Des enveloppes d’argent pour Sarkozy et Woerth

L’ex-comptable du couple de milliardaires assure sur Mediapart que les Bettencourt distribuaient de l’argent liquide aux politiciens et notamment à Sarkozy et Woerth.

Elle est devenue l’une des pièces maîtresses de l’enquête du juge Courroye sur les conversations enregistrées chez les Bettencourt. Claire T. comptable des milliardaires pendant treize ans, a une fois de plus été entendue par la sous-direction des affaires économiques et financières de la préfecture de police de Paris lundi 5 juillet. Mais c’est à Mediapart, en pointe sur l’affaire depuis l’épisode des écoutes secrètes, que Claire T. a raconté son expérience avec force détail.

« Chacun venait toucher son enveloppe Certaines atteignaient même parfois 100 000, voire 200 000 euros ». Concernant Eric Woerth, la comptable est très précise et mentionne un versement de 50 000 euros le 26 mars 2007, pour « financer la campagne de Nicolas Sarkozy’, aurait précisé Philippe de Maistre, devenu le responsable des affaires politiques du couple Bettencourt. Ce dernier aurait complété la sommes de 100 000 euros retirés en Suisse.

« Nicolas Sarkozy recevait aussi son enveloppe », a confié la comptable en détaillant le modus operandi lorsque le président était maire de Neuilly. « C’était un habitué. » L’Elysée a démenti toute implication ce mardi matin. « C’est totalement faux », a déclaré un porte-parole de l’Elysée à Reuters. Concernant le versement des 150.000 euros destinés au financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, le porte-parole a déclaré « Cela semble infondé mais il faut voir avec le trésorier de la campagne », c’est-à-dire… Eric Woerth.

Ce qui est pratique avec les versements en liquide, c’est qu’il n’existe aucune preuve matérielle de ces soutiens financiers. Nos politicards corrompus ne sont pas prêts de se retrouver, à leur juste place, derrière des barreaux.

Source

20 commentaires concernant l'article “Des enveloppes d’argent pour Sarkozy et Woerth”

  1. Ca alors! Je tombe des nues! Les bras m’en tombent!
    Quoi! le sacro-saint « suffrage » n’aurait même pas soupçonné ces turpitudes!
    L’aurait-on trompé?
    Pourrait-il, par extraordinaire, se tromper?
    Il y avait des signes, pourtant, comme l’affaire Peugeot, par exemple.
    Comme le fait que Luc Châtel ait été nommé ministre alors qu’il était DRH d’une branche de l’Oréal….
    L’Oréal…. C’est pas Bettencourt, ça?
    Mais pas d’alarme. Ca va se tasser.
    Surtout qu’une loi primordiale, essentielle, est en cours d’adoption: interdiction du « voile intégral ».
    Priorités! priorités! faux jetons…
    Qui ne voit que la multiplication des interdictions dans les domaines les plus divers est contreproductive et marquée du signe négatif?
    Ce qui serait positif ce serait de remettre en circulation, dans nos rues des soldats en uniforme (mais ils sont en train de mourir en Afghanistan) des prêtres en soutane (mais ils sont tous pédophiles) et nos petites soeurs (merci, Brassens) en cornette.

  2. Excusez-moi.
    J’ai oublié quelque chose.
    Et en équipe de France de fouteballe des bipèdes qui AIMENT la FRANCE…

  3. Mais c’est passionnant, tout ça!
    C’est la famille Duraton.
    On voit monter aux créneaux, sur les étranges lucarnes, les physionomies emblématiques (et combien enthousiasmantes) des produits « de pointe » des croisements entre Geneviève Tabouis et Zappy Max.
    Voici l’hydre faCHiste!
    Le retour du LE PEN: pupille de la nation, député engagé volontaire pour se livrer aux tortures que l’on sait.
    Et considéré par certains, dont je suis, comme un dangereux gauchiste puisqu’il s’obstine (à son âge!…) à se présenter « au suffrage »…
    Vite, la suite!
    Attendez-vous à savoir que dans cette situation il ne reste qu’un recours, un seul: l’AGENCE TOUS RISQUES.
    Pas sûr du tout que le plan se déroule sans accroc!

  4. C’est bien joli tout ça mais pour que ça nous mène à quelque chose il faut tout de même qu’une minorité pas complètement anesthésiée paie de sa personne.
    Cette minorité se réunit dans des points d’eau de la Goutte d’Or – où on n’a jamais vu une burqua – lorsque le patron chinois a tiré le rideau.
    Et là: on fume.
    On chante.
    Ca commence par l’artilleur de Metz, la p’tite Huguette, le cordonnier Pamphile etc…
    Et là on a fait afficher des avis faisant référence au 6 février 34: « ICI, C’EST UNE MAISON HONNETE: ON NE SERT PAS LES DEPUTES!
    On va voir combien de temps ça va tenir.

  5. Je vous l’avais bien dit que ça allait se tasser.
    Tasse-toi pauvre con.
    Mais je reste, à mon âge, un homme d’action.
    Je reviens de Monoprix: profitant des soldes (50%) j’ai refait un stock conséquent d’enveloppes kraft tant il est vrai qu’il va falloir renouveller l’alimentation du débat démocratique de haute volée que le monde entier nous envie au même titre que notre équipe de jean-foutre balles, excusez-moi, de fouteballe qui est l’exemple à suivre par tout le monde développé.

  6. « N. Sarkozy me soutient de manière INCROYABLE! » E. WOERTH sur I Télé, à l’instant.
    Cette déclaration d’amour emphatique est en effet INCROYABLE venant d’un politicien blanchi sous le harnois en qui on voyait il y a peu un premier ministre…
    A qui fera-t-il croire que son maître, qui atteint des sommets dans les sondages dont il est friand, qui tutoie les anges, ne le protège de manière si incroyable que pour se protéger lui-même?
    Et ne le soutient si outrancièrement, en bon politicien machiavélique, qu’à la manière dont la corde suspend le pendu pendant que sur l’arrière scène d’innombrables Iago affûtent leurs couteaux?
    Rien de nouveau sous le soleil.
    Plus c’est gros, mieux ça passe, disait le bon docteur Goebbels; alors vous pensez: avec un peu de vaseline…

  7. Dernier commentaire sur ce sujet pénible comme le travail au moment d’une hypothétique retraite.
    Après avoir écouté l’intervention de Monsieur Woerth sur Europe – où il a notamment souligné qu’il s’occupe aujourd’hui même de cette question de pénibilité – je suis désespéré et bats ma coulpe avec une telle violence que je risque de me fracturer le Coq 6.
    Sans attendre celle de Monsieur le Président Sarkozy, je prends la carte UMP à titre de membre bienfaiteur, glisse une enveloppe kraft derrière la troisième poubelle à gauche du local adéquat, et prends (pour tenter d’expier) – en bure et sandales mais avec bravitude – la route de Compostelle.
    Ca tombe bien: ils ont, ces espingouins, ils ont, eux, une équipe de fouteballe.
    Alors A Dieu, donc, enfants de mon coeur, comme disait le regretté Cesbron à la fin de chacune de ses productions.

  8. Je suis sur le départ.
    Mais n’oubliez pas « qu’ils » vont sortir grandis – et ils nous le feront savoir à grands sons de trompes ou de boubou c’est là – de ce « flop » d’inspiration FaCHiste.
    Ce qui, pour ceux qui, parmi eux, souffrent d’une taille inférieure à la normale – peu propice à incarner la grandeur de la France – sera incontestablement considéré – et présenté – comme intervention divine démentant l’adage: Errare humanum est. Perseverare diabolicum.
    Conclusion:
    « Je suis ancien combattant, militant socialiste, bistrot: c’est dire que j’en ai entendu des conneries dans ma vie. Mais des comme ça, jamais »
    (Robert Dalban dans « Un idiot à Paris » dialogué par Audiard)

  9. Je ne comprends pas! Vous, là, les huit innombrables dont je viens de lire les immondices…
    Mais vous n’avez plus aucune conscience.
    Vous êtes des bêtes sans foi ni loi.
    Aucune moralité!
    Pire qu’un humaniste qui en tue un autre à l’arme blanche parce qu’il lui a refusé une cigarette hors de prix?
    Mais c’est effrayant!
    Avez-vous au moins pensé:
    – à ces pauv’mamans,
    – à ces pauv’papas bien méritants,
    – à ces pauv’enfants innocents. Mignons blondinets,
    meurtris jusqu’au tréfonds de leur être?
    Avez-vous pensé, sinistres racailles, au sort du pauvre Jeannot, ancien futur président de l’EPAD, si doué, si talentueux.
    Fauché en plein essor par le populisme triomphant!
    La bêtise au front de taureau.
    Obligé, pauvre archange, de se rabattre sur Darty pour essayer de vendre, si ça se trouve, de l’électro-ménager à bas prix aux masses (?) laborieuses?
    Vous y avez pensé?
    Non, bien sûr. Bande de nantis égoïstes.
    A BAS LA BETE IMMONDE.
    PAS DE LIBERTE POUR LES ENNEMIS DE LA LIBERTE
    (Saint Just).

    JE SUIS PARTI!

  10. Et quand bien même, hein, quand bien même…
    Tout est dit. Quel aveu! Pas vu, pas pris.
    C’est consternant!
    Vous avez vu votre avenir se dessiner au cours de cette pantalonnade qui nous a coûté un prix fou au tarif publicitaire?
    Pas vu, pas pris.
    Mais on le savait!
    Quoi de neuf?
    Mon Dieu!
    Un étalage de lieux communs…
    Quoi! trop de vieux? il faut y rémédier.
    Des chambres à gaz, des vaccinations HANANA obligatoires?
    Vous êtes sûrs que c’est le rôle du chef de l’Etat d’entrer dans ces points de détail? Points de détail de quoi?
    On attendait beaucoup, beaucoup trop, de cette intervention: Pschittttttttttttttt….
    Quand je vois cette indécence, je me sens de plus en plus
    proche des racailles de banlieue.
    On s’attendait à des déclarations solennelles qui allaient nous tirer vers le haut!
    Rien de tout ça.
    Vous avez élu triomphalement un « chef » qui vous tire à son niveau: en bas.
    Parce que vous le méritez bien.
    Et vous, nos femmes, nos soeurs, continuez à vous tartiner largement des produits l’OREAL.
    Vous portez une large part de responsabilité dans la dégringolade.
    Et vos matous itou.

  11. Et pendant ce temps là, en ce moment, on tue? Pas un mot!
    Des chances pour la France saignent au saigne-lard (le cochon est impur) tout gaulois qui ose leur refuser une cigarette?
    Pas de racisme, hein! Surtout pas!
    Ben si!
    Vive BRONSON!
    Pour moi, le JUSTICIER et les TONTONS FLINGUEURS c’est kif kif bourricot!

  12. Je fonde de grands espoirs sur Angela Merkel.
    Lorsqu’elle dit à son mari: « Mais qu’est-ce que c’est que ce gugusse qu’arrête pas de me tripoter? »
    Prévenant et attentionné, comme tout mari digne de ce nom – n’est-ce pas mesdames?- il lui offre le coffret contenant les oeuvres complètes de notre comique national, Louis de Funes.
    Allez hop! un p’tit coup de main!
    Angela: de FUNES est bien vivant!
    Il a squatté nos antennes hier soir.
    Infatigable, bravant les malaises vago, il sera encore ce soir sur M.6.
    Bonne soirée « plateau-télé », Angela.
    Et mes amitiés à vot’mari.

  13. Mais non! mais non!
    Qu’est-ce que vous me racontez!
    La distribution des enveloppes, c’est le boulot de Besancenot.
    Facteur à Neuilly.
    Vous fallait un coupable?
    Le voici!
    A-t-il été entendu par nos magistrats intégres?

  14. Tout de même! la démocratie a gagné!
    On ne sait pas trop s’il faut en rire ou en pleurer!
    Parce qu’enfin: le Woerth emblématique a résilié incontinent ses fonctions de trésorier de l’UMP sur injonction médiatique du Président de la République.
    Mais qu’est-ce que je raconte moi?
    Du Chef de l’ETAT.
    Comment appelait-t-on le vainqueur de Verdun?
    CHEF DE l’ETAT.
    De l’Etat FRANCAIS.
    CQFD.

  15. Tranquillisez-vous, Monsieur Woerth: personne ne vous veut de mal, vous le savez bien.
    Vous auriez vendu en douce une partie de la Forêt de Compiègne?
    Il n’y a pas de quoi fouetter un chat.
    Par contre, quand vos malfaisants détracteurs finiront par démontrer, preuves en main, que vous avez bradé la Tour Eiffel, il est possible que le peuple souverain fronce le sourcil.
    Alors, hein…Parapluie, parapluie, pare-buffle etc….
    Tout ira bien, vous le savez.
    Mes respects à votre dame.

  16. Excusez-moi, Monsieur Woerth!
    Quand je vois que même votre beau-père estime devoir monter au créneau pour défendre votre honneur bafoué, j’en ai les larmes aux yeux.
    Je suis moi-même fils, mai, veuf, père, grand père….
    Bientôt arrière grand père.
    C’est assez souligner que je connais le parcours.
    C’est pas Peguy qui écrivait que le père de famille est l’aventurier des temps modernes?
    Je le sais bien, moi, que vous n’êtes animé que par l’intérêt supérieur de la France et de son peuple souverain.
    Mais bon, y’a des erreurs de communication.
    Expliquez, expliquez.
    Expliquez que la Tour Eiffel est un derrick géant qui permettra à la patrie de pomper, entonnoir sur la tête, du pétrole depuis les antipodes.
    Que le champ de marsse sera rendu à la culture intensive du topinambour.
    Légume qu’on pourra se procurer (et sans ticket de rationnement) dans tous les restos du coeur qui vont heureusement se multiplier au cours de cette nouvelle ère, ère d’austérité, dont on n’est pas près de voir le début du commencement de la faim. Pardon: de la fin.
    PS: et n’oublions que le terrain de Compiègne est remarquablement fertilisé par le crottin de cheval.

  17. Et paf!
    Certains intouchables seraient au trou ou dans l’avant-trou?
    Quelle merveille!
    Vous pariez que certains vont se dégonfler allumant ainsi une lumière éblouissante qui va illuminer tout le paysage?
    Parce que tout de même: quand on sait ce qui se passe sexuellement dans nos prisons, y’a de quoi réfléchir, non?
    Je sais que moi, hein, je suis très soucieux de la rondelle.

  18. Mais non! mais non! C »est pas ce qu’il vaut faire!
    Il faut incarcérer Madame Bettencourt.
    Et là, on va bien être obligés de s’apercevoir que cette vieille dame sera prise, d’emblée, sous la protection des criminels les plus abjets et qui adorent leur maman.
    Et au moment où l’on entend les hurlements des détenus qui sont en train de passer à la casserolle, il y aura, devant la cellule de Lilianne, une garde prétorienne!
    Non?
    La pauvre: au moment du passage de l’ancien franc au nouveau franc elle était déjà paumée.
    Alors vous pensez: au moment du passage du nouveau franc à l’euro: le naufrage!
    Ma concierge est exactement dans la même situation.
    ET les vautours, les prédateurs, ce sont exactement ceux qui gravitent autour de tout ça.
    Et qui n’ont inventé aucune crême de beauté.
    Y’a qu’a voir leurs tronches.

  19. Lilianne!
    Je suis un garçon sincère!
    Je suis un vieux marin: une femme dans chaque port.
    Je suis mieux conservé que Banier.
    Je vous rachète votre île!
    Prêt à tous les sacrifices!
    Allez: je vide complètement mon livret A.
    Je vous raconterai, votre tête sur mon épaule, mes aventures maritimes.
    Faites-moi confiance: je vous emmenerai, Lilianne, plus loin que tous les charlots qui vous entourent, photographes ou pas.
    Je vous aime depuis toujours, Lilianne, et ne connais pas votre fille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.