2 commentaires concernant l'article “Cohn-Bendit : la voix du gros capital apatride”

  1. Cohn-Bendit, qui voulait faire revoter les suisses après leur votation sur les minarets pour renforecr l’islamisation de ce pays (de quel droit, sachant que lui même n’est pas suisse, ni de sang, ni même de papier), voudrait bien renoncer à l’islam radical en France. Tiens, apparemment, cet islam le dérange un peu… Il faut reconnaître, qu’on soit d’accord ou non avec les méthodes des muzz radicaux, qu’ils savent s’y prendre avec les juifs. Notre Cohn-Bendit aurait-il peur de ces gens-là ? Et, bien que différents des français de souche qui sentent le terroir, penserait-il que cette différence là ne constitue pas une richesse ? Sinon, pourquoi n’argumente-t-il pas, et pourquoi ne nous vante-t-il pas les bienfaits de ces gens différents ?

    Alors il a trouvé la parade pour faire d’une pierre deux coups. OK pour interdire l’islam radical, ce qui l’arrange grandement, mais à la condition qu’on accepte plus d’étrangers, donc plus de personnes différentes, histoire de diluer davantage l’identité et la cohésion nationale, ce qui va là encore dans ses souhaits d’une société cosmopolite sans frontières.

    Difficile de prendre plus les gens pour des cons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.