C’était un 9 juin 721 : à Toulouse, victoire écrasante contre les Arabo-musulmans

Ce jour-là, près de Toulouse, le duc Eudes d’Aquitaine écrase les Arabo-musulmans : une victoire au moins aussi importante que celle de Charles Martel à Poitiers.
Après avoir réglé leurs problèmes en Espagne avec les Wisigoths et installé leur suprématie dans l’Al-Andalus – ensemble des péninsules ibériques (Espagne plus Portugal) musulmanes -, les Omeyyades avaient décidé de se tourner vers la Gaule.
Mais la grande victoire chrétienne de Toulouse (lors de laquelle le gouverneur arabe d’Al Andalus fut tué) porta un coup d’arrêt à l’expansion de l’islam en Occident, tout juste dix ans après le franchissement du détroit de Gibraltar par les premiers musulmans…


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

3 commentaires concernant l'article “C’était un 9 juin 721 : à Toulouse, victoire écrasante contre les Arabo-musulmans”

  1. c’était le bon vieux temps.

    à cette époque la classe politique s’ occupait sérieusement de l ‘intérêt de la France et des Français.

    elle n’ était pas occupée , comme la caste politique actuelle, à importer massivement l ‘Islam en France ,au nom d’une idéologie fanatique et suicidaire ;

    pour détruire la civilisation chrétienne et française.

    pour remplacer les églises par les mosquées.

  2. Ce ne sera pas trop (ou pas du tout) enseigné pour ne pas faire peine aux envahisseurs … qui après avoir détruit leur pays, détruisent le nôtre !
    Pour ce qui concerne les petits français, l’Ecole de la république ne leur épargne ni Waterloo, ni Alésia ou Azincourt …

  3. Si seulement les preux chevaliers de ce temps là ressuscitaient et venaient nettoyer ce qu’est devenue Toulouse.
    Et pas que !
    Hélas, on n’est pas dans le « Retour du Roi »… Les orcs sont bien présents mais non seulement il est interdit de les chasser par l’épée de nos terres mais un disciple de Saroumane nous oblige à leur payer tribut. Suivant en cela les consignes de (((Sauron))), en langage clair Soros, Adelson, Attali et consorts, serviteurs du mal.
    Soit nous anéantirons ces ennemis impitoyables, soit il ne restera rien de nos civilisations et de nous-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.