Dictature homofolle : le Chili condamné au nom des droits de l’homme

La Cour interaméricaine des droits de l’homme vient de condamner le Chili pour une décision de justice rendue en 2004. La Cour suprême avait alors préférer confier la garde de trois filles à leur père plutôt qu’à leur mère lesbienne et son amante, qui vivaient ensemble.

La haute cour avait jugé qu’en choisissant ce mode de vie, Karen Atala avait « fait passer ses intérêts propres avant ceux de ses filles ». Poursuivant dans ses observations de bon sens, la juridiction précisait «Outre les effets que cette vie commune peut causer sur leur bien-être psychique et émotionnel (…), l’éventuelle confusion des rôles sexuels que peut produire sur eux la carence d’un père de sexe masculin et son remplacement par une autre personne de genre féminin au foyer constitue une situation à risque pour le développement général des mineures

Mais l’idéologie droit-de-l-hommesque est passée par là :
 l’État chilien est condamné à verser des indemnités à la mère, aux filles, à mettre à leur disposition un suivi psychologique (des fois qu’un garçon leur fasse la cour?), à faire des excuses publiques et à mettre en place un endoctrinement pour les magistrats, afin que cela ne se renouvelle pas.

Le plus beau dans l’histoire ? Alors qu’elle en a désormais la possibilité, la mère ne compte pas demander la garde de ses filles…


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

4 commentaires concernant l'article “Dictature homofolle : le Chili condamné au nom des droits de l’homme”

  1. Pourquoi avoir supprimer l’infos des Chinois contestant la version officiel de l’affaire de Toulouse ?

    c’est idiot, j’ai le témoignage d’un Francais vivant sur place, en Chine, confirmant cette déclaration dans la presse Chinoise, de plus, il affirme qu’il y a eu une tentative de coup d’état en Chine par ? les Militaires ??? dans une ville Benji ??? .il donne des infos

  2. la dictature des droits de l’hommard est une imposture mondialiste pour pervertir les jeunesses de toutes les nations !

    le Chili a l’option de fermer cette officine de dévoyés et faire un décret que dorénavant le lobby des DDH est interdit de sjour au Chili !

    puis d’autres nations devraient en faire autant et ce sera moins de parasites à entretenir inutilement avec les impots des travailleurs !

  3. Les mêmes saloperies se constatent mondialement. Partout la même mélasse ça peut pas être un hasard. « Une main cachée dirige » écrivait Jacques Bordiot (Ed.du Trident) … c’est pas la main de ma soeur! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.