Chronique de la christianophobie – 3/05/2010

«L’athéisme en France est une religion et l’anticléricalisme une église.» E.Berl


Chers internautes,

C’est à l’actualité internationale que je voudrais consacrer en majorité ce cinquième état des lieux de la christianophobie.

Difficile toutefois de ne pas vous parler des récentes déclarations de Mgr Jacques Noyer, évêque émérite d’Amiens. A l’instar de l’archevêque de Poitiers dont je vous ai parlé la semaine dernière, Mgr Noyer s’est distingué à la fin du mois d’Avril par une prise de position particulièrement révoltante, au sujet de la résurrection du Christ cette fois. Je vous laisse apprécier la clarté avec laquelle il affiche au grand jour son désamour de l’œuvre de Dieu : « si on veut être précis, personne n’a cru en la résurrection de Jésus », « Thomas l’Apôtre a été un de ceux-là. Avec mépris, on le nomme l’incrédule. Pour une fois que quelqu’un résiste à une rumeur, faut-il le lui reprocher ? », « Aujourd’hui il n’est pas possible de rester dans cette confusion entre l’évangile de Jésus-Christ et les rumeurs qui ont couru après sa mort, entre la foi en sa mission et la crédulité en des anecdotes merveilleuses », « Ce dimanche matin ils reprenaient confiance. C’était leur foi qui était ressuscitée. Née dans la rencontre de Jésus, leur foi leur faisait dire : il est toujours vivant ! », « Peut-on croire que le monde serait devenu chrétien avec cette rapidité simplement parce qu’un homme serait sorti du tombeau ? Mais des histoires comme celle-là, on en racontait tous les jours et des plus extraordinaires. ».

Tentative de prosélytisme par édulcoration du dogme de l’Église ou simple apostasie, c’est en tout cas sans plus de remords que Mgr Noyer a porté atteinte à l’un des fondements de la foi chrétienne catholique ! Notez qu’il n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà déclaré en février 2003 devant les journalistes de France 3 : « Tomber amoureux à n’importe quel âge n’est pas une faute, ce n’est pas un crime, c’est naturel. Les prêtres autrefois ont lutté contre la tentation jusqu’à en devenir marteau comme Siméon le Stylite, ou tel Père du désert. Mieux vaut céder à la tentation que de me détruire moi-même. C’est plus conforme à la gloire de Dieu… ». Cela se passe de commentaire.

Place désormais à l’actualité internationale, où la situation n’est malheureusement pas plus réjouissante. En premier lieu je voudrais évoquer le cas de l’Ouzbékistan, où l’État a entamé une vaste campagne de persécutions antichrétiennes. La simple détention d’ouvrages à références chrétiennes est un motif de condamnation pénale susceptible d’aboutir à une peine de prison de 3 ans (article 244-3 du code pénal). Ainsi, des contrôles réguliers sont effectués au domicile des chrétiens et régulièrement des livres sont détruits. Des fidèles ont également été emprisonnés pour avoir « enseigné sans autorisation ». Notez que ce contrôle intensif de la population touche particulièrement les étudiants, à qui il est interdit de côtoyer une religion étrangère aux coutumes locales. Dans ce pays, et plus particulièrement dans le nord-ouest, tout rassemblement de chrétiens est surveillé et passible de poursuites en cas de dénonciation.

Au Nigeria, la violence à l’encontre des chrétiens a encore franchi un palier. Il y a un mois, treize chrétiens ont été assassinés à la machette puis brûlés par des voisins musulmans, éleveurs de l’ethnie fulani. Parmi les victimes on dénombre, ô surprise, des femmes et des enfants. L’attaque est survenue dans la nuit, et les assaillants déguisés en soldats afin d’endormir la méfiance des chrétiens visés n’ont laissé vivre que six personnes, toutes grièvement blessées. Ce n’est pas la première fois que des éleveurs de cette ethnie s’en prennent aux populations chrétiennes. Le 7 mars dernier, des éleveurs fulanis avaient déjà lancé une attaque de nuit contre trois villages aux populations majoritairement chrétiennes, tuant au moins 109 personnes.

Après vous avoir présenté quelques situations de martyrs physiques des populations chrétiennes d’Afrique, je voudrais vous présenter un exemple de martyr moral subit par les populations chrétiennes du New Jersey, aux États-Unis. A la rentrée prochaine, la « Seton Hall University » d’Orange dans le New Jersey proposera des cours portant sur le mariage homosexuel à ses étudiants. Une décision à priori courageuse dans le contexte actuel pour cette université fondée en 1856, et qui a la particularité d’être la plus ancienne université catholique diocésaine des États-Unis. C’est au moment de choisir l’intervenant que la hiérarchie de l’université n’a à mon sens pas fait face à ses responsabilités et n’a pas mesuré les enjeux d’une telle décision. Monsieur King Mott, le professeur chargé de ce module, est en effet un homosexuel pacsé dans le privé, et un militant homosexuel hostile à l’enseignement de l’Église à ce sujet dans sa vie professionnelle. Je vous confie quelques unes de ses déclarations les plus représentatives du danger qu’il représente pour les jeunes qui lui sont confiés : « L’Église catholique est à première vue homophobe […] Elle considère que ma conduite est par nature désordonnée. Je ne sais pas si on peut être plus homophobe que ça. », « « L’idée que le mariage soit un arrangement humain, stable et ancien, dérivé de la révélation divine, limité à celui qui existe entre un homme et une femme, et ne liant que par la permission d’une Église unique, est tirée par les cheveux. C’est risible de considérer que les relations humaines ne puissent jamais trouver satisfaction et expression dans cette unique interprétation du mariage ».

Il semble que le démon soit bel et bien ancré au sein même de l’Église catholique, parfois même en bonne place comme nous l’avons vu avec le cas des évêques « apostats ». Restons donc vigilants mes amis, et dans notre volonté de résistance au Mal prions le Christ de nous rendre dignes de la cause que nous défendons.

A la semaine prochaine.

Que Dieu vous garde.

Laurent

pour contre-info.com

4 commentaires concernant l'article “Chronique de la christianophobie – 3/05/2010”

  1. Merci encore une fois. C est tout de même effrayant… En Ouzbékistan, de quelle confession se revendique l état?

  2. Ce sont des anciennes « républiques soviétiques » à majorités musulmanes.

  3. merci pour la précision de cet article et de l’audace de sa publication ! trop de chrétiens aujourd’hui se taisent face aux martyrs actuels et préfèrent les ignorer…. c’est de leur sang que jaillira une Eglise purifiée.
    ce n’est pas un hasard si toutes ces dénonciations dénaturées concernant la pédophilie, si des évêques se marginalisent… arrivent au moment de la fin de cette année sacerdotale… c’est sans doute la grande purification de l’Eglise. Ceux qui ne sont pas en ligne droite avec l’Ecriture et le Saint Père sont ciblés publiquement, peut-être enfin un terme à beaucoup d’hypocrisie et un chemin vers La VERITE ! bref, ne pas désespérer et croire profondément que tout cela a un sens puisque Dieu le permet ! S’il ne doit rester que 2prêtres sur terre ou 2 croyants, rien ne sera perdu ! l’Eglise a commencé par là. Fiat lux . geneviève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.