C’était un 21 mars…

1793 : la Convention adopte un décret de surveillance des étrangers, qui – s’il n’était bien sûr pas pris dans une bonne perspective à l’époque – pourrait être source d’inspiration aujourd’hui…
Ce texte prévoyait la création dans chaque commune, d’un comité de 12 citoyens chargés de surveiller les allées et venues des étrangers et d’ordonner éventuellement leur expulsion. Il stipulait que les étrangers en situation irrégulière, qui refuseront d’être expulsés, seront punis de 10 ans de détention et que « tout étranger saisi dans une émeute » sera exécuté.

1804 : enlevé à Ettenheim et ramené à Paris, le fils unique du dernier prince de Condé et espoir des royalistes, Antoine Henri de Bourbon, est fusillé dans les fossés de Vincennes. L’assassinat du duc d’Enghien scandalise l’Europe entière et fait basculer Chateaubriand dans l’opposition à Napoléon.

1886 : naissance à Paris, du journaliste, écrivain et critique royaliste Henri Massis. Il fut rédacteur en chef de la Revue universelle, de sa fondation à la mort de Jacques Bainville en 1936. Académicien, il fut épuré pour fidélité au maréchal Philippe Pétain. Il signa de nombreux ouvrages, dont Défense de l’Occident (1927), Barrès et nous (1962), Le souvenir de Robert Brasillach (1963), etc. On peut se procurer ici plusieurs de ses livres.

1899 : naissance de Jean Fontenoy. Ce journaliste venu de l’extrême-gauche, véritable aventurier, séjourne en Russie et en Chine, combat les républicains en Espagne, les soviétiques en Finlande. Il est le fondateur, avec Eugène Deloncle, du Mouvement social révolutionnaire (MSR) et membre du directoire du RNP de Marcel Déat. Il s’engage dans la LVF et se suicide à Berlin en avril 1945. Il a écrit plusieurs ouvrages et a fait l’objet de deux biographies récentes, disponibles ici.

1917 : la mystique Claire Ferchaud écrit au président de la République, Raymond Poincaré, afin d’obtenir l’officialisation du drapeau français orné du Sacré-Coeur.

Librement inspiré des Ephémérides nationalistes