle de leur périple, pas de leur vie au pays, car au Sénégal, au Ghana, au Maroc, on n’est pas en danger de mort pour des raisons politiques. L’Europe aurait donc basculé vers le populisme par racisme quasi viscéral, un atavisme resurgi à présent qu’on parle moins de la deuxième guerre mondiale.
Car l’immigration de masse n’existe pas, pas plus que les errances de Bruxelles ni le sentiment d’être dépossédé de sa souveraineté, du recul démocratique, là encore de purs fantasmes.

L’Europe entière deviendrait folle sans raison, et nous conduirait à notre perte. Bonjour l’objectivité ! »

de Olivier Piacentini


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :