Des Gilets jaunes réprimés pour un simulacre d’exécution de Macron. Et les autres cas ?

Certes, le geste symbolique de ces Français excédés par la tyrannie actuelle peut paraître de mauvais goût et tomber sous le coup de la loi.

Mais quand c’est un évêque qui est ciblé par des gauchistes (voir photo ci-dessous), quand c’était un mannequin de JMLP empalé et brandi par des extrémistes juifs (Betar) lors des manifs de 1990, quand c’est une femen qui poignardait la statue de Poutine au musée Grévin, quand l’extrême-gauche (Scalp, etc.) scandait pendant des années « Le Pen, une balle, le FN, une rafale », etc. : aucune réaction…
De plus, quand on songe à la naissance de la République, cet émoi autour de Macron est un peu risible.


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :