C’était un 18 juin…

1429 : Jeanne d’Arc remporte la victoire de Patay. C’est un événement majeur de la guerre de Cent Ans.

1635 : bien que découverte par des Espagnols, la Martinique est occupée par deux Français, L’Olive et Duplessis, qui y plantent, ce jour, l’écusson du roi de France.

1815 : bataille de Waterloo, remportée par Wellington et Gerhard von Blücher.

Dans les Contemplations, Victor Hugo rapporte comment Nathan Rothschild gagna, en cette occasion, plus de trente millions de livres (averti de l’issue avant la bourse de Londres, il fit courir une rumeur de défaite et acheta à la baisse tout ce qu’il put trouver de rente) :

Nathan Rothschild. « Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation, et je me moque de qui fait ses lois »

Vieillard, chapeau bas ! Ce passant
Fit sa fortune à l’heure où tu versais ton sang ;
Il jouait à la baisse, et montait à mesure

Que notre chute était plus profonde et plus sûre ;
Il fallait un vautour à nos morts ; il le fut ;
Il fit, travailleur âpre et toujours à l’affût,
Suer à nos malheurs des châteaux et des rentes ;
Moscou remplit ses prés de meules odorantes ;
Pour lui, Leipsick payait des chiens et des valets,
Et la Bérésina charriait un palais ; […]
Ce Shaylock, avec le sabre de Blucher,
A coupé sur la France une livre de chair.

Or, de vous deux, c’est toi qu’on hait, lui qu’on vénère ;
Vieillard, tu n’es qu’un gueux, et ce millionnaire,
C’est l’honnête homme. Allons, debout, et chapeau bas !

1936 : dissolution par Albert Lebrun, Léon Blum, Roger Salengro et Marc Rucart, tous ministres du Front populaire, du Mouvement social Croix de Feu, du Parti national populaire, des Jeunesses patriotes, du Parti franciste, du Parti national corporatif, au motif d’un risque de subversion contre la démocratie. Cela aboutit à renforcer la Cagoule.

1940 : discours de De Gaulle à la BBC (tandis que des soldats français se battent encore et meurent). Discours à l’impact réduit et largement mythifié.

1985 : à Osaka, l’agent de change Kazuo Nagano, suspecté d’avoir escroqué des investisseurs, est tué à la baïonnette par deux militants nationalistes, devant une foule de journalistes qui se garderont d’intervenir.

1993 : mort à Paris, de l’écrivain et polémiste Jean Cau, à l’âge de 67 ans. Toute l’œuvre de Jean Cau est un long plaidoyer contre la décadence de notre civilisation et l’américanisation de nos mœurs.

Inspiré des Ephémérides nationalistes