L’Élysée annule la hausse des taxes sur le carburant au 1er janvier : première victoire des Gilets jaunes. Ensuite ?

TRIBUNE LIBRE

Alors que le Premier ministre Édouard Philippe a évoqué mardi un moratoire de six mois concernant la hausse des taxes sur le carburant, l’Élysée a précisé ce mercredi soir à France info que l’augmentation n’est pas « suspendue, ni différée », mais bien « annulée ». »

A côté de cela :
« Le gouvernement assure ses arrières. L’Assemblée nationale a approuvé, mercredi 5 décembre, par 358 voix contre 194, les mesures annoncées par Edouard Philippe en réponse à la crise des « gilets jaunes », à l’issue d’un débat de près de cinq heures dans l’hémicycle. Lors de sa déclaration sur « la fiscalité écologique et ses conséquences sur le pouvoir d’achat », objet du vote, le Premier ministre a notamment défendu l’abandon dans le budget 2019 de la hausse de la taxe carbone et le gel des tarifs du gaz et de l’électricité cet hiver. » (source)

Grande victoire pour les Gilets jaunes, mais ça ne doit et ne va probablement pas s’arrêter là, alors que le régime est en train de vaciller : la hausse des taxes sur un carburant déjà extrêmement cher n’était que la goutte d’eau qui faisait déborder le vase.

La fiscalité française est délirante, l’une des plus extrêmes au monde, et tout le monde est matraqué, à part les plus riches qui arrivent à échapper à l’impôt.
De plus, l’argent extorqué par toutes sortes de taxes et d’impôts possibles est gaspillé et utilisé sans lien avec l’intérêt de la nation (milliards pour les migrants, milliards pour l’Afrique, milliards pour l’Union européenne, etc.).

Les Gilets jaunes doivent exiger une avancée qui permettra au peuple de donner ses consignes sur les sujets qui lui tiennent le plus à cœur : l’instauration du RÉFÉRENDUM D’INITIATIVE POPULAIRE, où à partir d’un certain seuil de signatures (par exemples 500 000), un référendum est organisé, dont le résultat à valeur d’obligation pour l’État. Un peu comme en Suisse (où ce n’est pas le chaos).

PS : on comparera avec les résultats nuls de Manif pour tous, malgré son million de manifestants opiniâtres… Y aurait-il eu une différence de méthode ?

Un haut responsable du ministère de l’Intérieur : « L’enjeu de samedi, c’est le basculement ou non dans l’insurrection »

Tous à Paris samedi ! Ce régime de corrompus, qui vend la France à des intérêts étrangers, qui troque les Français contre des Africains et qui méprise nos traditions, n’a jamais été aussi vacillant que depuis 3 semaines. Tous à Paris samedi pour crier notre amour de la France et la colère de voir notre nation s’effondrer à cause des politiques successives de trahisons nationales.

Le Parisien : Des forces de l’ordre plus offensives et plus mobiles… Ce sont les mots d’ordre lancés trois jours après le cauchemar de la manifestation des Gilets jaunes du 1er décembre, et quatre jours avant un 4e acte redouté dans la capitale. « Nous sommes très inquiets, confie un haut responsable du ministère de l’Intérieur. L’enjeu de samedi, c’est le basculement ou non dans l’insurrection… » Le ministre Christophe Castaner a lancé un « appel au calme », invitant même « les Gilets jaunes raisonnables » à ne pas se rassembler à Paris. Continuer la lecture de « Un haut responsable du ministère de l’Intérieur : « L’enjeu de samedi, c’est le basculement ou non dans l’insurrection » »

Des préfets sonnent l’alerte : situation « explosive et quasi insurrectionnelle », voire « pré-révolutionnaire »

C’est Le Monde qui publie les confidences de préfets souhaitant rester anonymes. Ils formulent à l’adresse du président et de son gouvernement les mêmes reproches que beaucoup de Français : attitude de méprisante, dans le déni, méconnaissance de la France et de ses préoccupations, technocrates etc… La situation leur paraît  « explosive et quasi insurrectionnelle ». 

Qu’ils soient le bras armé de l’Etat dans un territoire ou chargés d’une mission d’intérêt général spécifique, les préfets manifestent rarement leurs états d’âme. Aujourd’hui, plusieurs d’entre eux, devant la crise engendrée par le mouvement des « gilets jaunes », font part, sous le sceau de l’anonymat, d’une certaine appréhension. Appréhension d’autant plus vive que les autorités centrales leur donnent parfois l’impression de ne pas avoir pris la mesure du problème et de les laisser sans consigne précise. Continuer la lecture de « Des préfets sonnent l’alerte : situation « explosive et quasi insurrectionnelle », voire « pré-révolutionnaire » »

Qui a cassé et pillé samedi à Paris ? Les médias ne veulent pas le dire

Samedi, partout en France, de très nombreux « Gilets jaunes » ont encore manifesté leur colère vis-à-vis du fiscalisme délirant qui dépouille le peuple français.

A Paris, alors que la ville était bouclée par de nombreuses forces de l’ordre tendues par les consignes qu’elles recevaient d’un ministère de l’Intérieur paniqué et furieux, des heurts ont éclaté par endroits.

Tôt le matin, les CRS ont ainsi abondamment « gazé » des centaines de Gilets jaunes pacifiques.

Puis il y eut des bousculades entre eux. Des barricades ont été à nouveau érigées. Des CRS ont pris la couleur jaune, pas forcément volontairement :

Plus tard dans l’après-midi, comme nous l’ont confirmé plusieurs témoins, des centaines de militants d’extrême-gauche sont passés à l’action, s’en prenant virulemment aux forces de l’ordre et à certaines devantures ou véhicules. Ils étaient entraînés et équipés (étant pour une partie d’entre eux des anciens de Sivens ou de la ZAD de Notre-Dame des Landes).
Dans la soirée, des « jeunes de banlieue » sont venus sur les Champs-Elysées et alentours, pour provoquer la police et piller des magasins.

Continuer la lecture de « Qui a cassé et pillé samedi à Paris ? Les médias ne veulent pas le dire »

Révolte des Gilets jaunes : les pompiers s’insurgent eux aussi (videos)

Dans les Alpes-Maritimes, les pompiers ont ouvert un péage autoroutier pour que les conducteurs passent sans se faire racketter.
Voilà une action efficace !

A Cholet (Maine-et-Loir), se tenait ce samedi la cérémonie de la Sainte Barbe (patronne des pompiers).
Étaient notamment présents le maire de Cholet, le député du Maine-et-Loire et le président du Service départemental d’incendie et de secours. C’était ce dernier qui était particulièrement visé par l’action des soldats du feu : lorsque la cérémonie solennelle a commencé, les sapeurs-pompiers avaient le dos tourné aux autorités.
L’action des sapeurs-pompiers visait à alerter sur le sous-effectif chronique qu’ils subissent. Ils ont, par ailleurs, déroulé une banderole supportant l’inscription : « Moins de pompiers, secours en danger ».

Gilets jaunes : la « pédagogie » du Système contre les Français

Plus de trois Français sur quatre soutiennent les gilets jaunes : les progressistes autoproclamés et les journalistes bobos s’emploient depuis le début à discréditer ce mouvement populaire en agitant le spectre de la violence. Cette propagande médiatico-étatique essaye, sans succès, de se débarrasser d’une insurrection des Français de souche que le système ne maîtrise pas.

Un texte de Pauline Mille pour Reinformation.tv : La seule information sûre sur les gilets jaunes est la façon dont on en parle. Cela tient d’abord au caractère controversé du phénomène, objet de dispute et de pouvoir, ensuite à son caractère insaisissable, décentralisé : il n’y a pas de chef, pas de représentant, pas de plan d’ensemble, etc… Il est donc raisonnable, alors que l’on controverse sur le nombre, la cause et la responsabilité des morts et blessés, de s’en tenir à l’indiscutable, la seule réalité solide, le discours que tiennent sur les gilets jaunes leurs adversaires, médias, politiques et syndicats, ses éléments de langage, cette « pédagogie » grâce à laquelle le système impose sa vision des choses au public. Continuer la lecture de « Gilets jaunes : la « pédagogie » du Système contre les Français »

Gilets jaunes : 600 radars automatiques hors service en 10 jours

Radars-Auto : Dans le sillage du mouvement des gilets jaunes, une vague d’une ampleur jamais vue s’abat sur les cabines radars dans toute la France. Bâchés, repeints, habillés d’un gilet jaune, on estime qu’au moins 600 radars automatiques sont actuellement hors service en France. Parmi eux, plus de 130 ont été totalement détruits depuis le 17 novembre.

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, nous avons recensé sur les réseaux sociaux et dans la presse locale tous les radars qui ont été détruits, vous en trouverez la liste détaillée et vérifiée à la fin de l’article. A ce jour, notre décompte fait état de 133 radars détruits entre le 16 et le 26 novembre mais certains ont dû échapper à notre recensement. Continuer la lecture de « Gilets jaunes : 600 radars automatiques hors service en 10 jours »

Plusieurs centres d’impôts ont été murés pendant la nuit

Surprise de taille ce lundi matin à 7h30, pour les agents du centre des impôts d’Ambérieu: les deux entrées étaient… murées. Des maçonneries hautes d’environ un mètre. Le message tagué dessus, « Droit dans le mur » pourrait laisser entendre qu’il s’agit d’une action des Gilets jaunes. Contactée, la mairie a fait enlever les parpaings rapidement, vers 9 heures. Le site ne devrait rouvrir que dans l’après-midi.

A Bourg-en-Bresse, le centre des impôts de la place de la Grenouillère a également été muré dans la nuit de dimanche à lundi. Continuer la lecture de « Plusieurs centres d’impôts ont été murés pendant la nuit »

Béziers : Robert Ménard et les élus siègent au conseil municipal vêtus de gilets jaunes

Robert Ménard avait déjà à plusieurs reprise apporté son soutien au mouvement des gilets jaunes. Le maire de Béziers l’a une nouvelle fois formalisé lundi soir, à l’occasion du conseil municipal. Lui et ses élus se sont présentés habillés de gilets jaunes.

Au moment d’ouvrir la séance, l’édile a assuré que « ces gilets jaunes ne sont pas de la récupération, mais de la solidarité pour les gilets jaunes que nous accompagnons ».

Source : Midi Libre

Les Gilets jaunes ont été très nombreux à se mobiliser ce samedi

Les Champs-Elysées envahis de gilets jaunes malgré la volonté du préfet – DR

Ce samedi, les Gilets jaunes se mobilisaient à travers la France.
Les médias ont beaucoup parlé de leur rassemblement à Paris, qui a vu les Champs-Elysées pris par la foule en dépit de la volonté et des péroraisons du préfet franc-maçon de service (avec parfois des heurts et des barricades !) .

Barricade sur les Champs-Elysées. Des images qui ont fait le tour du monde. DR

Mais en province, ils étaient encore une fois très nombreux (le ministère de l’Intérieur reconnaissait lui-même « 1619 points »), y compris dans des bourgs où l’on n’avait pas vu de manifestations depuis des décennies.

Le ministère de l’Intérieur a osé annoncé le chiffre ridicule de 106 301 gilets jaunes.  Totalement ridicule car personne ne peut obtenir une telle précision (en plus avec 1 600 rassemblements !), et parce que la réalité n’a évidemment rien à voir.
Le syndicat de police alternatif « France police » évoque, lui, de façon plus crédible, plus de 800 000 manifestants.
Tout le monde a aussi remarqué que les immigrés étaient rares parmi les mobilisés.

En bouclant le centre de Paris comme rarement, le gouvernement a montré son inquiétude, alors qu’il essaye de minimiser toute honte bue l’ampleur de la contestation.
Il essaye aussi de culpabiliser et diaboliser les Gilets jaunes, mais apparemment cette « France périphérique » s’en moque, elle est trop révoltée.
L’inénnarable ministre Darmanin a expliqué les Français moyens qui manifestaient sur les Champs-Elysées c’était « la peste brune » !!

Rendez-vous est déjà donné pour samedi prochain, 1er décembre.

Un manifestant à Paris, pas loin de l’Elysée, expose éloquemment son exaspération :

Sur les Champs-Elysées, un Français pure souche face aux canons à eau 🙂 :

France : Fañch peut garder son tilde

Le petit Fañch, 19 mois, va pouvoir garder son tilde (~). Ce lundi, la cour d’appel de Rennes a tranché, en décidant que l’enfant pouvait conserver ce signe utilisé dans les prénoms bretons, rappelant notamment que ce tilde est déjà utilisé dans la langue française, notamment dans le dictionnaire de l’Académie française.

A la naissance de Fañch le 11 mai 2017, l’officier d’état civil de Quimper (Finistère) avait refusé de retenir l’orthographe bretonne, avant d’être désavoué par l’adjointe au maire, Isabelle Le Bal (MoDem). Le procureur était alors intervenu en saisissant le tribunal de Quimper au nom du respect de la langue française.
Continuer la lecture de « France : Fañch peut garder son tilde »

Castaner : « la majorité des Français ont fait le choix de ne pas porter de gilets jaunes »

Il fallait oser, Castaner l’a fait…

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a indiqué sur Europe 1 que samedi « la majorité des Français ont fait le choix de ne pas porter de gilets jaunes ».
Il estime que des actions de casse ont été envisagées, notamment de jeunes venus de banlieue. « Quand nous devons mobiliser des milliers de personnes des forces de l’ordre, il y a des épuisés. Nous avons eu des blessés. Cela ne me semble pas raisonnable », a-t-il dit.

Source : Le Figaro

Impressionnant succès de la mobilisation des « Gilets jaunes », mais un mort et des centaines de blessés

source Institut Vauban

Cette révolte populaire, apolitique et spontanée contre la hausse des taxes sur le carburant – mais plus généralement contre la baisse du pouvoir d’achat, une fiscalité écrasante et une classe politique déconnectée des besoins de la France réelle – a connu aujourd’hui un vif succès.

Même dans des petites villes qui n’avaient pas vu de manifestation depuis des décennies, il y eut des foules relativement importantes. On parle de 2 000 rassemblements.

Sur le plan national, le Ministère de l’Intérieur prétend qu’il y avait 282 000 manifestants (il avait commencé par parler de 38 000), ce qui veut dire, selon l’habitude du ministère et en recoupant les informations, qu’il y avait au moins 500 000 manifestants et peut-être un million, dont beaucoup pour qui s’était la première fois.

Il y eut des incidents avec des gens qui ont essayé de forcer les barrages filtrants avec leur voiture, des macronistes ou des gens qui n’ont pas l’habitude qu’on ne leur cède pas :

Un  manifestant a ainsi trouvé la mort… et 227 ont été blessés, dont six gravement.

Par ailleurs le ministère de l’Intérieur annonce 117 interpellations donnant lieu à 73 gardes à vue.

C’est la « France périphérique », à travers ces manifestations et blocages, qui crie son exaspération. Et certains ont dû transpirer dans les préfectures et surtout à l’Elysée, dont se sont approchés des centaines de manifestants avant d’être repoussés par la police ! Macron n’avait-il pas pourtant dit « qu’ils viennent me chercher » ?

Le Président de cette affreuse République parvient à générer une opposition populaire pas vue depuis très longtemps.
Quelle suite va connaître ce mouvement ? Il reste imprévisible.

Mais même si elle a bien sûr ses faiblesses et ses limites, que nos lecteurs ont bien deviné, cette mobilisation est un signal important.
Le climat en France a rarement été aussi favorable à l’accession au pouvoir d’une droite populiste, voire nationaliste.

Là question reste : où est celle-ci ?