Socialistes et patronat unis pour le mondialisme

La video ci-dessous, avec Michel Rocard (PS) à l’université d’été du MEDEF, illustre bien la « ténébreuse alliance » entre socialistes et capitalistes internationaux, opposés en apparence mais unis sur l’essentiel.
Ici, il s’agit de faire front pour avancer vers le nouvel ordre mondial et la fin des souverainetés nationales.
Au passage, Rocard lèche les bottes du grand patronat :
« Le seul milieu qui connaisse quelque chose au monde extérieur, ce n’est pas vraiment les journalistes ; ce n’est pas les hommes politiques, ils ne sont référés qu’à leurs seules traditions ; ce n’est pas le monde salarial et ses syndicats ; ce n’est pas les intellectuels, trop sensibilisés à leur langue et à leur culture ; c’est vous les patrons. » Puis :
« Et l’urgence c’est qu’il va falloir finir par tomber d’accord pour dire que les souverainetés nationales ont dépassé leur stade d’efficacité, elles entrent dans la période de la nuisance. »
A partir de 0’50 :

Source

L’arme absolue contre les PV : être franc-maçon

Samedi matin. Il est un peu plus de onze heures à Roupy . Le dispositif de contrôle routier renforcé en ce week-end de 15 août est mis en place.

Le sous-préfet de l’arrondissement de Saint-Quentin est là, le commandant de la compagnie de Saint-Quentin aussi, ainsi que la presse conviée. Petite attente le long de la chaussée. Le temps de capter un éventuel contrevenant. Tic, tac. Les yeux sont rivés sur l’entrée de ce village situé à une dizaine de kilomètres de Saint-Quentin. Tic, tac. Continuer la lecture de « L’arme absolue contre les PV : être franc-maçon »

Scandaleuses subventions pour le site LeMonde.fr

En 2004 et 2008, la “société éditrice du Monde” aurait touché 2 subventions du Fonds d’aide à la modernisation de la presse.

La première subvention reçue par lemonde.fr est une subvention de 1 361 200 € pour “la mise à jour technologique du site internet” . Le seconde subvention est une aide de 1 592 000 € pour le “développement et optimisation de l’offre internet”.

On peut s’étonner que cette filiale du magazine Le Monde soit subventionnée car le site LeMonde.fr n’est pas détenu par la Société Le Monde mais par Le Monde Interactif, une filiale de la société, qui n’a pas semblé être éligible à la subvention si l’on en croit le compte-rendu de la réunion du comité du fonds d’aide à la modernisation de la presse du 18 mars 2008.

Source

Grippe A : « Les laboratoires se sont goinfrés »

Lu dans France Soir :

Un rapport sénatorial publié jeudi dernier a mis en cause la gestion gouvernementale de la grippe A/H1N1 en pointant des contrats « déséquilibrés » et rigides avec les groupes pharmaceutiques. Une critique que reprend avec virulence le professeur Bernard Debré, député UMP et farouche opposant à Roselyne Bachelot sur ce dossier.

France Soir : La ministre de la Santé a-t-elle été « à la merci des fournisseurs de vaccins », comme le stipule le rapport sénatorial publié jeudi ? Continuer la lecture de « Grippe A : « Les laboratoires se sont goinfrés » »

Le compagnon de Christine Lagarde doit rembourser 1 million d’euros de subventions européennes

De 2003 à 2005, Xavier Giocanti dirigeait le centre de promotion de l’emploi par la micro-entreprise (CPEM), une association marseillaise mise en place par Jean-Claude Gaudin, sénateur et maire UMP de la ville, en novembre 1994. Cette structure destinée à aider au financement de projets d’entreprise, bénéficie d’une aide d’1 million d’euros venant du Fonds social européen (FSE). Continuer la lecture de « Le compagnon de Christine Lagarde doit rembourser 1 million d’euros de subventions européennes »

Politicards et Gros Capital : un conflit d’intérêt permanent

Depuis un mois et demi, Eric Woerth occupe une place de choix dans ce qu’il est désormais convenu d’appeler l’affaire Woerth-Bettencourt.

Une affaire qui a révélé que décidément, politiques et grandes fortunes évoluent dans un bien petit monde.
La femme du ministre qui travaillait, jusqu’au mois dernier, pour une des premières fortunes de France, ses rencontres avec Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt et l’employeur de son épouse, le financement de son micro-parti… Le ministre a fait front. Forcément conseillé et aidé par son directeur de cabinet, Sébastien Proto. Ce dernier définissait ainsi son poste en 2009 : « Mon rôle est de m’assurer que (le ministre) a tous les éléments, à la fois techniques et politiques pour prendre sa décision ». Il était déjà son directeur de cabinet au ministère du Budget après en avoir été le directeur adjoint. A ce poste, il était donc chargé de lutter, avec son patron, contre l’évasion fiscale. Par exemple, lors de la révélation en septembre 2009 de la liste de 3.000 évadés fiscaux, les deux hommes prennent la pose pour le JDD.

Or, Sébastien Proto évolue lui aussi dans un bien petit monde. Disons-le, un bien petit monde qui est le même qu’Eric Woerth ! Continuer la lecture de « Politicards et Gros Capital : un conflit d’intérêt permanent »

Le scandale du projet de Loi NOME

Le principe est simple : constatant que la concurrence ne fonctionne pas – plus de 96 % des Français restent fidèles à l’’opérateur historique (EDF) -, le gouvernement a décidé de la créer… artificiellement.

Si la loi NOME passe, à partir du 1er janvier 2011, EDF aura obligation de revendre à ses concurrents jusqu’à 25 % de sa production d’’électricité.

Un véritable hold-up ! Les fournisseurs d’‘électricité vont se voir offrir un quart de la production, que les Français ont déjà payé avec leur facture, pour qu’’ils puissent réaliser des profits, au seul bénéfice de leurs actionnaires.

C’’est une première que d’’obliger une entreprise, dans le monde de la « concurrence libre et non faussée », à céder une partie de ses atouts à des concurrents qui produisent peu ou pas du tout d’’électricité.

Woerth-Bettencourt: les perquisitions confirment les soupçons de financement occulte

D’après l’hebdomadaire Marianne, la banque Dexia, où l’ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout, a retiré à sa demande 100.000 euros en espèces quatre mois avant la présidentielle de 2007, avait refusé au préalable un retrait de 500.000 euros à la milliardaire.

Selon le journal, qui cite des documents internes de la banque découverts lundi par les enquêteurs de la brigade financière, « Liliane Bettencourt avait demandé à tirer non pas 100 000, mais 500 000 euros » à la banque Dexia, en décembre 2006.

L’hebdomadaire détaille également les agendas de l’ancienne comptable et du gestionnaire de fortune de Mme Bettencourt, Patrice de Maistre. Selon Marianne, ces agendas font bel et bien état de rencontres entre le gérant de fortune de la milliardaire et Eric Woerth en janvier 2007.

Basile Boli devra s’expliquer devant un tribunal

L’ex-footballeur, Basile Boli, a été cité à comparaître devant le tribunal correctionnel par le parquet de Nanterre pour une affaire de recel et d’abus de confiance.

L’ancien défenseur de l’Équipe de France est soupçonné de recel et d’abus de confiance dans le cadre de ses activités associatives. En 2007, Basile Boli avait créé Entreprendre et réussir en Afrique (ERA), une association destinée à aider les immigrés africains à se réinstaller dans leur pays d’origine et d’y monter des projets économiques. Continuer la lecture de « Basile Boli devra s’expliquer devant un tribunal »

Les micro-partis peuvent rapporter gros

Comme l’a mis en lumière l’affaire Woerth-Bettencourt avec l’Association de soutien à Eric Woerth,
il existe une kyrielle de micros-partis dévolus à des hommes politiques.

Le ministre du Travail n’est pas le seul au gouvernement à avoir son «club»: François Fillon, Christian Estrosi, Michèle Alliot-Marie, Laurent Wauquiez en ont un. Hors gouvernement, Nicolas Dupont-Aignan, Patrick Balkany ou Jean-François Copé ont également leur structure. Continuer la lecture de « Les micro-partis peuvent rapporter gros »